La tentative d'un politicien français de se faufiler après 14 semaines d'avortement limite les ratés | Nouvelles

La tentative d'un politicien français de se faufiler après 14 semaines d'avortement limite les ratés | Nouvelles

14 juin 2019 (LifeSiteNews) – Le législateur français a pour objectif de prolonger le délai légal pour les avortements chirurgicaux électifs de 12 à 14 semaines de gestation (aménorrhée de 14 à 16 semaines).

Bien que la première tentative au Sénat français ait été infructueuse, le «test» féroce a permis d’accélérer le programme parlementaire du «droit à l’avortement» que le parti «En Marche» d’Emmanuel Macron avait promis de protéger durant la campagne présidentielle de 2017. Cette occasion devrait également être utilisée pour lutter contre le droit à l'objection de conscience.

Tout a commencé vendredi 7 juin, lorsque l’ancienne ministre des Droits des femmes, Laurence Rossignol, a utilisé sa position de sénatrice pour faire adopter un amendement par un Sénat pratiquement désert. Arguant que rallonger la période légale pendant laquelle les femmes peuvent librement avorter en France permettrait à quelque «3 000 à 5 000» femmes de voyager chaque année à l'étranger pour mettre fin à leur grossesse dans des pays où la date limite est beaucoup plus longue (22 semaines de gestation) Espagne et Pays-Bas) pour avorter en France.

Le même argument, citant des statistiques similaires, a été utilisé en 2001 pour ajouter deux semaines au délai de 10 semaines de gestation (12 semaines d’aménorrhée). Si l’on en croit les féministes, le même nombre de femmes continuent de voyager chaque année dans d’autres pays, alors même que les avortements du premier trimestre sont maintenant pleinement légaux et même dans des conditions plus laxistes qu’en 2001.

Lorsque Rossignol a présenté son amendement tard vendredi après-midi, alors que de nombreux législateurs étaient déjà sur le point de se rendre dans leur circonscription (ou ailleurs…) pour le week-end, il n'y avait pas vraiment de possibilité de débat. Elle a déclaré que sa proposition signifierait un "réel plus" pour les droits des femmes.

«Entre 3 000 et 5 000 femmes avortent à l'étranger pour avoir dépassé le délai imparti. Le coût incombe à eux. Il est inacceptable de compter sur les pays voisins pour aider ces femmes », a-t-elle posté sur son compte Twitter.

L’avortement légal est entièrement financé par la Sécurité sociale française, qu’il s’agisse d’un avortement chimique jusqu’à cinq semaines de gestation ou d’un avortement chirurgical jusqu’à 12 semaines.

Sur les 348 sièges du Sénat, seuls 22 sénateurs étaient présents au vote: 12 ont voté pour, 10 contre, par un simple moyen de se lever alors que les électeurs «non» restaient assis, et le tout a été finalisé en quelques minutes.

La rumeur qui a suivi a été si grande dans les milieux politiques et de la presse français que la commission des affaires sociales du Sénat français a demandé un nouveau vote dès que le Sénat s'est réuni à nouveau au début de cette semaine. Ce n’est pas parce que la majorité des hommes politiques et des médias français sont pro-vie – ils sont majoritairement pro-avortement – mais parce que la vitesse étonnante avec laquelle l’amendement a été adopté a clairement indiqué que le «droit à l’avortement» est fondé sur une idéologie.

Agnès Buzyn, ministre française de la Santé, a immédiatement convenu que le vote devrait être refait car les conditions du "débat" du premier tour n'avaient pas été satisfaisantes.

Le nouveau vote a eu lieu mardi avec 205 voix contre une prolongation du délai et seulement 102 pour.

Laurence Rossignol a immédiatement tweeté: «La coalition droite / gouvernement a gagné et nous avons perdu la prolongation de deux semaines. Soit dit en passant, la grande cause de l'égalité de mandat de cinq ans entre les hommes et les femmes (F / M) ne nous fera pas rêver avant plus de deux ans. Nous continuerons à défendre l'accès à l'avortement!

L'association française pour la planification familiale et divers groupes féministes ont répété que l'accès à l'avortement devenait de plus en plus difficile en France (même si les statistiques sur l'avortement sont en hausse malgré le nombre réduit de femmes en général dans leurs années fertiles). Ils ont déploré la «stigmatisation» qui pèse toujours sur les femmes qui avortent, accusant en particulier l'augmentation du nombre de médecins qui invoquent l'objection de conscience pour ne pas effectuer la procédure.

Plus de 130 centres de santé où des avortements ont été pratiqués ont fermé entre 2001 et 2011, mais le nombre de maternités et de services hospitaliers a également diminué de manière spectaculaire. Les avortements chirurgicaux ont généralement lieu dans les services de gynécologie et d’obstétrique des hôpitaux publics.

Des groupes pro-vie ont fait remarquer qu’à 14 semaines de gestation, un fœtus était complètement formé et indéniablement un être humain.

Bernard Antony, président de la Ligue de défense «anti-raciste» française, pro-française et pro-chrétienne, l'AGRIF, a commenté cette initiative, rappelant que «dès la conception, l'embryon est un être humain. Mais à 14 semaines, nous parlons d’un enfant complètement formé, qui est déjà sensible à un nombre croissant de choses, y compris la douleur. (…) L'avortement est certainement le meurtre de l'être humain qu'est un embryon, mais à 14 semaines, le meurtre de cet embryon par avortement peut être qualifié d'infanticide. ”

La décision de Buzyn d’autoriser un nouveau vote n’était définitivement pas dictée par de telles réflexions. Elle a toujours favorisé un accès généralisé à l'avortement financé par l'État.

En septembre dernier, elle a demandé un inventaire afin de s'assurer, dit-elle, que le nombre de médecins choisissant l'objection de conscience n'augmentait pas – comme s'il appartenait aux autorités publiques de déterminer avec précision le nombre de médecins pouvant décider à un moment donné. ils ne veulent pas participer au meurtre de bébés à naître.

Mais en mars, elle a déclaré qu'elle était «absolument opposée à» la suppression de la clause d'objection de conscience au motif qu'aucun médecin ne peut être obligé de poser un acte médical à moins que la vie du patient ne soit en danger.

Peut-être la pression de gynécologues et d’obstétriciens opposés, dont le nombre total est insuffisant pour répondre aux besoins français, explique le communiqué.

Il semble également que le blocage du processus législatif au Sénat français constitue plutôt un frein temporaire au relâchement des lois sur l'avortement. La ministre française des Droits des femmes, Marlene Schiappa, a clairement indiqué, après le renversement du Sénat, qu'elle soutenait une mission de l'Assemblée nationale initiée par la délégation des droits des femmes en vue d'assouplir les lois sur l'avortement et de prolonger le délai de 12 à 14 semaines. .

C’est ainsi que le président de cette délégation, la législatrice d’En Marche, Marie-Pierre Rixain, a de nouveau remis le sujet sur le tapis.

"Je suis certaine qu'Agnès Buzyn n'est pas opposée à une prolongation du délai d'avortement", a-t-elle déclaré mardi. "Mais je conviens avec elle que nous ne pouvons pas décider de le faire si moins de deux sénateurs ont modifié un texte qui, à proprement parler, n'a rien à voir avec la question de l'avortement." Elle a déclaré à la presse qu'elle présenterait une proposition dans le tomber, et que la mission qu’elle présidera se penchera également sur la question de l’objection de conscience.

En fait, grâce aux essais de Rossignol, la mission commencera dans quelques jours, au lieu d’attendre l’automne prévu à l’origine.

Il semble que les bébés à naître et les médecins pro-vie n'aient qu'un bref répit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *