En France, une femme est tuée par un partenaire ou un ex-partenaire tous les trois jours

Paris: Au total, 121 femmes ont été tuées par leur partenaire ou ancien partenaire en France l'année dernière, soit un décès tous les trois jours, selon les chiffres du gouvernement publiés mercredi.

Les chiffres ont été rendus publics quelques jours à peine après que le gouvernement français a annoncé l'organisation d'une grande consultation sur la violence domestique afin d'éliminer les meurtres sexistes et la violence à l'égard des femmes.

Rassemblé par une unité du ministère de l'Intérieur chargé de la liaison avec les victimes, ce chiffre était légèrement inférieur à celui de l'année précédente, alors que 130 femmes étaient décédées des suites de violences domestiques, mais similaires à celles de 2016, où 123 personnes étaient décédées.

Sur les 121 cas, 26 ont été qualifiés de meurtre, 85 d'homicide involontaire coupable et 10 décès sont survenus lorsque des femmes ont succombé aux blessures subies lors d'une attaque.

Jusqu'à présent cette année, 76 femmes sont décédées des suites d'un "féminicide" – un meurtre commis par un mari ou un partenaire.

En moyenne, 219 000 femmes âgées de 18 à 75 ans subissent chaque année des violences physiques ou sexuelles de la part de leur partenaire actuel ou de leur ancien partenaire, selon les chiffres du gouvernement.

Trois victimes sur quatre affirment que cela s'est produit de manière répétée et huit sur dix déclarent avoir été victimes de violence psychologique ou verbale.

Une mort tous les trois jours

"Ainsi, un crime entraînant la mort se produit tous les deux jours et demi au sein d'un couple et une femme meurt tous les trois jours aux mains de son partenaire ou ex-partenaire", a déclaré le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, et la ministre de l'Égalité des sexes, Marlene Schiappa. dans une déclaration commune.

Les chiffres indiquent également que 28 hommes sont décédés des suites de violences domestiques, dont 15 "avaient déjà été violents" à l'égard de leur partenaire.

Au cours du week-end, plus de 1 200 manifestants sont descendus dans les rues de Paris pour réclamer que des mesures soient prises contre la violence domestique après qu'une femme d'une trentaine d'années ait été étranglée chez elle.

Et dimanche, Schiappa a annoncé que le gouvernement entamerait une grande consultation publique sur la violence domestique début septembre, à laquelle participeraient des ministres, des experts, des services publics et les familles des victimes.

Mais le collectif féministe #NousToutes ("Tous") a déclaré qu'une action s'imposait immédiatement.

"Monsieur le Président, la violence ne prend pas de vacances", a-t-il déclaré dans un communiqué. "Les femmes sont en danger en ce moment."

Bien que la Fondation des femmes l'ait décrite comme "une première étape positive", les victimes ont besoin "de mesures concrètes et concrètes financées", et pas simplement "d'une autre campagne de sensibilisation".

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *