Tata nie avoir tenté de vendre la Jaguar Land Rover au PSA français | Affaires

Le propriétaire de Jaguar Land Rover, Tata Motors, a été forcé de nier être sur le point de vendre la marque de voiture de luxe britannique au propriétaire français de Peugeot.

Le plus grand constructeur automobile britannique est devenu une cible potentielle pour le groupe PSA – propriétaire de marques telles que Peugeot, Citroën et Vauxhall – pendant des mois alors que des informations selon lesquelles Tata de l’Inde était de plus en plus frustrée par les luttes de JLR.

Un document d’intégration après-vente a été distribué aux principaux dirigeants des sociétés, détaillant les avantages potentiels d’un rapprochement, a rapporté jeudi l’association de la presse. Cependant, les deux constructeurs ont nié qu'une vente soit en vue.

Dans un communiqué, Tata Motors a déclaré: «Par principe, nous ne commentons pas la spéculation des médias. Mais nous pouvons confirmer qu'il n'y a pas de vérité à ces rumeurs. "

Une porte-parole du groupe PSA a déclaré que la société était "ouverte à toutes les opportunités susceptibles de créer de la valeur à long terme", ajoutant que rien ne permettait à PSA de faire l'acquisition de JLR ou de tout autre constructeur automobile.

Le mois dernier, le patron du PSA, Carlos Tavares, avait précisé dans une interview qu'il envisageait de faire une offre sur JLR, entre autres constructeurs, mais a ajouté qu'il ne souhaitait pas qu'un tel accord soit une "distraction".

La performance des ventes de JLR a chuté au cours des derniers mois. Les ventes au détail ont chuté de 6,4% au cours des trois derniers mois de 2018, une baisse presque entièrement imputable à une baisse de plus de 40% en Chine.

Cette faiblesse fait suite à une longue période au cours de laquelle le segment haut de gamme du marché automobile mondial a surperformé des modèles moins coûteux. Cependant, les mauvaises performances récentes ont obligé la société à réduire ses activités.

En février, JLR a annoncé sa plus grosse perte trimestrielle après avoir été obligé de déprécier la valeur de ses investissements de 3,1 milliards de livres sterling alors que la demande chinoise s'effondrait. Plus tard au cours du même mois, il a annoncé son intention de supprimer 4 500 emplois dans ses effectifs mondiaux, la majorité d’entre eux étant des rôles de direction au Royaume-Uni sur des sites tels que Coventry et Gaydon.

JLR emploie un peu moins de 40 000 personnes dans le monde, dont la majorité au Royaume-Uni, mais est dépassé de loin par PSA en termes de taille et de volume des ventes. JLR a réalisé un chiffre d’affaires de 24,6 milliards de livres sterling en 2018, contre 74 milliards d’euros pour PSA au cours de la même période. Au cours du dernier trimestre de 2018, JLR a vendu 144 600 voitures, contre 995 100 au moins par le groupe PSA.

Un achat effectué par un grand constructeur automobile aiderait également JLR à effectuer les investissements majeurs dans les nouvelles technologies, qui seront nécessaires pour permettre aux constructeurs automobiles de se préparer au passage des moteurs à combustion interne aux technologies électriques et autonomes.

Philippe Houchois, analyste de l'automobile à la banque d'investissement Jefferies, a déclaré qu'une acquisition de JLR par PSA était une possibilité, mais ne constituerait pas une transaction «transformationnelle» envisagée par PSA. Les observateurs du secteur estiment qu’une fusion d’égal à égal avec l’Italien Fiat Chrysler Automobiles est à l’étude.

«JLR souhaiterait sans aucun doute une aide pour essayer d’obtenir de l’échelle», a-t-il déclaré. "On ne sait pas ce que cela ajoute à [PSA’s] cœur de métier. "

Toutefois, le succès de PSA lors de sa dernière acquisition majeure – l’achat de 1,9 milliard de livres sterling des marques Opel et Vauxhall auprès du constructeur américain General Motors en 2017 – lui a permis d’envisager une plus grande variété d’options, a ajouté Houchois.

Tavares, qui s’est fait connaître comme le remplaçant de Carlos Ghosn lors de son redressement de Renault, a salué en février les premiers profits annuels d’Opel – Vauxhall en 20 ans après un plan de réduction des coûts majeur. L'amélioration rapide comprenait des centaines de suppressions d'emplois.

Tout accord entre PSA et Tata serait probablement compliqué par le Brexit. JLR a fermé temporairement ses usines le mois dernier en cas de départ chaotique, mais la menace d'un Brexit sans accord est toujours présente à la fin du mois d'octobre, date prévue pour le départ.

Tavares avait averti en février que le constructeur automobile ne manquerait pas de prendre des décisions impopulaires, notamment de fermer des usines britanniques s’il existait un Brexit sans accord, qui menacerait l’avenir des usines de Vauxhall à Luton et à Ellesmere Port.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *