Les Etats-Unis lancent une enquête sur la taxe française sur les géants de la technologie – The Independent News

L’enquête sur les pratiques commerciales déloyales pourrait permettre à Washington d’imposer des droits de douane punitifs – ce que Trump a fait à maintes reprises depuis son entrée en fonction.

Et cela ajoute une autre pomme de discorde dans les différends commerciaux transatlantiques, qui incluent désormais également le commerce de l'acier, de l'aluminium, des automobiles, des aéronefs et de l'agriculture.

"Les États-Unis sont très préoccupés par le fait que la taxe sur les services numériques qui devrait être adoptée par le Sénat français demain vise injustement les entreprises américaines", a déclaré le représentant américain au Commerce, Robert Lighthizer, dans un communiqué.

– Publicité –

La taxe de 3% proposée sur le total des revenus annuels des entreprises fournissant des services aux consommateurs français ne concerne que les plus grandes entreprises de technologie, "où les entreprises américaines sont des leaders mondiaux", a déclaré le bureau du représentant commercial.

Certains poids lourds de l'internet ont profité des juridictions à faible taux d'imposition dans des pays comme l'Irlande tout en ne payant pratiquement rien dans d'autres pays où ils réalisent des profits énormes.

L'enquête dite "article 301" est le principal outil utilisé par l'administration Trump dans sa guerre commerciale contre la Chine pour justifier les droits de douane contre ce que les États-Unis considèrent comme des pratiques commerciales déloyales.

– S'attaquer à l'énigme –

Le bureau du représentant américain au commerce tiendra des audiences pour permettre au public de commenter la question pendant plusieurs semaines avant de publier un rapport final contenant une recommandation sur les mesures à prendre.

En dépit des objections à la proposition fiscale française, toutefois, le communiqué indique que les États-Unis continueront de travailler avec d'autres économies avancées pour résoudre le problème de la taxation des entreprises de technologie.

Les États-Unis réclament un accord global sur la fiscalité par l'intermédiaire du forum économique du Groupe des 20, soutenu par Google.

Le mois dernier, le géant de la technologie de la Silicon Valley paierait moins aux États-Unis et davantage dans d’autres pays, contrairement à la pratique de longue date consistant à payer la plupart des impôts dans le pays d’origine de la société.

Le mois dernier, les ministres des Finances du Groupe des 20 ont également déclaré qu'ils «s'étaient félicités» des mesures proposées par l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), un forum pour les économies avancées, visant à réorganiser les règles internationales en matière de fiscalité des entreprises.

"Nous allons redoubler d'efforts pour trouver une solution consensuelle avec un rapport final d'ici 2020", ont-ils déclaré dans un communiqué.

La Computer & Communications Industry Association a salué mercredi la décision du représentant américain au Commerce, affirmant que la taxe française obligerait rétroactivement les géants américains de l’internet opérant en France à reverser un pourcentage de leurs revenus à partir du début de l’année, en violation des engagements commerciaux internationaux.

"Il s'agit d'une étape cruciale dans la prévention des taxes protectionnistes sur le commerce mondial", a déclaré Matt Schruers, responsable de la CCIA, dans un communiqué.

"La CCIA encourage la France à mener l'effort en faveur d'une réforme fiscale mondiale plus ambitieuse, au lieu des mesures fiscales nationales discriminatoires qui nuisent au commerce mondial."

hs-dg / it

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *