La France dit au Premier ministre britannique Johnson: travaillons sur la relation post-Brexit | Nouvelles du monde

La France dit au Premier ministre britannique Johnson: travaillons sur la relation post-Brexit | Nouvelles du monde

DOSSIER DE PHOTO: Le président français Emmanuel Macron participe à une réunion avec l'envoyé spécial du HCR pour la situation en Méditerranée centrale, Vincent Cochetel, le directeur général de l'Organisation internationale pour les migrations, Antonio Vitorino, le commissaire européen en charge de la Migration et des Affaires intérieures, le ministre français de l'Intérieur, Christophe Castaner. Le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, à l'Elysée, à Paris, en France, le 22 juillet 2019. REUTERS / Philippe Wojazer / Pool / File PhotoReuters

Par Richard Lough et Marine Pennetier

PARIS (Reuters) – La France est prête à collaborer avec le nouveau Premier ministre britannique Boris Johnson, mais Paris et les autres capitales européennes ne renégocieront pas les termes de l'accord sur le Brexit, a annoncé vendredi un ministre français.

La ministre d'Etat européenne aux Affaires européennes, Amélie de Montchalin, a déclaré que le président Emmanuel Macron organiserait des discussions sur le Brexit avec Johnson en France dans les prochaines semaines.

Elle a ajouté qu'il n'était pas question de renégocier l'accord de divorce conclu entre le prédécesseur de Johnson et l'Union européenne, mais que les deux parties avaient encore beaucoup à discuter.

"Ce qui reste à négocier, ce sont les relations futures", a déclaré Montchalin. "Nous devons créer une relation de travail et ne pas entrer dans les jeux, les gestes et les provocations."

En entrant dans Downing Street mercredi, Johnson a organisé une confrontation avec l'UE en promettant de négocier un nouvel accord et en menaçant, si le bloc refusait, d'éliminer la Grande-Bretagne de l'UE le 31 octobre sans un accord.

"Nous voulons travailler avec lui. Travaillez", a déclaré de Montchalin à la chaîne de télévision France 2.

L'un des principaux sujets de discorde entre la Grande-Bretagne et l'UE sur les termes du Brexit a été le soutien irlandais – une police d'assurance destinée à maintenir provisoirement la Grande-Bretagne dans une union douanière avec l'UE et à empêcher le retour d'une frontière dure entre la République d'Irlande et l'Irlande. Irlande du Nord.

Le Premier ministre irlandais, Leo Varadkar, a déclaré cette semaine qu'il n'y aurait pas d'accord de retrait ni de pacte commercial avec la Grande-Bretagne s'il n'acceptait pas le backstop.

Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a également déclaré à Johnson cette semaine que l'accord de divorce conclu par son prédécesseur, Theresa May, en novembre dernier, était le meilleur et le seul accord avec l'UE.

Le 31 octobre n'était pas une date limite fixe, a précisé M. de Montchalin, ajoutant que les lignes rouges "ne faisaient que créer des tensions diplomatiques". Mais elle a répété que la Grande-Bretagne devait avoir de bonnes raisons de ne plus attendre si elle en voulait un.

(Reportage par Marine Pennetier et Richard Lough; édité par Clarence Fernandez et Mark Potter)

Copyright 2019 Thomson Reuters.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *