Zuckerberg de Facebook salue le projet de discours de haine français comme modèle européen – Tech News

Zuckerberg de Facebook salue le projet de discours de haine français comme modèle européen - Tech News

Mark Zuckerberg, de Facebook, s'est félicité des efforts déployés par la France pour réglementer le contenu haineux en ligne en tant que modèle pour l'Union européenne après sa rencontre avec le président Emmanuel Macron à Paris.

Ses propos interviennent après que le politicien américain et le public aient vivement critiqué le géant américain des médias sociaux pour son incapacité à retirer plus rapidement de son réseau les images de la fusillade du mois de mars à Christchurch, en Nouvelle-Zélande.

Cinquante personnes ont été tuées dans l'assaut, avec des images de celle-ci circulant en ligne pendant des jours.

La rencontre de Zuckerberg avec Macron a coïncidé avec la publication d'un rapport commandé par le leader français recommandant une surveillance accrue de Facebook et un régulateur indépendant chargé de contrôler les efforts des grandes entreprises de technologie pour faire face aux discours de haine.

"Si plus de pays peuvent suivre ce que votre gouvernement a fait ici, cela finira probablement par être un résultat plus positif pour le monde à mes yeux que certaines des solutions de rechange", a déclaré Zuckerberg aux journalistes au bureau de Facebook à Paris après la réunion de le palais de l'Elysée.

"Nous avons besoin de nouvelles règles pour Internet qui définissent les responsabilités des entreprises et celles des gouvernements", a-t-il déclaré à France 2 lors d'une interview. "C'est pourquoi nous voulons travailler avec l'équipe du président Macron. Nous avons besoin d'un processus public."

Le président français souhaite que la France assume un rôle de premier plan en matière de réglementation des technologies, cherchant à trouver un équilibre entre ce qu'il perçoit comme la position de laisser-faire des États-Unis et la main de fer de la Chine sur Internet.

Le rapport de 33 pages, co-écrit par un ancien lobbyiste pour Google France, recommande aux autorités françaises d'avoir davantage accès aux algorithmes de Facebook et une plus grande marge de manœuvre pour vérifier les politiques internes de l'entreprise contre le discours de haine.

Le rapport intervient après que Facebook ait autorisé une équipe de régulateurs français à passer six mois au sein de l'entreprise à surveiller ses politiques. Cela représente une évaluation "à mi-temps" de leur passage qui a débuté en janvier.

"L'insuffisance et le manque de crédibilité de l'approche d'autorégulation adoptée par les plus grandes plates-formes justifient l'intervention publique pour les responsabiliser", indique le rapport.

Des entreprises comme Facebook ne peuvent pas simplement se déclarer transparentes, a-t-il ajouté, soulignant que la vérification de l'intégrité des algorithmes qu'elles utilisaient était une tâche particulièrement complexe.

Position dominante

Cependant, la convergence entre les régulateurs français et les grandes entreprises de technologie a été critiquée par certains groupes de pression Internet.

"Jusqu'à présent, en termes de réglementation, seuls les géants de l'Internet ont été invités à la table, tandis que d'autres attendent que les décisions soient prises pour avoir plus de visibilité", a déclaré Constance Bommelaer de Leusse du groupe Internet Society.

"Cela ne fait que renforcer la position dominante des géants du Web", a-t-elle déclaré.

Cette semaine, Chris Hughes, l'un des fondateurs de Facebook avec Zuckerberg alors qu'ils se trouvaient à Harvard, a écrit dans un long article d'opinion dans le New York Times qu'il pensait que la société était trop puissante et devait être démantelée.

Zuckerberg a refusé de commenter l'article de Hughes lorsque les journalistes l'ont interrogé à Paris, mais Nick Clegg, son responsable des communications internationales et ancien vice-Premier ministre britannique, l'a qualifié de "mélodramatique".

"Pour nous, l'alternative à ces appels mélodramatiques à la scission de sociétés est exactement ce dont nous discutons ici, à savoir une réglementation appropriée. Ce dont le secteur de la technologie a besoin ne doit pas être divisé, ce sont des règles appropriées", a déclaré Clegg.

Le parlement français, où le parti au pouvoir de Macron dispose d'une majorité confortable, débat du projet de loi qui donnerait au nouveau régulateur le pouvoir de condamner les entreprises de haute technologie à hauteur de 4% de leurs revenus globaux s'ils ne font pas assez pour supprimer les contenus haineux de leur réseau.

La décision de Facebook d'intégrer l'équipe de régulateurs français au sein de l'entreprise a été la première fois que l'entreprise a ouvert ses portes de cette manière.

Les actions de Facebook ont ​​chuté de 5% en un jour après le tournage de Christchurch, mais ont depuis augmenté d'environ 10%, aidées par de bons résultats au premier trimestre. – Reuters

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *