La Veloroos – Les femmes australiennes rejoignent InternationElles

La Veloroos - Les femmes australiennes rejoignent InternationElles

Publié

15 juillet 2019 08:02:25

Une équipe a mené toutes les étapes du Tour de France cette année, mais elle n’a pas encore récupéré de maillot jaune. En fait, la couleur de l’équipe est rose.

Trois cyclistes australiens font partie d'InternationElles – une délégation entièrement composée de femmes et participant à toutes les étapes de la course de cette année, un jour avant les hommes – prouve que le cyclisme féminin mérite un événement équivalent.

Sarah Anne Evans, un tiers des Veloroos, dit le contingent australien, a déclaré que l'équipe ne participait pas à la course, mais "pilotait fort", pour attirer l'attention sur le manque à gagner du Circuit mondial féminin.

"Pour la tournée française, il n'y a qu'une étape pour les femmes", a déclaré Evans.

"Cette étape est plus courte et il s’agit d’une étape à plusieurs tours."

Sur votre vélo

En 2015, le numéro incitait cinq Françaises à commencer toutes les étapes du Tour avec un jour d'avance sur les hommes sous la bannière «Donnons des filles au velo».

En 2019, le contingent français était au nombre de 23 et c'est la première année que les cyclistes féminines d'autres pays apportent leur soutien, avec l'ajout des 10 membres InternationElles, y compris les Veloroos – et cela ne s'arrête pas là.

"Chaque jour, nous sommes rejoints par des coureurs locaux", a déclaré Evans.

"Je pense que le premier jour, nous en avions plus de cent.

"Lorsque nous nous rendrons aux Champs-Élysées à Paris, nous attendons trois cents personnes."

Le résident de Jindabyne a rejoint les Velaroos, une équipe de cyclisme d’endurance, il ya deux ans.

Aux côtés des membres fondateurs Julie-Anne Hazlet et Pippa Lyon, Evans a battu en 19 heures le record féminin de l'épuisante course de 2200 km autour de l'Irlande.

Les trois membres actuellement en France sont des amateurs – des guerriers du week-end passionnés par le cyclisme féminin et par le besoin d'une plus grande parité.

"Nous sommes prêts à prouver que si nous faisons la bonne formation, nous pourrons participer et participer à quelque chose de similaire et qu'il n'y a donc aucune raison pour que les femmes professionnelles ne soient pas tentées", a déclaré Evans.

Elles réalisent le Tour le plus montagneux depuis 106 ans, sans aucune perspective de gain financier ni de gloire, dans l’espoir que les spectateurs commencent à se demander pourquoi il n’existe pas de Tour féminin officiel.

Tour féminin de courte durée presque oublié

En fait, il y a déjà eu un circuit féminin dans les années 1980.

De 1984 à 1989, le Tour De France Feminen était un lever de rideau en 18 étapes, mais les problèmes juridiques, les années sabbatiques, les changements de nom et la diminution des investissements l'ont vu se détacher du peloton et finalement démonter.

Au lieu de cela, les femmes n’ont plus qu’à La Course – la course par étapes plus courte, d’une journée, qui regroupe plusieurs femmes, dans le pays qui est le foyer spirituel du Grand Tour.

L’Australienne Tracey Gaudry a participé au Tour de Féminin en 1999 et est maintenant chargée de développer le cyclisme féminin dans le monde entier, en tant que présidente de la Commission de la condition féminine de l’Union Cycliste Internationale (UCI), la plus grande instance dirigeante du cyclisme

Bien que l’organisation soit un organisme de sanction et ne crée pas d’événements, Mme Gaudry a déclaré que l’UCI "souhaiterait vivement voir une course mise en scène en France et soutient toutes les initiatives visant à faire évoluer le cadran vers la création d’un grand tour".

Gap se referme, déclare un ancien combattant

Pour Evans, l’écart entre les sexes dans le sport est "assez énorme", a-t-elle déclaré, de par la différence de rémunération et la réduction des opportunités dans l’ensemble.

Cependant, Mme Gaudry a déclaré que des améliorations significatives avaient été apportées depuis la création de la Commission de la condition féminine en 2013, soulignant le Tour mondial des femmes récemment relooké et réorganisé pour 2020, qui comprend 22 courses sur quatre continents.

"Chaque événement doit comporter au minimum une retransmission internationale en direct, le montant des gains a été augmenté et, pour la première fois, chaque coureur sous contrat avec l'équipe du Women's World Tour aura des conditions de contrat minimales, un minimum d'assistance et de soutien salaire pour la première fois dans le cyclisme ", a déclaré Mme Gaudry.

Les sujets:

cyclisme,

statut de femme,

bega-2550,

Sydney-2000,

jindabyne-2627,

France

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *