Grand Prix de France: tout ce que vous devez savoir

La course de dimanche est en direct sur 5 en direct et le site Web de BBC Sport à 14h10 BST

Alors que Lewis Hamilton commençait son interview à la télévision juste après sa pole position pour le Grand Prix de France, son coéquipier Mercedes, Valtteri Bottas, s’accroupit au bord du circuit. Il regardait dans la direction générale de Hamilton, mais fixait son visage au milieu.

Bottas cherchait tout le monde comme un homme qui savait que ses espoirs de championnat se perdaient sous ses yeux. Et peut-être parce que c'est la même chose pour tout le monde.

Le Finlandais est entré dans cette course avec 29 points de retard sur Hamilton, et il a vraiment besoin de le battre dimanche pour relancer son défi au titre.

Pendant une bonne partie du week-end, il avait semblé que Bottas commencerait de la meilleure façon possible, avec la pole position. Il avait un léger avantage, mais un avantage décisif sur le rythme, et Hamilton semblait avoir des difficultés avec sa voiture, une grosse rotation en deuxième séance d'essais, mais le plus gros élément de preuve à cet égard.

Mais ensuite, lors des dernières qualifications, Hamilton a apporté son "A game". Un petit déficit est devenu un avantage significatif, et sa 86e position en pole de carrière – réfléchissez-y un instant, vous avez au moins 18 secondes d'avance sur quiconque – était dans le sac.

Si Hamilton peut convertir cela en une avance au premier virage, la victoire – une sixième en huit courses – est sûrement dans le sac, sauf malheur. Pour Bottas, même s’il termine deuxième, ce sera un long retour, face à un adversaire aussi redoutable, dans la même voiture, sans que personne d’autre ne menace d’intervenir régulièrement parmi les voitures argentées.

Circuit Paul Ricard: il y a une marge d'erreur. C'est juste que Hamilton ne fait pas vraiment

Comment les espoirs de Bottas se sont effondrés

Bottas n'a pas fait beaucoup de mal cette année; loin de là. Pour une bonne part, il a semblé être un pilote différent de l'homme qui s'était tellement affaibli au deuxième semestre de 2018 et en qualifications, il a été très proche de Hamilton. Jusqu'à cette pole position du Britannique, Bottas était légèrement en avance sur le rythme moyen des qualifications. Maintenant, c'est Hamilton qui a l'avantage – de 0,06 seconde.

Il a été à égalité avec Hamilton à la plupart des courses. Ils ont trois pôles chacun jusqu'à présent. Après quatre courses, Bottas menait le championnat par un point, les deux hommes avaient chacun deux victoires et un défi au titre pour Bottas semblait beaucoup se jouer.

Mais depuis lors, les choses lui ont lentement échappé. Une deuxième place en Espagne derrière Hamilton a été suivie par une troisième malchance à Monaco, qui aurait été deuxième sans une crevaison causée par une collision aux stands avec Max Verstappen de Red Bull.

Ensuite, un week-end au Canada a vraiment fait le mal. Qualifié sixième après une rotation, il manquait de rythme dans la course et ne pouvait terminer que quatrième. Hamilton, quant à lui, a une série de trois victoires consécutives, même s'il doit l'une d'elles à l'erreur de Sebastian Vettel, au moment hors piste et à la pénalité controversée qui a suivi à Montréal.

Pendant tout ce temps, Hamilton, qui a admis avoir du mal à tirer le meilleur parti de la voiture en qualifications, donne l’impression de s’y prendre doucement.

Comme il l'a si souvent prouvé ces dernières années, une fois qu'il a trouvé le moyen de tirer le meilleur de sa Mercedes, il est sur le point de ne pas pouvoir être arrêté, et il semble vouloir créer un tel élan maintenant. Bottas doit trouver un moyen d'essayer de l'arrêter à Paul Ricard dimanche.

"Pas content aujourd'hui", at-il dit, "mais prêt à tout donner demain. Ne jamais abandonner. C'est une belle longue course dans le premier tour, alors j'espère pouvoir y faire quelque chose."

Pour lui, il doit le faire.

Hamilton a remporté cinq des sept courses cette saison

Comment Hamilton l'a fait

Après les qualifications, Bottas a déclaré que c’était un changement de direction du vent pour la dernière séance qui l’avait mis mal à l'aise. Le vent peut sérieusement affecter l’aérodynamique des voitures de F1, en particulier sur une piste exposée telle que Ricard, et un certain nombre de conducteurs ont dit que cela rendrait les choses difficiles au Q3.

Hamilton s’est cependant mieux adapté. Il était en tête après les premières manches et, bien que les deux pilotes aient eu des moments dans l'avant-dernier virage lors de leurs deuxièmes manches, Hamilton s'est encore amélioré. Les genoux de Bottas étaient déjà difficiles, ce qui a complètement mis fin à ses chances.

"Le premier tour a été fantastique, vraiment très heureux", a déclaré Hamilton. "Cependant, je savais que c'était encore assez proche et que je devais trouver d'autres domaines dans lesquels je pourrais m'améliorer. Je suis sorti pour cette deuxième manche.

"Lors de la deuxième manche, j'étais sur l'un des meilleurs tours que je fais depuis longtemps. Et c'est fou: ça ne vieillit jamais, ça ne devient jamais plus facile, et c'est toujours un tel défi, quelle que soit votre position. pour.

"J'étais en avance de quatre dixièmes et demi sur l'avant-dernier virage, mais c'est très venteux, et je pense avoir perdu le fond, en partie ou peut-être trop vite."

Pour Hamilton, le week-end a commencé avec la semaine des médias qui lui manquait jeudi pour assister à la Fashion Week parisienne et, en particulier, un mémorial dédié au défenseur de la mode, Karl Lagerfeld, décédé plus tôt cette année.

Comme toujours, il y a ceux qui ont critiqué à la fois Hamilton pour l'avoir fait et le patron de Mercedes F1 Toto Wolff pour l'avoir autorisé.

Mais après les qualifications, Wolff a exposé sa philosophie – qui, dit-il, s’applique à tous les membres de l’équipe – qui consiste à donner aux gens l’espace dont ils ont besoin pour travailler de la meilleure façon possible.

Pour Hamilton, cela veut dire "ne pas le mettre dans un corset". Wolff a donné l'exemple de Singapour l'année dernière, qui avait été précédée par le fait que Hamilton se rende à Shanghai et à New York pour lancer sa collection de mode, puis de retour en Asie pour la course. Il y avait alors des critiques, mais Hamilton a produit ce que Wolff a décrit samedi comme son "meilleur week-end".

La France, a déclaré Wolff, était "un autre exemple". Pour Bottas, ce doit être un spectacle parfois déroutant.

C'est plus comme ça de Leclerc

Le talent de Leclerc est évident, mais ses erreurs l'ont été aussi cette saison

Bottas n'était pas le seul homme à avoir besoin d'un bon week-end en France. Ferrari Leclerc de Ferrari était un autre.

Le pilote de 21 ans a eu quelques courses difficiles et il s'est incliné 6-1 face à son coéquipier Sebastian Vettel en qualifications. Même si les statistiques brutes ne reflétaient pas la réalité de la performance sous-jacente, Leclerc s'est rendu compte qu'il devait trier sa fiche de qualification et – agréablement ouvert et honnête – il l'a admis publiquement.

Son objectif, a-t-il déclaré, était de veiller à ce que la voiture soit au bon endroit lors des qualifications finales et, ce qui est encore plus important, de supprimer les erreurs, petites et grandes, qui ont gâché sa saison jusqu'à présent.

Leclerc était fidèle à sa parole. Pas pour la première fois, il semblait vouloir donner l'avantage à Vettel avant de se qualifier, mais cette fois, il réalisait tout son potentiel, alors que l'Allemand avait une session faible, se plaignant de perdre de l'élan et incapable de se faire une idée la voiture.

"Je suis assez content du qually aujourd'hui et globalement, le week-end a été plutôt bon", a déclaré Leclerc. "Une des choses sur laquelle je me suis concentré et que nous avons bien fait aujourd'hui, c'est les réglages pour la T3. Enfin, j'ai une voiture qui me satisfaisait au T3. C'était mon objectif pour ce week-end, mais nous devons le confirmer à la prochaine course."

Il est conscient qu'il est peu probable que Mercedes rencontre des difficultés en course, mais une solide course en troisième position, avec Vettel derrière, pourrait bien être ce dont il a besoin comme tremplin pour le reste de la saison.

McLaren se ressaisit

Cela fait quatre saisons depuis la dernière fois que McLaren s’est qualifié plus élevé que la cinquième place de la grille

Les pilotes McLaren Lando Norris et Carlos Sainz en cinquième et sixième position, le Britannique à seulement 0,009 seconde du Red Bull de Max Verstappen.

Leur performance souligne non seulement le début extrêmement impressionnant de sa carrière en Grand Prix pour Norris, mais aussi les progrès réalisés par McLaren depuis les jours sombres de l’année dernière, alors que, pour le second semestre, ils semblaient avoir le pire voiture sur la grille.

Maintenant, leur voiture est en moyenne le quatrième plus rapide et elle s'améliore tout le temps. Ce n’était pas le pourcentage le plus serré en termes de pourcentage – les qualifications de Sainz à Bahreïn l’avaient dépassé – mais c’était une marque des progrès qu’elles ont réalisés avec la voiture qu’elle a réalisée à Ricard, une piste où, selon de nouvelles Le patron de l’équipe, Andreas Seidl, s’attendait à lutter, car cela aurait dû révéler ce que jusqu’à présent étaient les faiblesses du comportement de la voiture.

Comme il sied à leur nouveau mode de fonctionnement, l’équipe ne s’emballe pas. Pour la course, Norris a déclaré qu'il "ne semble pas que nous puissions nous battre avec Red Bull, mais on ne sait jamais".

Il a ajouté: "Si nous pouvons obtenir de bons points, si nous pouvons courir contre les Red Bull et les entourer un peu, je pense que nous pouvons être heureux."

Seidl a été chargé d'identifier les déficits en infrastructures de McLaren. Il a révélé samedi qu'une décision avait été prise récemment pour la construction d'une nouvelle soufflerie sur leur base de Woking.

Il devrait entrer en service dans deux ans et mettre fin à sa dépendance vis-à-vis du tunnel Toyota de Cologne, qu'ils utilisent depuis près de 10 ans maintenant, dans ce que, dans le vieux langage McLaren, aurait pu être qualifié de "situation sous-optimale" ", quelle que soit la qualité du tunnel Toyota.

McLaren pourrait "encore beaucoup de chemin à faire pour rattraper les meilleures voitures", comme le dit Seidl, mais elles sont clairement de retour sur la bonne voie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *