La France ouvre ses portes aux orphelins de l'EI après la mort de parents djihadistes en Syrie | Monde | Nouvelles

La France ouvre ses portes aux orphelins de l'EI après la mort de parents djihadistes en Syrie | Monde | Nouvelles

Le gouvernement français a explicitement refusé de ramener des djihadistes à la maison et leurs femmes, mais s'est engagé à ramener leurs enfants au cas par cas.

"C'est très probable", a déclaré Mme Parly à la chaîne d'information française BFMTV et à la radio RMC.

"Nous faisons tout ce qui est en notre pouvoir pour rapatrier ceux qui ont été identifiés comme orphelins."

Lorsqu'on lui a demandé pourquoi le gouvernement ne ramenait pas tous les enfants à la maison, pas seulement ceux qui avaient perdu leurs parents djihadistes, elle a répondu: «Lorsqu'il y a des parents, ils ont toujours des droits sur leurs enfants. Et en ce qui concerne les familles détenues dans des camps gérés par les Forces démocratiques syriennes, les Kurdes ont décidé de respecter ce droit. "

Mme Parly a ajouté que le ministère des Affaires étrangères avait envoyé une mission en Syrie pour identifier les mineurs non accompagnés.

Ses commentaires ont eu lieu après que l'ancien président français François Hollande avait exhorté mardi le gouvernement actuel à rapatrier «le plus rapidement possible» tous les enfants des camps en Syrie.

La France touchée par la terreur a catégoriquement refusé de ramener les militants de l'Etat islamique et leurs femmes, préférant qu'ils soient jugés en Irak ou en Syrie.

Cependant, le gouvernement a adopté une approche au cas par cas plus douce envers leurs enfants, dont la plupart seraient malades et souffriraient de malnutrition.

Depuis mars, toutefois, seuls cinq orphelins et une fillette de trois ans dont la mère a été condamnée à la prison à vie en Iraq ont été rapatriés.

"La décision a été prise compte tenu de la situation de ces très jeunes enfants, qui sont particulièrement vulnérables", avait déclaré le ministère des Affaires étrangères à l'époque, précisant que le gouvernement était en contact avec leurs proches français.

Mais la réticence apparente de Paris à rapatrier tous les mineurs syriens a suscité de vives critiques de la part de leurs parents français qui se battent pour les ramener chez eux.

Les avocats français représentant les familles des militants de l'Etat islamique ont à plusieurs reprises accusé le gouvernement de permettre aux enfants d'être exposés à des traitements inhumains et dégradants dans les camps, qu'ils ont décrits comme étant immondes et menacés par la maladie.

Mais la recrudescence récente de la violence dans la région d’Idlib en Syrie a mis en lumière l’urgente nécessité de mettre les enfants en sécurité.

«Les préoccupations concernant l’escalade de la violence en Syrie et dans la région d’Idlib.

Les grèves du [Syrian] Le régime et ses alliés, y compris dans les hôpitaux, ont tué de nombreux civils ces derniers jours », a déclaré mardi le président Emmanuel Macron sur sa page Twitter.

Les États occidentaux ont du mal à trouver les meilleurs moyens de gérer les combattants présumés de l'EIIL et leurs familles qui cherchent à rentrer chez eux après avoir quitté leur zone de combat, ainsi que ceux qui sont en détention.

En Grande-Bretagne, le cas de l'épouse jihadi Shamima Begum, âgée de 19 ans, a braqué les projecteurs sur les dilemmes sécuritaires, juridiques et éthiques auxquels sont confrontés les gouvernements européens qui traitent avec des citoyens qui avaient prêté allégeance à un groupe terroriste déterminé à éliminer l'Occident.

Mme Begum, qui a été déchue de sa citoyenneté britannique plus tôt cette année après avoir déclaré vouloir retourner au Royaume-Uni, a perdu trois enfants en Syrie. Elle a fui son domicile à Londres en 2015, alors qu'elle n'avait que 15 ans.

Selon les chiffres du gouvernement, environ 1 700 ressortissants français se seraient rendus en Irak et en Syrie pour rejoindre les rangs de l'Etat islamique entre 2014 et 2018. Quelque 300 personnes seraient mortes au combat.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *