Les commissions scolaires francophones du Québec se rendent en France pour trouver des enseignants

file photo

Alors que les commissions scolaires anglophones du Québec ont du mal à remplir les salles de classe, les commissions scolaires francophones débordent. Les représentants de trois commissions scolaires francophones de la région de Montréal se rendent donc en France la semaine prochaine pour tenter de trouver quelque chose qui manque au Québec: les enseignants.

La Commission Scolaire de Montréal, la Commission Scolaire Marguerite Bourgeoys et la Commission Scolaire Pointe de L’Ile participeront à une mission à Paris les 1 et 2 juin, dans le but de recruter des enseignants dans la Belle Province.

Les trois conseils sont confrontés à une pénurie d'enseignants causée par une tempête parfaite de départs à la retraite, de personnes qui quittent la profession pour d'autres raisons, telles que le salaire et les conditions de travail, et peut-être surtout, par l'explosion de leurs effectifs étudiants.

La Commission scolaire Marguerite Bourgeoys, ou CSMB, affirme à elle seule qu'il lui faut au moins 200 nouveaux enseignants par an pour compléter les 5 862 enseignants à temps plein et à temps partiel qui dirigent désormais ses salles de classe bondées.

«Trois de nos employés font actuellement leurs valises pour aller en France», a déclaré la porte-parole du CSMB, Gina Guillemette. «Parce que le bassin de candidats ici au Québec n’est tout simplement pas suffisant. Le recrutement à l’extérieur du pays n’est donc que l’une des nombreuses solutions que nous mettons en œuvre pour lutter contre la pénurie actuelle d’enseignants. »

La CSMB compte environ 75 000 étudiants, dont 2 500 nouveaux étudiants cette année. Au cours des dernières années, la population étudiante a augmenté de 16%, dont beaucoup sont des enfants de nouveaux immigrants, des demandeurs d’asile et des réfugiés. La plupart de ces étudiants doivent obligatoirement s’inscrire en «classes d’acceuil» ou accueillir des cours pour les étudiants qui ne parlent pas déjà ou n’écrivent pas en français. Le besoin d'enseignants en français a donc augmenté de façon spectaculaire. Ajoutons à l’équation que de plus en plus de familles se déplacent vers la partie occidentale de l’île, qui est le territoire de la CSMB.

tableau: Commission scolaire Marguerite-Bourgeoys

«Chaque année, nous accueillons de plus en plus d'étudiants. Notre nombre augmente constamment », dit Guillemette. «Le recrutement est donc également constant. De plus, certaines personnes prennent leur retraite et partent, nous devons donc les remplacer également. »Parallèlement, elle ajoute qu’il n’ya tout simplement pas assez de personnes qui obtiennent leur diplôme d’enseignement dans la province.

La CSMB envisage également de recruter des enseignants de Belgique et de certaines régions de l’Ontario où le français est parlé. Et il sait qu'il est également en concurrence avec d'autres provinces pour le recrutement d'enseignants qualifiés en immersion française. «Il existe actuellement une concurrence pour les enseignants dans de nombreuses régions du monde. Certaines régions d'Europe et d'Amérique du Nord connaissent également une pénurie d'enseignants. Cela fait partie d’un phénomène qui n’est pas unique au Québec et au Canada, c’est certain », a déclaré Guillemette.

Lorsqu'on lui a demandé si le projet de loi 21 pourrait influer sur la décision de certains candidats potentiels de venir au Québec, Guillemette a répondu qu'il était difficile à évaluer. S'il était adopté, le projet de loi interdirait aux employés du secteur public occupant des postes de responsabilité, y compris aux enseignants qui portent le hijab, de porter des symboles religieux au travail. «C’est difficile à savoir», at-elle déclaré.

«La loi n'a pas encore été adoptée et il y a aussi des écoles privées qui ne seraient pas touchées. Alors, peut-être que certains de ces candidats chercheraient à travailler dans le secteur privé, si cela pouvait les inquiéter. »

Guillemette a ajouté que le recrutement à l'étranger n'est que l'une des nombreuses stratégies utilisées par le conseil pour augmenter son personnel enseignant. Il a récemment mis en place un plan stratégique pour tenter de recruter et de conserver autant d’enseignants que possible. Et les 200 enseignants recherchés n'incluent même pas d'autres professionnels également nécessaires dans leurs écoles, notamment des enseignants suppléants, des psychologues et d'autres membres du personnel de soutien. Certaines de ces professions connaissent également des pénuries d’éducation, en particulier des psychologues difficiles à recruter dans le système scolaire.

Même si la mission, appuyée par le ministère de l’Education, parvient à attirer plusieurs enseignants de France, les règles d’immigration prévoient que la pénurie d’enseignants au Québec ne sera pas corrigée d’ici à l’automne.

«C’est certain qu’ils ne seront pas là demain», a déclaré Guillemette. "Mais notre objectif est de nous positionner pour leur faire savoir à propos de nous et que nous avons de très grands besoins."

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *