L'ex-président français Hollande a témoigné au Brésil sur une sonde d'avion de chasse: source | Nouvelles

L'ex-président français Hollande a témoigné au Brésil sur une sonde d'avion de chasse: source | Nouvelles

Par Elizabeth Pineau

PARIS (Reuters) – L'ancien président français François Hollande a été interrogé par la police française ce mois-ci en tant que témoin d'une enquête de corruption brésilienne sur un accord d'achat de jets de combat, a déclaré une source proche de l'homme politique.

Le prédécesseur de Hollande, Nicolas Sarkozy, a refusé d'être interrogé dans le cadre de la même enquête, selon le journal français Canard Enchaine, qui a annoncé mardi que les ex-présidents avaient été invités à témoigner dans l'affaire.

"La réunion a bien eu lieu", a déclaré la source proche de Hollande à propos de l'échange socialiste avec la police du 4 juillet.

Les collaborateurs de Sarkozy n'ont pas répondu à une demande de commentaire.

L'affaire est centrée sur l'achat par le Brésil de chasseurs à réaction Gripen à la société suédoise Saab en 2013, alors que Dilma Rousseff était au pouvoir. L'avion suédois a battu le F-18 Super Hornet de Boeing et le français Rafale, produits par Dassault Aviation.

Les procureurs brésiliens cherchent à savoir si le prédécesseur de Roussef, Luiz Inacio Lula da Silva, a utilisé son influence sur son successeur choisi par le gouvernement pour aider Saab à remporter le marché.

Les éléments français résultent des négociations finalement infructueuses entre le gouvernement brésilien et les anciens dirigeants français en vue de l'achat des avions à réaction de Dassault dans les années précédant l'accord de Saab.

Hollande et Sarkozy ont été invités à témoigner dans le cadre de la défense de Lula, a ajouté le Canard Enchaine. Les avocats de Lula ont déclaré qu'il n'avait joué aucun rôle dans l'achat du Gripen.

L’ancien président brésilien a commencé à purger une peine de douze ans d’emprisonnement l’année dernière pour corruption et blanchiment d’argent, peine qui a ensuite été réduite à huit ans.

Rousseff n’est accusé d’aucune faute dans l’affaire des avions de combat.

(Reportage par Elizabeth Pineau, écrit par Sarah White, édité par William Maclean)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *