Gardes des Alpes avec un permis de tuer

Breil-sur-Roya (France) (AFP) – Alors que le soleil se couchait sur les Alpes du sud de la France par une fraîche soirée de début juin, un troupeau de moutons se blottissait dans un enclos à 1 500 mètres d'altitude.

À côté d'eux, deux veilleurs en tenue kaki s'installent pour la nuit dans le parc national du Mercantour, à la frontière italienne, équipés de caméras à vision thermique, de gilets chauds et d'un fusil avec lunette de vision nocturne.

"Ce qui sera important pour les prochaines heures, c'est d'être attentif tout le temps. Pour qu'un loup passe (la passe) prend deux ou trois secondes. Si nous ne regardons pas, c'est fini", a déclaré l'un des gardes. .

Le couple fait partie de la "brigade des loups" de la France, employée par l'État pour protéger le bétail d'un prédateur chassé jusqu'à l'extinction en France au début du XXe siècle, mais qui fait maintenant un grand retour.

À partir de 1992, les loups gris ont commencé à réapparaître en France, en provenance d'Italie et ont traversé les Alpes. Ils ont rejeté les demandes d'abattage de sa population florissante de mammifères à crocs.

Dix-sept ans après leur retour, la population française augmente rapidement, passant de 360 ​​à 530 l'an dernier, selon l'Agence nationale de la chasse et de la vie sauvage (ONCFS), qui utilise les informations recueillies par 4 000 observateurs dans le pays.

Bien que leur nombre ne représente qu'une fraction de ceux observés en Italie, en Espagne, en Roumanie ou en Pologne, les prédateurs ont soulevé les ficelles des agriculteurs. En 2006, 3 674 attaques de loups ont été rapportées, principalement sur des moutons.

Face au tollé des éleveurs de moutons, le gouvernement a annoncé son intention de presque doubler le quota annuel de réforme, passant de 53 cette année à environ 100 l'année prochaine.

"Nous considérons maintenant que le loup n'est plus une espèce en voie de disparition", a déclaré la semaine dernière le ministre de l'Agriculture, Didier Guillaume, ajoutant que la priorité du gouvernement était désormais de protéger les moyens de subsistance des agriculteurs.

– 'Au bout du rouleau' –

La mise à mort de loups est interdite dans la plupart des pays de l'Union européenne, l'abattage ne pouvant être abattu que dans des conditions strictes ne prévoyant aucune "solution de rechange satisfaisante".

Depuis 2004, la France a autorisé la mise à mort d'un petit nombre de loups, mais le prédateur reste une espèce menacée.

La brigade des loups s'est rendue au parc du Mercantour plus tôt ce mois-ci après trois attaques récentes sur des moutons paissant dans le parc en plein jour.

Créée en 2015, cette équipe de 11 personnes emploie des jeunes ayant des compétences de chasseur et des connaissances en matière de gestion de la faune. Ils interviennent dans des endroits où les mesures anti-loups traditionnelles, telles que les chiens, les clôtures et les gardes supplémentaires, ont échoué.

La brigade forme également des «chasseurs de loups» volontaires avec des permis de chasse.

La brigade travaille principalement dans les alpages, les zones les plus touchées par les attaques de loups, qui coûtent chaque année des millions d'euros à l'indemnisation.

Leur présence dans une zone permet aux bergers de "respirer un peu", a déclaré l'un des gardes, qui ne souhaitait pas être identifié par peur d'être pris pour cible par des défenseurs des droits des animaux.

"A certains endroits, ils sont à bout de ressources", a-t-il déclaré à l'AFP, évoquant les agriculteurs.

Mais les groupes de protection des animaux sont également en colère.

Les activistes ont critiqué les objectifs de réforme qui se dressaient et ont demandé au gouvernement d'expérimenter de nouveaux moyens de protéger le bétail, par exemple en effrayant les loups ou en les blessant légèrement, au lieu de les tuer sur le coup.

L’ONCFS étudie les effets de l’abattage afin de déterminer s’il réduit le nombre d’attaques ou les paquets dispersés des prédateurs.

Mais Michael Viale, un agriculteur dont le troupeau a été pris pour cible à plusieurs reprises, estime qu’il ne peut y avoir de cohabitation avec les "terroristes de la montagne".

"Mes moutons dormaient profondément – et moi aussi. Nous n'avions pas besoin de les enfermer la nuit. Je n'avais pas besoin de berger, de chiens ou de cette brigade", a-t-il déclaré.

La brigade des loups "comprend notre douleur", a déclaré Viale.

Mais la forte demande pour les gardes signifie qu'ils ne peuvent pas rester veiller sur son troupeau toute la nuit.

De plus, le loup est rusé. Au bout d'une semaine, la brigade a quitté le Mercantour sans qu'aucune observation n'ait été rapportée.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *