Le directeur de l’hôpital envisage de tuer des personnes handicapées Vincent Lambert, Terri Schiavo (France) | Nouvelles

Le directeur de l’hôpital envisage de tuer des personnes handicapées Vincent Lambert, Terri Schiavo (France) | Nouvelles

13 mai 2019 (LifeSiteNews) – Il y a eu un autre coup de tonnerre dans l'affaire Vincent Lambert. Vendredi, sa mère, Viviane, qui se bat depuis six ans maintenant, a reçu une brève lettre du Dr Vincent Sanchez de l'hôpital universitaire de Reims, dans le nord de la France, l'informant de son intention de commencer une fin de semaine. La France ignore délibérément un ordre du Comité des droits des personnes handicapées de l’ONU de suspendre l’exécution de Terri Schiavo (France). Sanchez a apparemment le soutien total du gouvernement et de l'administration française. La ministre de la Santé, Agnès Buzyn, a déclaré peu après l'annonce des mesures provisoires par la CDPH que la France ne se considérait pas comme liée par la décision de l'agence américaine, car Lambert n'est pas "handicapée", selon elle, mais dans un "état végétatif".

Sanchez et l’administration de la santé publique ont l’intention d’exécuter la récente ordonnance du Conseil d’État, ordonnant le retrait du tube d’alimentation de Lambert, ainsi que la sédation profonde jusqu’à la mort.

La Cour européenne des droits de l'homme (CEDH), qui en 2015 a jugé les membres de la famille de Lambert qui ne veulent pas qu'il soit tué lentement, a refusé le 20 avril l'examen de l'affaire malgré les efforts des avocats Jérôme Triomphe et Jean Paillot souligner de nouveaux éléments juridiques justifiant une plainte pour violation des droits de la personne.

La CDPH a été saisie en dernier recours.

Depuis que Sanchez a décidé d'ignorer sa décision, l'hôpital de Reims, où Vincent Lambert est maintenu sous clé dans la section des soins palliatifs où il se trouve depuis plus de six ans, est placé sous la protection de la force publique, avec des panneaux indiquant le plus haut niveau d'anti mesures anti-terroristes, "Vigipirate", sont en vigueur. «Sécurité renforcée, risque d'attaque terroriste», lit un signe.

L’équipe de conseillers juridiques de Lamberts a annoncé qu’elle prendrait des mesures judiciaires pour empêcher Sanchez d’exécuter son plan.

Gregor Puppinck, directeur du Centre européen pour le droit et la justice (ECLJ), une organisation sœur du Centre américain pour le droit et la justice, a accompagné de nombreuses procédures pro-vie devant les tribunaux internationaux des droits de l'homme. Il a eu la gentillesse de donner à LifeSite son opinion sur la décision de la France de ne pas tenir compte d’une décision formelle de la CDPH, qu’il qualifierait de "politique", ce qui entraînera très probablement la condamnation de la France par le comité américain. Son interview complète est ci-dessous.

Certains lecteurs de LifeSite ont mis en doute la décision des Lamberts de faire appel à un organisme américain, soulignant à juste titre que les Nations Unies ont une longue tradition de promotion et d’imposition de la culture de la mort aux nations qui refusent toujours de légaliser l’avortement, «droits des LGBT». de facto contrôle de la population, et ainsi de suite.

Mais quand il s’agit de sauver la vie d’un homme, vous utilisez les possibilités qui existent. Lorsqu'il existe des juges ou des organes capables d'empêcher un meurtre immédiat, ils peuvent être appelés à le faire; ce n'est pas moralement faux. Quand un système social est mauvais mais s'impose, lorsqu'il est en contrôle, que peut-on faire d'autre que de l'utiliser autant que possible pour le bien?

Prenons Vladimir Boukovski, un dissident russe confronté à un pouvoir soviétique incarnant un «communisme intrinsèquement pervers»: avec ses amis dissidents, il a utilisé tous les pouvoirs de la loi et des règlements en vigueur devant les tribunaux afin d'obtenir des restes de liberté, en se servant des pouvoirs existants. propre système contre lui-même, pour ainsi dire. Qui lui en voudrait?


Entretien complet avec Gregor Puppinck

LifeSite: Gregor Puppinck, vous connaissez très bien le fonctionnement du Conseil de l'Europe, de la Cour européenne des droits de l'homme et des comités de l'ONU. Quelle est votre réaction à la décision française d'ignorer la demande de la CDPH concernant le cas de Vincent Lambert?

Gregor Puppinck: Je suis chancelé. Le gouvernement enfreint manifestement ses engagements internationaux dans le seul but de faire mourir une personne handicapée plus rapidement. Son objectif est symbolique et politique: Vincent Lambert est le symbole du conflit social qui se déroule en France autour de la fin de la vie et plus précisément de l’euthanasie. La mort de Vincent Lambert est devenue une nécessité politique pour les partisans de l'euthanasie et ils sont prêts à violer leurs propres engagements internationaux pour y parvenir. Je pense que le gouvernement a peur de la décision du Comité des droits des personnes handicapées. il ne fait pas confiance à sa propre position et préfère donc arrêter la procédure dès le départ plutôt que de la suivre et d'honorer ses propres engagements.

Il est important de souligner une chose: outre les aspects factuels – Vincent Lambert n'est pas en état végétatif, du moins pas tout le temps – il existe un aspect important en droit international: à ce jour, de nombreuses questions en suspens ont été résolues. pas été jugé en droit international. Ils n'ont pas été jugés par la Cour européenne des droits de l'homme, qui a refusé de se prononcer sur un certain nombre de violations graves des droits de l'homme. Ils ont maintenant été renvoyés devant le Comité des droits des personnes handicapées, qui est spécialisé et compétent. dans la défense des droits des personnes handicapées. Aujourd’hui, de nombreuses violations doivent encore être jugées, notamment le manque de soins de Vincent Lambert et le refus de le laisser être transféré dans une unité spécialisée pour les patients atteints de lésions cérébrales.

Il convient également de noter qu'il existe une différence significative entre les organes de Strasbourg et de Genève sur la question de l'hydratation et de la nutrition. La Cour européenne des droits de l'homme a refusé de prendre position sur la question de savoir si la nourriture et l'hydratation sont des «soins» qui peuvent être interrompus. Elle a simplement invoqué l’absence de consensus entre les États européens pour ne pas juger la question et laisser une marge d’appréciation à la France. La Cour européenne a simplement dit: il n'y a pas d'accord en Europe, alors nous ne disons rien.

En revanche, l'article 25 de la Convention relative aux droits des personnes handicapées stipule très précisément que le patient ne peut être privé de nourriture et d'hydratation en raison de son handicap. C'est la question centrale. Je pense que nous devons insister sur cet article 25 car il répond très clairement à la situation de Vincent Lambert.

LifeSite: Mais la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, a déclaré que le gouvernement français reconnaissait que cela était vrai pour les personnes handicapées, mais que Vincent Lambert, qui souffrait de lésions cérébrales et d'un état végétatif, n'était pas une personne handicapée. Que penses-tu de cela?

Gregor Puppinck: La réponse est évidente. Tout d’abord, Vincent Lambert est bel et bien handicapé. Il n'est pas malade ni à la fin de sa vie. Il est simplement handicapé: il ne reçoit aucun traitement particulier, il est simplement nourri et hydraté. Vincent Lambert correspond parfaitement à la définition du handicap donnée par la Convention internationale des droits des personnes handicapées. Il mentionne notamment les handicaps cérébraux, qui peuvent bien sûr être dus à un accident, comme c'est le cas de Vincent Lambert.

Deuxièmement, il convient de noter que les demandes adressées au Comité des droits des personnes handicapées sont d’abord examinées par le secrétariat. Le secrétariat élimine immédiatement toutes les demandes qui ne font manifestement pas partie de sa portée – et elles sont nombreuses. Le fait que la demande ait été enregistrée par le secrétariat prouve qu'elle relève du Comité des droits des personnes handicapées et que, par conséquent, ce que dit Mme Buzyn sur ce point est un argument très faible et sans valeur, déjà contredit par les faits. .

Le ministère français des Affaires étrangères n'a à aucun moment suggéré dans sa communication que le Comité ne serait pas compétent pour juger l'affaire Lambert du point de vue de son handicap. Si Vincent Lambert n'était pas handicapé, le comité ne serait pas compétent. Cela ne peut pas être contesté.

LifeSite: Le problème, cependant, est que si la France procède comme elle le souhaite et comme l’a annoncé le Dr Vincent Sanchez, Vincent Lambert sera bel et bien tué par une lente euthanasie. Quels seraient les moyens de coercition de la CDPH pour empêcher cette action et quelles pourraient être ses actions ultérieures si cette action se produisait?

Gregor Puppinck: La CDPH sera certainement informée de la décision du gouvernement, si cela n'a pas déjà été fait. Qu'est-ce que ça peut faire? Dans l'immédiat, il pourra répondre plus fermement au gouvernement français pour lui rappeler son obligation de respecter ses engagements internationaux. Le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme peut intervenir conjointement avec le comité, étant donné qu'il fait partie du haut-commissariat chargé de son secrétariat. Donc, pour le moment, le Comité pourrait nous rappeler avec force. Plus tard, des pressions diplomatiques peuvent être exercées.

Cependant, il est vrai que nous avons l’impression que le gouvernement français a adopté une attitude radicale: il est déterminé à violer le droit international. Je ne sais donc pas quel poids la pression internationale peut peser face à cette décision honteuse du gouvernement. .

En tout état de cause, le refus du gouvernement français, s’il est maintenu, d’appliquer les mesures provisoires conduira à la condamnation de la France pour ce motif. C’est une certitude, car il ya eu des précédents dans d’autres affaires, notamment celle du Comité des droits de l’homme, qui est un comité jumeau des Nations Unies au Comité sur les droits des personnes handicapées, fonctionnant exactement selon le même principe et légèrement supérieur. en termes de hiérarchie des normes juridiques.

Je voudrais mentionner un cas contre le Belarus en 2013. Le Belarus avait condamné un homme à mort. Le Comité des droits de l'homme a demandé des mesures provisoires pour empêcher cet homme d'être exécuté. La Biélorussie l'a fait quand même. Eh bien, le Comité des droits de l'homme a condamné le Bélarus à des dommages-intérêts et a énoncé très clairement comme principe général qu'il «attirait l'attention des États parties sur le fait que le non-respect des mesures provisoires constituait une violation par les États parties de leur obligation de coopérer de bonne foi en vertu du protocole facultatif se rapportant au Pacte. "

Il s’agit là d’une violation flagrante du droit international, qui sera condamné, mais le risque est qu’il soit condamné trop tard et à un moment où Mme Buzyn ne sera plus en poste de toute façon. C'est un cas politique.

LifeSite: Une décision favorable de la CDPH, que ce soit par une condamnation de la France ou par des pressions suffisantes pour empêcher la mise en œuvre du plan Sanchez, remettrait-elle en cause la loi française Leonetti-Claeys sur la fin de vie?

Gregor Puppinck: Oui. Lorsque des comités des Nations Unies, tels que la Cour européenne des droits de l'homme, constatent qu'une décision est contraire à une convention, ils demandent – ce n'est qu'une demande, mais en droit international, l'État doit en tenir compte – pour réparation du préjudice particulier subi par la victime. , mais ils demandent également au gouvernement de prendre des mesures générales pour éviter que de tels dommages ne se reproduisent. Parmi ces mesures générales, le comité pourrait exhorter le gouvernement à modifier sa législation.

Comme vous le savez, c’était le cas de l’Irlande contre l’avortement dans le cadre des mesures générales.

Une telle demande sera ensuite suivie par le Comité, qui peut exercer une pression supplémentaire. Cela fait certainement partie des responsabilités possibles du comité.

Dans une certaine mesure, on peut dire que la décision finale du comité n’est pas directement contraignante – et non comme le serait une décision de justice en droit interne. En revanche, à mon avis, les mesures provisoires sont directement contraignantes parce qu’elles sont de nature procédurale. Et le gouvernement français s'est engagé à participer à la procédure.

Dire, à l'instar du gouvernement, que les décisions du comité ne sont pas contraignantes, et donc d'autant plus que les mesures provisoires ne le sont pas non plus, c'est faux. Les mesures provisoires sont une question de procédure.

Par exemple, la France doit respecter les délais, en particulier lorsqu'il lui est demandé de répondre dans un délai de six mois. Il en va de même pour les mesures provisoires. La France a pris un engagement très clair en ratifiant la Convention: des mesures provisoires en font partie.

Au sens large, cette affaire concerne l'application de plusieurs règles de droit international, notamment de deux articles de la Convention de Vienne de 1969 sur le droit des traités. L'un de ses articles stipule que les traités doivent être appliqués de bonne foi, ce qui est essentiel. Une seconde affirme qu’un État ne peut invoquer son droit interne pour justifier la violation d’une règle de droit international.

C’est pourtant précisément ce que fait le gouvernement français, puisqu'il a invoqué sa loi Leonetti, affirmant qu’il est tellement bon que les mesures provisoires ne seront pas appliquées. Ce sont des violations claires du droit international, cela ne fait aucun doute.

• Le Dr Vincent Sanchez, chef de l’unité des soins palliatifs de l’hôpital universitaire de Reims, peut être contacté par courrier électronique à l’adresse suivante: [email protected]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *