La France demande à l'Union européenne une aide agricole précoce pour aider les agriculteurs touchés par la sécheresse

INTERVIEW-Aucun secret secret n’est en sécurité au moment de l’intelligence artificielle, déclare un émissaire numérique français

PARIS, 22 juillet (Reuters) – La France demandera à la Commission européenne d'avancer le versement de 1 milliard d'euros de subventions pour aider les agriculteurs à faire face à une période difficile qui nuit aux cultures et aux pâturages, avec des dommages supplémentaires craint cette semaine, le ministre de l'agriculture a déclaré lundi.

Le temps chaud qui règne en France cette semaine devrait prolonger les conditions de sécheresse qui ont touché plusieurs secteurs au cours des derniers mois, notamment la production d’énergie nucléaire et l’agriculture, et ont conduit à des restrictions sur l’utilisation de l’eau dans 73 départements administratifs avant lundi.

Une sécheresse avait déjà gravement endommagé les cultures céréalières chez le plus grand producteur de l'Union européenne l'année dernière.

"Nous devons aider les agriculteurs en difficulté à traverser cette période difficile, en particulier ceux qui ont du mal à nourrir leurs animaux ou utilisent déjà des stocks de foin qui devaient être conservés cet automne et cet hiver", a déclaré le ministre français de l'Agriculture, Didier Guillaume, au quotidien Le Parisien.

"En général, 50% des aides liées à la politique agricole commune (PAC) sont allouées à la mi-octobre. Nous demanderons à l'Union européenne de porter ce pourcentage de 50% à 70% d'ici le 16 octobre. Cela représentera 1 milliards d’euros d’avance supplémentaire ", a déclaré Guillaume.

La France est de loin le plus gros bénéficiaire de la PAC avec un total de plus de 9 milliards d'euros par an.

Guillaume visitait une ferme du centre de la France lundi matin.

La FNSEA, le plus grand syndicat agricole de France, s'est félicitée de cette décision mais craint que cela n'arrive trop tard.

"C’est immédiatement que les gens ont soif et que les vaches ont faim. Nous nous félicitons donc de cette initiative, mais nous devons avant tout trouver du fourrage", a déclaré Christiane Lambert, présidente de la FNSEA, à France Info.

(1 $ = 0,8912 euros) (Reportage de Sybille de La Hamaide, édité par Louise Heavens)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *