La France coupable d'avoir abusé de ses droits Sans-abri: Rapporteur américain | Nouvelles du monde

U.S. News & World Report Homepage

Leilani Farha, rapporteure spéciale des Nations Unies sur le droit au logement, se rend dans le gymnase Roquepine occupé par des dizaines de familles sans abri aidées par le groupe Droit du logement DAL, lors d'une visite de dix jours en France pour examiner le droit au logement et le sans-abrisme, à Paris, France, 10 avril 2019. Photo prise le 10 avril 2019. REUTERS / Charles PlatiauReuters

Par Julie Carriat et Jeevan Ravindran

PARIS (Reuters) – La France est coupable de violation des droits humains des sans-abri et les lois garantissant un logement pour tous ne protègent pas les plus vulnérables, a déclaré vendredi un rapporteur spécial américain.

La France, comme la plupart des pays européens, a connu une augmentation du sans-abrisme au cours de la dernière décennie, alimentée par les retombées de la crise financière mondiale et un afflux de migrants en provenance d'Afrique et du Moyen-Orient.

Selon l'institut national des statistiques, l'Insee, plus de 12 000 personnes dorment dans la rue en France.

En 2018, 566 personnes sans abri sont décédées dans tout le pays, selon l'organisation de bienfaisance Les Morts de la Rue qui enregistre les décès de personnes sans abri. Plus de 100 d'entre eux se trouvaient à Paris seulement, soit plus de la moitié du nombre de personnes assassinées à New York l'année dernière.

Après avoir visité des camps de migrants de fortune à Paris et dans la ville portuaire de Calais, des squats urbains de Marseille et des quartiers roms de la banlieue lugubre, la rapporteure Leilani Farha a appelé à la fin des expulsions contraires au droit international garantissant le droit à un logement convenable.

"Les expulsions qui se produisent dans tout le pays, dans différents contextes, ne sont pas conformes au droit international des droits de l'homme", a déclaré Farha.

"À Calais, j'ai rencontré une population de migrants qui est certainement traumatisée", a ajouté l'avocat canadien, critiquant le traitement réservé par la police aux migrants dormant dans les forêts ou au bord des routes.

Une porte-parole du gouvernement et une porte-parole du ministère du Logement n'ont pas répondu aux appels et aux textos de l'agence Reuters.

La loi française autorise les résidents éligibles au logement social à saisir les tribunaux s'ils ne reçoivent pas d'assistance, dans le cas de Paris dans un délai de six mois.

Warner Boosper, 51 ans, déploie tous les soirs dans une station de métro du 19ème arrondissement de Paris sa literie composée d'affiches usagées et d'une fine couverture.

Après avoir purgé une série de peines de prison pour vol, il vit dans la rue depuis 19 ans. "Nous demandons de l'aide depuis des années, moi et d'autres personnes", a déclaré Warner, dont l'économiseur d'écran pour téléphone portable est une photo de deux de ses six enfants.

"Tant de gens meurent de froid", a-t-il déclaré. "On fait croire aux gens qu'ils seront pris en charge, mais en réalité on ne leur donne rien."

Farha a déclaré que beaucoup de sans-abri ne recevaient pas de soins élémentaires.

"Les gens n’ont même pas accès aux services d’urgence les plus élémentaires", a déclaré Farha. Les appels à une hotline nationale pour abris d'urgence n'ont souvent pas reçu de réponse, a-t-elle déclaré.

La France devrait s'attacher à fournir un logement inconditionnel aux sans-abris, plutôt que de les déplacer à travers différents "niveaux" de refuges en fonction de leur travail, de leur statut médical et administratif, a déclaré le rapporteur.

(Reportage de Julie Carriat et Jeevan Ravindran; édité par Richard Lough et Alison Williams)

Copyright 2019 Thomson Reuters.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *