Un procès pour corruption en France met en lumière les modes de vie des riches et des puissants

Un procès pour corruption en France met en lumière les modes de vie des riches et des puissants

Le parquet national des finances a tiré une leçon de morale de l’affaire État contre Patrick et Isabelle Balkany dans son résumé du 13 juin.

«Beaucoup ont fait de cette affaire un symbole de l'impunité des puissants, de l'impuissance, de la lenteur et de l'incapacité de la justice à s'attaquer au crime financier. Eh bien, nous sommes là », a déclaré le procureur.

Patrick Balkany (70 ans) a été le maire conservateur de la riche banlieue parisienne de Levallois pendant 36 ans. Son épouse Isabelle (71 ans) était maire suppléant.

Avec une fortune estimée à 16 millions d'euros, les Balkans ne payaient aucun impôt sur la fortune entre 2010 et 2015. Entre 2009 et 2014, ils ne payaient aucun impôt. En effet, le Trésor français leur a remboursé 7 130 € de crédits cumulés pour l’emploi de domestiques.

Isabelle Balkany a tenté de se suicider avant l'ouverture du procès, il y a un mois. Elle n'a assisté à aucune audience. Son mari Patrick, un politicien vieux au tabagisme et à la cigarette, attirait une foule immense. En 2013, il a déclaré à un intervieweur de télévision: «Je suis l'homme le plus honnête du monde."

Les Balkany étaient "inondés d'argent", a déclaré le tribunal. D'anciens employés ont décrit des paquets d'argent laissés dans la maison et dans un coffre-fort que le maire a oublié de fermer un jour.

Lorsque le couple se rendait à leur moulin de Giverny le week-end, Mme Balkany s'arrêtait à l'Intermarché pour casser des billets de 500 € en coupures plus petites. Le nettoyeur a trouvé sept billets de 500 € dans la poche de son costume.

Entre 2010 et 2013, les Balkans ont acheté pour 87 000 € de billets d'avion en espèces. Ils ont dépensé près de 30 000 € en espèces dans des magasins à proximité de leur maison de campagne en 2015 et 2016.

«La mentalité suisse»

Les procureurs ont divisé l'affaire en deux. Ils ont requis quatre ans de prison pour M. Balkany, ainsi que deux ans et une peine de sursis de deux ans avec sa femme, pour la première partie, qui portait sur la fraude fiscale. Le verdict sur la fraude fiscale sera rendu le 13 septembre.

Pour la deuxième partie du procès, concernant la corruption et le blanchiment d'argent, les procureurs ont requis une peine de sept ans d'emprisonnement pour M. Balkany et une peine de quatre ans avec sursis avec une amende de 500 000 € pour son épouse. Les avocats de la défense plaideront la semaine prochaine.

M. Balkany a affirmé avoir hérité d'importantes sommes d'argent et de lingots d'or du défunt père Gyula, un juif hongrois qui a survécu à Auschwitz et a fait fortune dans le prêt-à-porter.

M. Balkany a imputé à "la mentalité suisse" de son conseiller financier les nombreuses sociétés écran créées pour le protéger des impôts. «Il était censé tout gérer, créer des entreprises s'il pensait que c'était une bonne idée de créer des entreprises. La mentalité suisse est très curieuse. Vous en fermez un, vous en ouvrez un autre. . . Je n'ai jamais compris le but. . . Je ne veux pas être le bouc émissaire de tous les Français qui ont des comptes en Suisse. "

M. Balkany a nié posséder le riad Dar Gyucy à Marrakech. Les procureurs ont déclaré que le nom était une contraction de Gyula et de Lucy, les petits-enfants du couple. Marc Angst, un financier suisse, a déclaré dans son témoignage que Jean-Pierre Aubry, le bras droit de M. Balkany, lui avait confié qu'il se préparait pour le maire de Levallois lorsqu'il avait acheté le riad au nom d'une société écran en 2009.

Un homme d'affaires belge basé en République démocratique du Congo a versé 5 millions d'euros pour l'achat du riad, via un compte à Singapour. 2,75 millions d'euros supplémentaires ont été versés par le milliardaire saoudien Mohamed Al-Jaber.

À plusieurs reprises, Al-Jaber a prêté son jet privé aux Balkans pour leur permettre de se rendre dans leur villa située sur l'île de Saint-Martin, dans les Antilles. M. Balkany a déclaré "ne pas vouloir blesser (les sentiments d'Al-Jaber), mais franchement, c'est plus confortable dans un avion gros porteur".

Attaque grave

M. Balkany a affirmé que le riad appartenait en réalité à Al-Jaber, qui avait signé un contrat de 243 millions d'euros pour la construction de deux immenses tours contenant des hôtels et des immeubles de bureaux sur la Seine à Levallois. Al-Jaber avait un problème de trésorerie et M. Balkany a donc prolongé le délai de paiement. Les tours n'ont jamais été construites.

Le millionnaire saoudien a porté un costume rayé d'épingle bleue devant le tribunal et a témoigné que la version de M. Balkany était la suivante: «Cent pour cent de mensonges! . . . Pour moi, acheter une maison, c'est comme épouser une femme. Tu ne peux pas choisir sans l'avoir vue.

Al-Jaber s'est vanté de posséder des biens immobiliers dans huit pays et a prétendu être «le seul homme d'affaires du golfe à ne pas être corrompu!»

La première fois qu'Al-Jaber a écrit un chèque pour les tours Levallois, a déclaré M. Balkany, «le chèque a été remboursé. . . Il doit [the city] la modique somme de 14 695 460 euros et six centimes. . . C’est de l’argent public et il ne l’a pas payé.

Les relations financières de M. Balkany étaient "un affront pour 600 000 élus" en France, a déclaré le procureur Roques.

Il a demandé «une peine proportionnelle à l'atteinte la plus grave à la probité publique, la corruption».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *