La France ouvre le débat sur le féminicide et la violence domestique en septembre »Manila Bulletin News

More than 1,200 women protested in Paris on Saturday after a woman was found murdered by her partner, the 75th such case this year (AFP Photo/Martin BUREAU)

Publié

Par Agence France-Presse

Le gouvernement français va entamer en septembre une importante consultation sur la violence domestique afin de mettre un terme aux meurtres et à la violence à l'égard des femmes, a déclaré un ministre dimanche.

Plus de 1 200 femmes ont manifesté samedi à Paris après qu'une femme ait été retrouvée assassinée par son partenaire, ce qui en fait 75e cas cette année (AFP Photo / Martin BUREAU)

Depuis janvier, 75 femmes sont décédées des suites d'un «féminicide» (meurtre commis par un mari ou un partenaire), poussant plus de 1 200 manifestants à descendre dans les rues de Paris pour réclamer des mesures.

«Nous lançons… une consultation nationale avec le public et une campagne visant à réveiller la société», a déclaré Marlene Schiappa, ministre française chargée de l'Égalité des sexes, au Journal du Dimanche (JDD).

La consultation, qui débutera le 3 septembre, sera supervisée par le Premier ministre Edouard Philippe et réunira des ministres, des groupes de défense des droits, les services publics et les familles des victimes dans le but de "créer des méthodes de travail plus efficaces" sur le terrain, a-t-elle déclaré. .

Cette annonce a toutefois suscité une réaction cinglante du groupe féministe #NousToutes ("Nous tous"), qui a dénoncé le retard pris dans la prise de mesures dans une déclaration intitulée: "Monsieur le Président, la violence ne prend pas de vacances".

«Les femmes sont en danger en ce moment», a déclaré le groupe après qu'une femme dans la trentaine ait été étranglée à mort chez elle samedi.

Dans un message sur Facebook tard samedi, le président Emmanuel Macron a admis que la France "n'a pas su protéger" les femmes de la violence meurtrière de leurs partenaires actuels ou passés.

La Fondation des Femmes a déclaré que la consultation gouvernementale était "une première étape positive", mais a averti que les victimes avaient besoin de "mesures réelles et concrètes financées", et pas simplement "d'une autre campagne de sensibilisation".

Schiappa a déclaré que le processus de consultation s'achèverait le 25 novembre, Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes.

En 2017, 130 femmes en France ont été tuées par un partenaire ou un ancien partenaire, contre 123 l'année précédente, selon les chiffres du ministère de l'Intérieur.

En Espagne, la lutte contre la violence domestique est devenue une cause nationale depuis une série de procès controversés, dont l'un a vu cinq hommes accusés d'avoir violé en groupe un adolescent en 2016, reconnu coupable d'abus sexuel plutôt que de viol.

Mais cette décision a été annulée le mois dernier, lorsque la Cour suprême espagnole a déclaré les cinq coupables de viol collectif.

Au cours de la dernière décennie, le nombre de femmes tuées a considérablement diminué après que l’Espagne ait intensifié sa lutte contre le fléau, mis en place des lignes téléphoniques spéciales, des tribunaux spéciaux et utilisé des étiquettes électroniques pour les délinquants dans un programme copié dans d’autres pays européens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *