Le français Macron veut rencontrer le libyen Haftar pour faire respecter le cessez-le-feu | Nouvelles

Le président français Emmanuel Macron veut rencontrer le commandant militaire renégat de la Libye, Khalifa Haftar, pour réclamer un cessez-le-feu et reprendre les pourparlers de paix.

Macron a appelé la semaine dernière à une trêve dans la bataille d'un mois pour la capitale libyenne, Tripoli, après avoir rencontré le Premier ministre libyen, reconnu par l'ONU, Fayez al-Sarraj.

L'administration reconnue est à Tripoli, mais certains pays européens tels que la France ont également soutenu le commandant oriental Haftar en tant que moyen de lutter contre les groupes armés dans un pays chaotique depuis le renversement de Mouammar Kadhafi par l'OTAN en 2011.

Un jour après sa rencontre avec Macron, le gouvernement internationalement reconnu a demandé à 40 sociétés étrangères, dont le groupe pétrolier français Total, de renouveler leurs licences ou de suspendre leurs activités.

Conflit en Libye: les habitants de Tripoli sont aux prises avec le Ramadan

"La situation en Libye est extrêmement préoccupante, car la feuille de route proposée par les Nations unies aux deux parties – et qui a presque abouti à une conclusion positive – a aujourd'hui échoué en raison de l'initiative du maréchal Haftar et de la non-initiative de Sarraj", a déclaré le ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian a dit aux législateurs.

"C'est pour cette raison que le président a voulu rencontrer l'un et l'autre pour soutenir l'initiative de l'ONU."

La présidence française a déclaré qu'aucune réunion n'était prévue à ce stade.

Haftar et son armée nationale libyenne (LNA) ont eu du mal à maintenir l'élan de leur avance sur Tripoli, confrontés à une contre-offensive de troupes alignées sur le gouvernement d'accord national de Sarraj.

La GNA avait précédemment rejeté tout cessez-le-feu à moins que Haftar ne ramène ses troupes dans les zones qu’elles détenaient avant le 4 avril, dans le sud et l’est du pays.

Les semaines de combats ont tué plus de 430 personnes et blessé au moins 2 110 autres personnes, tout en déplaçant plus de 55 000 personnes, a déclaré l'Organisation mondiale de la Santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *