Un anesthésiste français suspecté dans 17 nouveaux cas d'intoxication

Un médecin français déjà accusé d'avoir empoisonné sept patients a été présenté devant un juge jeudi, soupçonné d'avoir empoisonné 17 autres dans une clinique de l'est de la France, ont annoncé des procureurs.

Frédéric Pechier a travaillé comme anesthésiste dans deux cliniques privées à Besançon. Sept patients âgés de 37 à 53 ans ont été soumis à un arrêt cardiaque de 2008 à 2017.

Cette semaine, il a été convoqué pour interroger plus de 66 cas suspects d'arrêt cardiaque au cours d'opérations sur des patients autrement considérés à faible risque.

"Dix-sept cas ont été retenus" impliquant des patients âgés de 4 à 80 ans, dont sept sont décédés après que les médecins eurent été incapables de les faire revivre, a déclaré le procureur local Etienne Manteaux lors d'une conférence de presse.

Pechier a été traduit devant un juge qui déterminera s'il est inculpé et Manteaux a demandé qu'il soit emprisonné dans l'attente de nouvelles investigations.

Pechier était "le dénominateur commun" dans les nouveaux cas survenus à un moment où il était en conflit ouvert avec ses collègues anesthésistes à la clinique Saint-Vincent de Besançon, a déclaré Manteaux.

"Le plus souvent, il a été retrouvé près du bloc opératoire" lorsque les cas sont survenus et a rapidement diagnostiqué le problème et les mesures à prendre, "même quand rien ne permettait à quiconque de suspecter une surdose de potassium ou une anesthésie locale", a-t-il déclaré.

Les procureurs ont allégué qu'il avait peut-être altéré les trousses d'anesthésie de ses collègues pour créer des urgences dans les salles d'opération où il pourrait ensuite intervenir pour montrer ses supposés talents.

Les avocats de Pechier ont nié ces accusations et, en novembre, ils ont accusé la police d'avoir modifié les déclarations qu'il avait faites lors de son interrogatoire initial.

Lors de son interrogatoire cette semaine, M. Manteaux a déclaré que M. Pechier avait reconnu que des actes criminels avaient eu lieu à Saint-Vincent, mais "qu'il n'était pas responsable de ces empoisonnements.

(Cette histoire n'a pas été modifiée par le personnel de Business Standard et est générée automatiquement à partir d'un flux syndiqué.)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *