PH, la France veut plus de coopération économique »Manille Bulletin Business

Publié

Par Bernie Cahiles-Magkilat

La France, qui dégage un énorme excédent commercial contre les Philippines chaque fois qu'une compagnie aérienne locale achète un avion Airbus, a montré un vif intérêt pour la poursuite de diverses activités économiques dans le pays, allant des pièces électroniques pour l'aérospatiale et l'automobile à la construction navale et maritime, en téléphérique et en direct. Commission économique mixte réactivée (JEC).

Le secrétaire aux relations commerciales et à l'industrie, Ramon M. Lopez, et le secrétaire d'Etat français aux Affaires étrangères et européennes, Jean Baptiste Lamoyne, ont signé le résumé des discussions à l'issue du 8ème JEC, qui vise à promouvoir les relations économiques bilatérales entre les deux pays.

«Nous assisterons à des mouvements d'entreprises françaises aux Philippines d'ici un an», a déclaré Lopez.

Le secrétaire d'État français, qui a également rencontré divers représentants du gouvernement, était accompagné de 22 délégations françaises du MEDEF International, le groupe de la confédération des entreprises françaises qui est considéré comme l'organisation la plus représentative du secteur privé français au niveau international secteurs. Au total, 13 hommes d'affaires philippins ont également assisté au JEC, qui s'était tenu pour la dernière fois en 2015.

Pour sa part, le secrétaire général Lamoyne a promis de renforcer les relations bilatérales entre les deux pays, soulignant qu'il restait encore beaucoup à faire pour améliorer la coopération entre les deux pays à long terme.

Parmi les points forts de la 8ème réunion du JEC, bien qu’il n’y ait rien de spécifique sur la table, figurent l’identification des opportunités d’engagements futurs entre les entreprises françaises et philippines, en particulier dans les secteurs prioritaires de la promotion, y compris les industries critiques de l’aérospatiale et de l’auto-électronique, de la héritage spatial du secteur manufacturier, qui produit un pourcentage non négligeable des marchandises échangées échangées entre les deux pays.

Les programmes de renforcement des capacités pour l'aérospatiale, qui sont déjà en cours, ont été élargis pour inclure des secteurs naissants tels que la technologie spatiale, compte tenu de la création prochaine de l'Agence spatiale nationale des Philippines.

M. Lopez a également indiqué que de nouvelles ouvertures avaient été ouvertes à la suite d’accords en cours dans le secteur de la construction navale et de la construction navale, qui ont conduit à l’entrée d’une société française aux Philippines, ainsi que des possibilités futures de renforcer les capacités du pays en matière de construction navale et de fabrication de bouées.

Des projets de coopération liés aux infrastructures et aux transports ont été identifiés, en particulier dans les principaux centres urbains des Philippines et à New Clark City, y compris ceux faisant appel aux technologies de l’information et des communications. Des mises à jour ont également été fournies concernant la mise en œuvre des accords précédemment signés dans les secteurs de l'industrie maritime, de l'aérospatiale, des infrastructures et des transports, notamment des projets d'étude de faisabilité sur des téléphériques et un terminal international de restauration.

Des coopérations possibles entre des entités philippines et françaises ont également été identifiées, notamment un protocole d'accord entre ASCIEL Alliance Electronique et la fondation Semiconductor and Electronics Industries of the Philippines Inc..

La JEC a également évoqué la possibilité d'une coopération économique avec la France dans les domaines des énergies renouvelables et des technologies vertes.

La reprise des vols directs entre la France et les Philippines a également été évoquée. À l’heure actuelle, le seul vol direct aux Philippines est le service direct des Philippines à destination de Londres, mais ne fait pas partie des pays dotés d’un visa Schengen.

La France ayant l'expérience et les outils indispensables au développement des startups et favorisant un environnement commercial propice à une pensée perturbatrice, les Philippines ont invité la partie française à l'aider à exploiter son écosystème émergent de création et de créativité.

Des efforts de coopération dans le commerce électronique, la recherche et le développement ont également été identifiés.

Déjà, Lopez avait dévoilé ses projets de promotion du commerce et de l'investissement en France cette année.

Parmi les problèmes soulevés du côté français, on peut citer une libéralisation plus rapide de l’économie via la liste négative d’investissements étrangers. Les entreprises françaises tiennent particulièrement à l’ouverture des secteurs de la fonction publique et du commerce de détail du pays.

La France a également souligné que son industrie porcine n'est pas affectée par le virus de la PPA. Les importations de produits à base de viande de porc en provenance de France sont toujours autorisées.

"Compte tenu des discussions et des opportunités identifiées au sein du JEC et du vif intérêt manifesté lors de la réunion d'aujourd'hui, je ne serais pas surpris que les Philippines et la France maintiennent ce rythme de croissance dynamique de leurs échanges bilatéraux", a déclaré Lopez.

En 2018, le commerce total entre les Philippines et la France a atteint 2,64 milliards de dollars, en hausse de 52,43% par rapport à son niveau de 2017 (1,73 milliard de dollars).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *