L'Australie va payer des pénalités de plusieurs millions de dollars à la France en cas d'échec de l'accord relatif aux sous-marins – Votes australiens – Elections fédérales 2019 – Politique

L'Australie va payer des pénalités de plusieurs millions de dollars à la France en cas d'échec de l'accord relatif aux sous-marins - Votes australiens - Elections fédérales 2019 - Politique

Publié

15 mai 2019 00:06:21

L'Australie sera obligée de verser des compensations de plusieurs millions de dollars à la France si le futur programme sous-marin est terminé, selon les chiffres révélés par l'ABC.

Points clés:

  • L’Australie pourrait débourser plus de 400 millions de dollars si le contrat de sous-marin était résilié plus tôt que prévu.
  • Les documents fuites indiquent que les "paiements de rupture" iraient au constructeur de sous-marins français, Naval Group
  • Le gouvernement a confirmé le paiement de la clause de rupture, mais a refusé de discuter des détails

Les "paiements de pause" sont décrits dans l'accord de partenariat stratégique (ASP) confidentiel qui guide le projet de 50 milliards de dollars, signé en février par les ministres de la défense français et australien.

En 2016, l'ancien Premier ministre Malcolm Turnbull a annoncé que le groupe naval (alors connu sous le nom de DCNS) avait battu ses concurrents allemands et japonais pour la construction de 12 nouveaux sous-marins pour la marine royale australienne au cours des trois prochaines décennies.

L’ABC a maintenant obtenu une partie du document de SPA confidentiel, préparé l’année dernière, détaillant à quel moment certains "versements de retard" seront invoqués si l’Australie décidait de se retirer du contrat massif.

Andrew Davies, expert de l'industrie de la défense, a déclaré qu'il était de pratique courante d'inclure des sanctions financières en cas de cessation d'un projet militaire avant son achèvement, ainsi que des clauses de dommages et intérêts en cas de non-exécution par une entreprise.

"Cela a coûté environ 20 millions de dollars à la défense pour se sortir du projet malheureux d'hélicoptères navals Super Seasprite", a déclaré le Dr Davies.

Selon le futur sous-marin SPA, Naval Group recevrait un paiement d'interruption de 90 millions d'euros (environ 140 millions de dollars) si la société complétait la conception de base, mais le département de la Défense a alors décidé de ne pas poursuivre.

De même, une indemnité de rupture de 250 millions d’euros (environ 404 millions de dollars) s’appliquerait si les Français livraient un plan détaillé de sous-marin et que l’Australie décidait alors de ne pas aller plus loin.

Si l’Australie acceptait son premier sous-marin achevé mais décidait d’annuler toutes les commandes futures, le Commonwealth devrait payer à la société française 220 millions d’euros (environ 355 millions de dollars).

Les frais de pause diminuent en fonction du nombre de sous-marins terminés acceptés.

Le ministère de la Défense a confirmé que le PSA comprenait "des dispositions permettant de gérer les licenciements de manière juste et équitable, en fonction des circonstances ayant conduit au licenciement".

Toutefois, un porte-parole de la Défense a déclaré à l'ABC qu'il serait "inapproprié de discuter des détails des accords commerciaux conclus avec le groupe Naval".

M. Davies a déclaré que le moment venu pour le futur gouvernement d'approuver les conceptions de sous-marins, il devrait examiner de près les coûts et les avantages de la procédure.

"Si, pour une raison quelconque, nous décidons que nous avons de meilleures dépenses, les coûts sont minimes comparés au coût total du projet, et il pourrait être judicieux de les payer et de s'en aller", a-t-il déclaré.

"Espérons que les futurs décideurs ne seront pas influencés par les coûts irrécupérables nécessaires pour atteindre ces objectifs."

Le mois dernier, le groupe naval a publiquement reconnu de nombreuses différences et difficultés culturelles avec les responsables de la défense australienne travaillant sur le programme sous-marin.

Les sujets:

Gouvernement et politique,

défense et sécurité nationale,

Australie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *