Tour de France: Deceuninck-QuickStep raté la victoire à domicile du Grand Départ

Deceuninck-QuickStep n'a pas réussi à convertir une solide avance au sprint de l'étape 1 et a raté la victoire au contre-la-montre par équipe de l'étape 2, ce qui sera considéré comme un décevant Grand Départ de Bruxelles sur son territoire lors du Tour de France. Le directeur de l’équipe, Tom Steels, a pu relativiser sa troisième place dans le contre-la-montre par équipes – "Je ne pense pas que nous ayons fait du mauvais travail, mais [Jumbo-Visma] étaient à un autre niveau. "

Vous avez peu de temps pour réfléchir aux performances du Grand Départ, car lundi, une nouvelle opportunité conviendra à l'équipe belge. L'étape de Binche (215 km) conduit le peloton à Épernay en France. Les quatre montées classées dans les derniers kilomètres et la montée sur la Côte de Mutigny conviennent certainement à l'alpiniste français Julian Alaphilippe.

Steels a confirmé: "L'arrivée de lundi conviendra à Julian, mais elle conviendra également à de nombreux autres coureurs. Ce sera une finale épicée. Ce sera également une journée nerveuse pour les coureurs du GC."

Lors des essais contre la montre des coureurs de l'équipe Deceuninck-QuickStep, il était clair qu'ils se battaient avec l'équipe Ineos. L’équipe britannique a décollé pour la première fois à Bruxelles et a établi un standard élevé. L’équipe Katusha-Alpecin a réussi à réduire son temps aux points intermédiaires à la moitié de l’après-midi, mais l’équipe a perdu six secondes à la ligne d’arrivée à côté de l’emblématique Atomium.

De plus, le Deceuninck-QuickStep a réussi à être plus rapide au premier point intermédiaire. Ils étaient troisièmes avant de commencer, et ils étaient deux secondes plus rapides après 13 km avec 13:56. Au deuxième point intermédiaire, les deux équipes ont chacune marqué un temps de 21:11. Dans les derniers kilomètres, la balance a basculé vers Ineos qui a terminé moins d'une seconde plus vite.

Pour Patrick Lefevere, responsable de Deceuninck-QuickStep, cela a dû être un coup dur. Lors de la conférence de presse de son équipe, il a déclaré que, malgré ses multiples champions du monde dans le contre-la-montre par équipes, ses coureurs n'ont jamais réussi à gagner le contre-la-montre par équipes du Tour de France.

En franchissant la ligne d'arrivée, la foule a lancé un grand "ooooh" pour exprimer sa déception lorsque la populaire équipe locale a manqué de peu la position de tête. L’ancien champion de Belgique, Yves Lampaert, est l’un des hommes forts de l’équipe. Alors qu’il s’éloignait de la ligne d’arrivée, il a lancé quelques gros mots avec le mot-symbole. Ce qu’il ne savait pas à ce moment-là, c’est que Jumbo-Visma vient de battre le temps au premier point intermédiaire de plus de dix secondes en 13:44.

"C’est décevant parce que nous sommes si proches derrière Ineos, mais sachant que Jumbo a déjà une longueur d’avance sur nous, cela signifie que nous devons être satisfaits de la troisième place. Cela signifie que ces gars-là ont décollé très vite et que nous finirons probablement à la troisième place ", a déclaré Lampaert.

En recherchant les 78 centièmes de seconde perdus sur Ineos, Lampaert n'a pas eu à réfléchir longtemps. "Nous avons probablement fini par rouler avec six gars trop tôt, ce qui a rendu la récupération difficile. Ineos a également terminé avec six coureurs, mais ils ont probablement roulé plus longtemps avec sept coureurs. Chaque détail est important dans le Tour et 10 ou 20 secondes supplémentaires pour récupérer. est un monde de différence ", a déclaré Lampaert.

Le récent vainqueur du contre-la-montre au Tour de Suisse et troisième à Paris-Roubaix retrouvera son statut de domestique au Tour de France. "Je me sentais vraiment bien et je pense avoir été capable de faire ma part du travail. Je dois être satisfaite. S'il y a une étape où je peux essayer quelque chose, alors je le ferai, mais je dois aussi économiser de l'énergie pour être capable de faire mon travail, je suis ici pour mettre Viviani et Alaphilippe en position et aider [Enric] Dans la mesure du possible, mais je n’ai pas vraiment d’ambition personnelle ", a déclaré Lampaert.

Quand il a été interrogé sur le pilote de l'équipe GC, Mas, Lampaert a fait l'éloge du jeune espagnol. "Il était vraiment bon. Je ne m'attendais pas à ce qu'il soit aussi bon que lui. Le parcours de cette course contre la montre par équipe ne lui convenait pas vraiment. Je suis impressionné par sa forme."

Plus tard, lors de la préparation de l'équipe où les coureurs se réchauffaient, Tom Steels était présent. Il est l'expert de l'équipe en matière de contre-la-montre, et il a confirmé ce que Lampaert avait dit.

"Un coureur effectue normalement une traction d'environ 20 à 30 secondes. Cela signifie que le temps de récupération d'un coureur passe de 14h30 à 13h30 avant qu'il ne soit obligé de tirer à nouveau; ce n'est pas beaucoup de temps. L'acide lactique entre en jeu et vous devez alors espérer une descente ou une montée où vous êtes parmi les meilleurs et où vous pourrez récupérer, mais il ne chutera pas.

"Michael [Morkov] Il a dû quitter le groupe assez tôt, mais il a eu la malchance de devoir tirer un peu plus longtemps pendant ses relais. Il a probablement commis une erreur de ne pas sauter son tour, ce qui est parfois une bonne chose à faire. Max [Richeze] soudainement fait exploser son moteur aussi ", a déclaré Steels.

En ce qui concerne la performance gagnante de Jumbo-Visma, Steels a déclaré qu'il n'était pas surpris. "Nous avons vu aux championnats de Belgique en TT combien de temps Wout van Aert peut rattraper contre Yves Lampaert, qui était bon. Ils ont quelques gars qui peuvent faire la différence sur cette distance. Wout van Aert est l'un d'entre eux. mais aussi Tony Martin, qui surfait sur le flot de l’équipe, mais aussi de l’expérience dans cette discipline, de la capacité à délivrer de la puissance sans faire exploser les autres. Vous devez vous entraîner avec cette dureté. créer une équipe autour de Kasper [Asgreen] et Yves, vous verriez alors à quelle vitesse on peut rouler sur ce parcours; probablement une demi-minute plus vite. "

En ce qui concerne les qualités de sprint d'Elia Viviani, Steels était confiant que le coureur italien rebondirait lors du prochain sprint. "Nous savions que l'arrivée de samedi ne convenait pas parfaitement à Viviani. Il avait besoin d'une super journée. Il était là mais n'a pas pu accélérer encore plus. Il a prouvé qu'il était en tête; il est bon. La première étape du Tour est toujours difficile pour trouver votre chemin. Il sera bon lors de son prochain sprint. "

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *