Royaume-Uni pourrait aller aux chiens avec le Brexit – mais au moins nous ne sommes pas la France

Royaume-Uni pourrait aller aux chiens avec le Brexit - mais au moins nous ne sommes pas la France

UN leader en conflit, incompétent, méfiant et détesté de la grande majorité des électeurs. Une économie bancale. Une opposition redynamisée. Énormes manifestations de rue. Se quereller avec des partenaires européens.

Le monde regarde avec horreur se demander comment un dirigeant qui était si populaire il y a deux ans pourrait se tromper si mal.

Corbis – Getty

Emmanuel Macron n'a pas réussi à tempérer son narcissisme et à rassembler la France

Pas Theresa May, mais Emmanuel Macron, le président de la France et l’homme politique qui est peut-être le plus grand Brexiteer de tous – le défenseur le plus fort pour pousser la Grande-Bretagne à la porte, deal ou pas.

Il y a à peine deux ans, Macron était le grand espoir centriste, pas seulement de la France mais aussi de l'Europe.

Le plus jeune président du pays, élu à l’âge de 39 ans, a été élu. Il a promis de sortir la France de la sclérose politique, économique et sociale.

Il a rapidement découvert qu'il était facile de parler de la réforme d'un État, mais difficile, voire impossible, à réaliser et que son échec national a été spectaculaire et complet.

La banlieue est dans la tourmente et le projet de réforme tant prisé de Macron est en panne.

Les légions de fonctionnaires restent en place. Les dépenses publiques représentent environ 58% de l'économie – 38% au Royaume-Uni – et les impôts les plus élevés d'Europe sont à payer.

Les Français en ont assez. Les sondages sont frappants. Macron est maintenant le leader le plus mal aimé d’Europe, de loin.

ANS DE STAGNATION

Son imposition des taxes sur les carburants l’année dernière, alors qu’il réduisait l’impôt sur la fortune, était une manoeuvre si peu judicieuse qu’elle était méfiante.

Sa taxe sur le diesel et sa taxe sur le carbone ont été la cause immédiate du déclenchement du mouvement gilets jaunes, qui stoppe encore les villes tous les samedis.

La France a maintenant 21 week-ends consécutifs de manifestations et d'émeutes au cours desquelles des milliers de personnes ont été arrêtées, des centaines d'autres blessées, dont plusieurs gravement et dix tués.

Les dégâts physiques ont coûté des centaines de millions de dollars. La réputation a été bien pire.

La réponse de Macron a été de dénoncer les manifestants comme des "ennemis" de l’État et d’imposer de nouvelles lois réprimant les "fausses informations".

Ses efforts maladroits pour dissimuler un scandale dans son entourage, impliquant un beau jeune garde-du-corps d’origine nord-africaine, qui a été renvoyé, mais qui semble toujours être en contact avec le cercle de Macron, ont ébranlé même une partie de la presse parisienne normalement complaisante.

Et voici son dernier projet, celui de lancer son ambitieux projet de «renaissance de l’UE».

Emmanuel Macron menace Theresa May d'une "Renaissance européenne" et insiste sur le fait que "rien" ne peut entraver le projet européen

N'ayant pas réussi à réformer la France depuis Paris, il semble penser que sa nouvelle Union européenne pourrait faire le travail pour lui, libérant le pays de 40 ans de stagnation.

Depuis plusieurs semaines, il visite le pays sans débattre ni écouter, mais parler, parler, parler, parfois pendant trois heures sans faire de pause.

Fait révélateur, un des sujets presque entièrement exclus de l'ordre du jour de ce prétendu débat était l'Europe.

Macron n'a jamais eu l'intention de consulter les électeurs à ce sujet, et pour cause. Les Français figurent parmi les électeurs les plus eurosceptiques d'Europe. Ils ont rejeté la constitution européenne en 2005 de 55 à 45%. C’est une curiosité que Macron reste profondément admiré à l’étranger.

Mais en France, même ceux qui ont l'intention de voter pour sa liste lors des prochaines élections législatives européennes se tairont.

Alors que ses réformes économiques sont au point mort et que ses tentatives d’achat des gilets jaunes ont poussé le déficit à la limite de 100% du PIB, Macron doit maintenant faire face à deux autres tests.

Si le Brexit est contrecarré, seul Nigel Farage risque d’être plus déçu que Macron.

ÉCHEC POUR ECOUTER

La seconde est le mai [European] élection, dans laquelle il risque l'humiliation.

L’obsession de Macron pour le fédéralisme européen ne l’a pas seulement éloigné des électeurs, elle a également irrité son principal allié, la chancelière allemande Angela Merkel. L’Allemagne ne veut rien avoir à faire avec l’union fiscale proposée par Macron. Pourquoi les Allemands devraient-ils payer les dettes de la France? Et ces derniers temps, elle a été particulièrement alarmée par sa rhétorique incendiaire et anti-britannique.

Il a toujours été un swot. Mais il manque totalement d'intelligence émotionnelle.

Il n'a pas réussi à tempérer son narcissisme et sa grandiosité, n'a pas écouté, n'a pas réussi à rassembler les gens.

L'été dernier, il a été filmé racontant à un jardinier sans emploi comment trouver du travail: «Dans les hôtels, les cafés et la construction, partout où je vais, les gens me disent qu'ils cherchent du personnel. . . Je peux vous trouver un emploi simplement en traversant la route. »La vidéo est devenue virale. Dans son entêtement et son indifférence envers les autres, Macron a uni la France contre lui.

Il lui sera maintenant difficile, voire impossible, de recouvrer sa popularité ou son agenda, ce qui pourrait expliquer son obsession pour le Brexit.

Il y voit les préoccupations des habitants de la province qui se sentent ignorés par des élites arrogantes – le genre de personnes qu’il espérait voir disparaître.

Le Brexit lui rappelle qu'il est peu probable qu'ils le fassent.

En conséquence, sa renaissance européenne est aussi impossible à livrer que la révolution qu'il a promise en France.

 Sa taxe sur le diesel et sa taxe sur le carbone ont été la cause immédiate du déclenchement du mouvement gilets jaunes, qui stoppe encore les villes tous les samedis.

AFP ou donneurs de licence

Sa taxe sur le diesel et sa taxe sur le carbone ont été la cause immédiate du déclenchement du mouvement gilets jaunes, qui stoppe encore les villes tous les samedis.
 L’obsession de Macron pour le fédéralisme européen ne l’a pas seulement éloigné des électeurs, elle a également irrité son principal allié, Angela Merkel.

EPA

L’obsession de Macron pour le fédéralisme européen ne l’a pas seulement éloigné des électeurs, elle a également irrité son principal allié, Angela Merkel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *