AP Exclusive: la femme d'un ancien chef d'Interpol obtient l'asile en France

AP Exclusive: la femme d'un ancien chef d'Interpol obtient l'asile en France

L'épouse de Meng Hongwei, l'ancien président d'Interpol emprisonné en Chine pour des raisons politiques, a déclaré lundi que la France avait sauvé la vie de leurs deux jeunes garçons en lui accordant l'asile.

Le bureau du gouvernement français qui règle les demandes d'asile a rendu sa décision la semaine dernière, lui accordant le statut de réfugiée, a annoncé l'équipe juridique de Grace Meng. Le bureau d'asile n'a pas répondu aux contacts d'Associated Press par téléphone et par courrier électronique, et le ministère français de l'Intérieur a déclaré qu'il ne commentait pas les cas individuels.

Grace Meng a déclaré à l'AP que la garantie de pouvoir rester en France, où Meng Hongwei était en poste chez Interpol, offre une sécurité accrue à sa famille tout en poursuivant sa lutte pour obtenir des informations de la Chine sur l'endroit où se trouve son mari et même s'il est toujours en vie. .

"Si la France ne m'avait pas protégé, j'aurais été tué il y a bien longtemps", a-t-elle déclaré. "C'est une seconde vie pour nous, moi et mes enfants."

Sa dernière communication avec son mari était un couteau emoji. Il lui a envoyé un texto de Chine peu de temps avant sa disparition lors d'un voyage à Beijing en septembre dernier. Les autorités chinoises ont par la suite annoncé que Meng Hongwei était en détention, accusé de corruption.

Il a été exclu du parti communiste au pouvoir et de son poste de vice-ministre de la Sécurité publique, titre qu'il conservait après son élection en 2016 à la présidence d'Interpol, l'organisation internationale de liaison avec la police basée à Lyon, en France.

Grace Meng affirme que son mari est victime de persécution politique en Chine. On soupçonne qu'il est tombé en disgrâce auprès du président chinois Xi Jinping, qui a mené une vaste campagne de répression de la corruption et perçu une déloyauté qui, selon les observateurs, est censée renforcer le contrôle du parti tout en renvoyant au pouvoir des challengers potentiels.

La semaine dernière, les procureurs chinois ont inculpé Meng Hongwei de pots-de-vin, l'accusant d'avoir abusé de son poste pour "accepter illégalement de l'argent et des biens en échange de leurs faveurs".

Grace Meng a déclaré que la Chine n'avait pas fourni la moindre preuve à l'appui des accusations.

"C'est un cas politique", a-t-elle déclaré à l'AP.

Suite à la détention de son mari, Grace Meng a vécu sous la protection de la police en France.

En déposant sa demande d'asile auprès des autorités françaises en novembre dernier, ses avocats ont affirmé qu'elle courrait un danger si elle retournait en Chine, après avoir critiqué le traitement de son cas par les autorités chinoises.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *