Un ministre français s'entretient avec des nettoyeurs d'hôtels au milieu de grèves | Nouvelles du monde

Le gouvernement français a eu des entretiens avec des agences de nettoyage d’hôtels après plusieurs grèves et piquets de grève organisés par le personnel d’hôtels de tout le pays sur les horaires et les conditions de travail.

Marlène Schiappa, secrétaire chargée de l’égalité des sexes, a promis de revoir les conditions de travail des nettoyeurs d’hôtels, pour la plupart des femmes, qui sont souvent amenés à travailler de façon décalée tôt le matin et tard le soir.

Plusieurs lignes de piquetage à l'extérieur des hôtels sont apparues au cours de la dernière année. Des femmes de ménage, des blanchisseurs de linge et des gardiens de la cuisine ont protesté contre leurs heures de travail et contre rémunération. À Marseille, un grand hôtel a dû faire face à des manifestations quotidiennes devant le personnel de nettoyage pendant plus de deux mois. Les femmes de ménage d'hôtel, qui travaillent pour un entrepreneur, ont déclaré vouloir que leurs droits soient respectés.

Schiappa a promis une révision par le conseil de l'Etat pour l'égalité dans l'emploi, qui fera des suggestions d'ici la fin de l'année sur la manière d'améliorer les conditions de travail des nettoyeurs d'hôtels ainsi que des nettoyeurs d'immeubles de bureaux, dont beaucoup doivent travailler tôt le matin ou tard nuits plutôt que les heures normales de jour. Selon M. Schiappa, les entrepreneurs «disent souvent que c’est l’hôtel qui ne veut pas voir les femmes de ménage présentes pendant la journée. Et l’hôtel dit que c’est une demande des clients. Est-il possible d'insister pour que ces femmes ne soient jamais vues? Pour moi, c’est une forme de déshumanisation. "

Schiappa a déclaré que l'égalité des sexes ne consistait pas uniquement à lutter pour l'accès des femmes aux emplois de haut niveau, mais également à protéger les personnes les moins rémunérées. Elle a confié au journal Le Parisien que les employés de bureau devraient également s'habituer aux tâches ménagères qui les entourent pendant la journée, au lieu que celles-ci soient obligées de travailler tôt le matin ou tard le soir. Elle a dit "cela ne devrait pas prendre un effort énorme" pour que les agents de police s'habituent à voir des femmes de ménage.

Schiappa a déclaré que son arrière-grand-mère était une femme de ménage dont les conditions de travail difficiles n'étaient pas très différentes de celles d'aujourd'hui.

Mercredi, Schiappa a rencontré des fédérations de nettoyeurs d'hôtels ainsi que des agences pour mener les premières discussions.

Mais une branche du syndicat de la CGT de gauche, représentant les agents de nettoyage, a organisé une manifestation à l'extérieur, affirmant qu'elle n'avait pas été invitée.

Les politiciens de la gauche, France Unbowed, ont pris la parole devant la foule rassemblée à l’extérieur des bâtiments ministériels. Danielle Simmonet, une conseillère parisienne pour la fête, a déclaré: «À Marseille, les femmes de ménage dans les hôtels sont en train d'être réprimées. À Paris, il y a des hôtels de luxe qui réalisent des profits gigantesques, où les femmes se battent pour leurs droits et la lutte féministe. »Elle a critiqué le recours par les hôtels à des sous-traitants pour le nettoyage.

Plusieurs hôtels ont assisté à une grève des nettoyeurs ces derniers mois, notamment une grève de 32 jours dans deux hôtels de Suresnes, en banlieue de Paris, qui a conduit 20 nettoyeurs, blanchisseurs et porteurs de cuisine à s’accorder pour améliorer les conditions de travail et les salaires. L’année dernière, d’autres hôtels de luxe parisiens ont réglé des différends après la mise en place de lignes de piquetage à l’extérieur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *