Un comité de l'ONU tente de sauver la «Française Terri Schiavo»

Terry Schiavo

Vincent Lambert a été blessé catastrophiquement dans un accident d'automobile en France en 2008. Il a été diagnostiqué comme souffrant d'une perte de conscience persistante. Mais apparemment, il n'a besoin que de nourriture par sonde pour rester en vie – et selon le Centre européen pour le droit et la justice, il a retrouvé son réflexe d'hirondelle.

La famille est profondément divisée quant à l'opportunité de tirer sa sonde d'alimentation afin qu'il se déshydrate jusqu'à la mort. Sa femme et ses frères et sœurs veulent que toute nourriture soit arrêtée, ce qui signifie qu'il mourra lentement au cours des 14 prochains jours. Ses parents et demi-frères et soeurs veulent que cela continue.

Semble familier?

Oui, les faits et l’amertume qui en résulte sont très similaires à l’imbroglio de Terri Schaivo qui a déchiré notre pays il ya plus d’une décennie.

Les tribunaux français et européens ont statué que le tube d'alimentation pouvait être tiré. Mais le Comité des droits des personnes handicapées aux Nations Unies est intervenu et a demandé que la déshydratation soit différée en attendant son complément d'étude. Extrait du rapport du Centre européen sur l’affaire:

Le Comité des droits des personnes handicapées (CDPH) n'a pas déjà pris deux décisions concernant l'affaire Lambert: d'une part, il a enregistré la demande déposée par les parents de Vincent Lambert et, d'autre part, il a demandé des mesures provisoires.

La demande a d'abord été examinée par le secrétaire général de la CDPH, qui a estimé qu'elle remplissait les «critères préliminaires» de recevabilité, puis l'a enregistrée et l'a communiquée au gouvernement français (article 56 du règlement intérieur du Comité). C’est une première étape qui montre déjà que la demande est bien formulée et relève de la compétence du Comité.

Le gouvernement français dispose maintenant de six mois pour répondre aux accusations portées contre les décisions médicales et judiciaires françaises, à la fois quant à la recevabilité et au fond de la demande.

La France a ratifié la Convention relative aux droits des personnes handicapées. Selon le représentant légal de Lambert, la déshydratation doit être différée dans l’attente de nouvelles procédures de la part du Comité. Le ministre français de la Santé a déclaré que le pays n'était pas légalement tenu de s'y conformer, mais qu'il y aurait une réponse officielle.

Légalités et Sympathies

Je ne connais pas la légalité ici, mais ma sympathie va aux parents. Il ne fait aucun doute que, tout comme Terri Schiavo, le fait de tirer la sonde d'alimentation entraînera une mort lente et cruelle par déshydratation. C’est le point de tirer le tube!

Les médias ont qualifié cette affaire de «droit de mourir». Je pense en fait qu’il s’agit d’un «non droit de vivre». Lambert ne serait pas considéré comme une «fin de vie» sauf pour le plan de retrait de tous les aliments et liquides.

Le Centre européen appelle l'action «l'euthanasie». Sur le plan technique et juridique, il supprime les traitements médicaux. Mais dans de tels cas de nourriture et de liquides, cette distinction semble floue, car contrairement à, disons, le retrait de l'assistance respiratoire ou des antibiotiques, il ne peut y avoir qu'un seul résultat!

Si un meurtrier de masse condamné se voyait refuser le droit de subsistance jusqu'à la mort comme moyen d'exécution, les gens seraient légitimement armés. Que tant de la population soutient prendre la acte médicalement inutile de la déshydratation à mort de personnes atteintes de troubles cognitifs profonds illustre précisément pourquoi le Comité des droits des personnes handicapées a reconnu la nécessité d'intervenir.

Crédit photo: Hush Naidoo via Unsplash.

Cross-posté au coin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *