Quand les MiG indiens et les rafales français bombardent une petite île au large du Karnataka

New Delhi:

Le 9 mai, seize avions de combat, dont huit MiG-29K de la marine indienne et huit avions à réaction français Rafale-M, se sont "affrontés" au-dessus de la mer d'Oman, au large des côtes du Karnataka.

Les combattants, qui ont été répartis en deux groupes de huit chacun, ont eu leur travail. Un élément, désigné comme force de frappe, tenterait de frapper une roquette, des bombes et des canons sur une petite île près de Karwar, tandis qu'une force défensive de huit MiG et Rafales tenterait de les intercepter à une distance au-delà de la distance visuelle avant de pouvoir utiliser leurs armes.

Un avion d'avertissement précoce aéroporté, un hélicoptère E2-D, déployé devant le porte-avions à propulsion nucléaire français Charles de Gaulle et un hélicoptère indien Kamov Ka-31 de la marine indienne, a décollé du pont du porte-avions indien INS Vikramaditya. .

Les deux navires de guerre, le De Gaulle et le Vikramaditya, ont été au centre des exercices navals bilatéraux Varuna, qui ont vu le déploiement le plus vaste et le plus sophistiqué de moyens navals indiens et français dans l’océan Indien, comprenant des sous-marins nucléaires, des sous-marins classiques et conventionnels, des destroyers et des frégates. et soutenir les navires. Varuna 2019, qui a commencé par des exercices de combat aérien au large de la côte du Karnataka, s'est soldé par des exercices de guerre sous-marine au large de la Corne de l'Afrique, où la marine française a une base.

Les officiers supérieurs de la marine qui ont parlé à NDTV ont déclaré que les exercices de combat aérien ajoutaient «une valeur d’entraînement exceptionnelle», l’attaque sur la petite île au large de Karwar étant l’un des faits saillants. L’exercice a culminé avec les combattants des deux camps qui ont commencé à frapper des cibles le long de la falaise de l’île.

tfj2fho4 "id =" story_image_main "src =" https://c.ndtvimg.com/2019-06/tfj2fho4_french-navy-rafales-ndtv_625x300_10_June_19.jpg "/></div>
<p class=Des combattants Rafale-M de la marine française et des MiG-29K de la marine indienne en formation rapprochée lors des exercices de Varuna

Pour travailler ensemble, il était essentiel de développer des protocoles de communication communs garantissant que les aviateurs de la marine française et indienne puissent fonctionner ensemble pendant un conflit. Cependant, des différences opérationnelles fondamentales subsistent. La liaison de données électronique à bord du MiG-29K de la marine indienne n'est pas compatible avec ce que les Rafales utilisent. En conséquence, toutes les communications tactiques (partage d’informations) entre les avions à réaction français et indiens ont été établies au moyen de communications verbales à la radio. Des officiers de la marine indienne ont déclaré à NDTV que les exercices de tir avaient eux-mêmes beaucoup de succès, les deux camps frappant avec précision leurs objectifs.

Les officiers de la marine ne partagèrent pas les détails des engagements air-air entre les MiG-29K de la marine indienne et les Rafales français. Tous ces exercices ont été effectués à des distances dépassant visuellement de 60 à 80 km. La marine indienne a indiqué qu'elle avait été en mesure de détecter et d'engager le chasseur Rafale plus sophistiqué, mais les lignes de pointage de ces exercices n'avaient pas été fournies à ce correspondant. Cependant, des sources de la Marine ont indiqué à plusieurs reprises à NDTV qu’aucun de ces exercices n’impliquait un "combat" direct entre les forces françaises et indiennes, les deux camps ayant décidé de déployer des forces combinées afin de maximiser l’interopérabilité.

L’avion de chasse français Rafale est au cœur des projets de l’Inde avec l’armée de l’air indienne, qui devrait recevoir les premiers exemplaires de ses 36 avions à réaction Rafale en septembre de cette année. Auparavant, l'armée de l'air indienne enverrait ses chasseurs Sukhoi-30 en France avec des ravitailleurs en ravitaillement en carburant début juillet pour participer à la série d'exercices aériens Garuda entre les deux pays. Ces avions vont voler avec les avions de combat de l'armée de l'air française, donnant ainsi à l'IAF une exposition au chasseur évolué qu'il sera bientôt en train d'initier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *