Un tribunal français approuve l'extradition d'un ingénieur iranien aux États-Unis | Nouvelles du monde

MARSEILLE, France (Reuters) – Un tribunal français a approuvé l'extradition d'un ingénieur iranien aux États-Unis afin qu'il soit accusé de tentative d'importation illégale de technologie américaine à des fins militaires pour le compte d'une société iranienne, a annoncé jeudi une source judiciaire.

Le tribunal d'Aix-en-Provence, dans le sud de la France, a également rejeté une demande de caution de l'ingénieur iranien Jalal Rohollahnejad, 41 ans, détenu depuis le 2 février après avoir été arrêté à l'aéroport de Nice alors qu'il descendait d'un avion en provenance de Téhéran via Moscou.

Les enquêteurs judiciaires américains soupçonnent Rohollahnejad d’essayer d’importer en Iran des systèmes à micro-ondes industriels à haute puissance provenant des États-Unis qui pourraient être utilisés à des fins militaires.

Après s'être retirés en mai dernier d'un accord international de 2015 visant à freiner le programme nucléaire iranien, les États-Unis ont de nouveau imposé une série de sanctions visant divers secteurs iraniens.

Les juges américains ont déclaré que l'ingénieur avait agi pour le compte d'une société liée aux Gardes de la révolution élite iraniens.

Selon des médias français, l'avocat de Rohollahnejad aurait déclaré que le mandat d'arrêt américain avait une motivation politique et qu'il continuerait de refuser l'extradition.

Un décret du Premier ministre français reste nécessaire pour que l'extradition puisse avoir lieu.

(Reportage de Jean-François Rosnoblet; Écriture de Michel Rose; Édition de John Irish et Mark Heinrich)

Copyright 2019 Thomson Reuters.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *