La Finlande remet à la France la présidence troublée du Conseil de l'Europe

La Finlande remet à la France la présidence troublée du Conseil de l'Europe
Drapeaux devant le Finlandia Hall pour la réunion ministérielle du Conseil de l'Europe, 17 mai 2019 / Credit: News Now Finland

Ministre des affaires étrangères par intérim Timo Soini (Bleu) a confié la présidence du Conseil de l’Europe à la France lors d’une cérémonie qui a eu lieu aujourd’hui à Helsinki, marquant la fin des six mois de leadership de la Finlande au sein de cette organisation composée de 47 nations.

Le Conseil de l'Europe a été créé il y a 70 ans pour défendre les droits de l'homme, la démocratie et la prééminence du droit dans toute l'Europe. Mais ces dernières années, la Russie, qui compte plus de 144 millions de citoyens, est aux prises avec des problèmes.

La Russie a été suspendue de l'Assemblée parlementaire du CdE en 2014 après avoir envahi l'Ukraine et annexé illégalement la Crimée. En 2017, les Russes ont cessé de payer leurs cotisations, affirmant que s’ils ne pouvaient pas voter, ils ne paieraient pas.

Selon les règles du Conseil de l'Europe, si la Russie s'était acquittée de sa cotisation pendant deux ans, les parlementaires russes auraient été complètement exclus.

Ce délai devait expirer le mois prochain, mais vendredi, le Conseil de l'Europe à Helsinki a cligné des yeux devant les menaces de la Russie de se retirer complètement du Conseil de l'Europe et a rétabli le droit de vote.

Les problèmes avec la Russie sont toutefois plus profonds que l'argent.

«Le Conseil de l'Europe a bien sûr été confronté à une crise énorme lorsque la Russie a envahi et annexé la Crimée et toute la guerre en Ukraine», a déclaré Petra de Sutter, un eurodéputé néerlandais et président de la commission des règles du CdE qui s’est entretenu avec Nouvelles maintenant Finlande à Helsinki au début de la présidence finlandaise.

«Les gens disent que si la Russie est complètement exclue du Conseil de l'Europe, les citoyens russes n'auront pas accès à la justice, et c'est de quoi il s'agit vraiment, de donner aux citoyens le droit de contester des questions relatives aux droits de l'homme qui, nous le savons, sont souvent violé en Russie », dit-elle.

Selon les chiffres officiels, plus de 20% de toutes les affaires portées devant la Cour européenne des droits de l'homme en 2018 provenaient de citoyens russes.

À la fin de la réunion ministérielle de cette semaine, à Finlandia Hall, les dirigeants ont publié une déclaration affirmant que tous les Etats membres devraient pouvoir participer à la fois à l'Assemblée parlementaire et au Comité des Ministres, mais que l'une des obligations fondamentales des États membres États doivent payer leurs contributions obligatoires », une référence directe à la Russie.

Seules six nations ont voté contre le rétablissement du droit de vote de la Russie.

Photographie ministérielle du Conseil de l'Europe / Crédit:

La Russie appartient-elle même au Conseil de l'Europe?

Au-delà de l'éléphant évident dans la salle au sujet de la Crimée et de la question des sanctions contre la Russie – le ministre ukrainien des Affaires étrangères s'est retiré de la conférence d'Helsinki à la dernière minute, anticipant le rétablissement du droit de vote de la Russie – le problème plus large du Conseil de la Russie L'Europe .

L'organisation est perçue comme progressiste et embrassant les valeurs occidentales en matière de droits de l'homme et de démocratie, alors que la Russie est régulièrement en contradiction avec ces idéaux.

«En définitive, la question reste de savoir à quel point les pays du Conseil de l'Europe ont en commun une perception des normes et où aller. Pour que le Conseil soit efficace à long terme, il devrait probablement y avoir un minimum de terrain d'entente et de compréhension » Lauri Mälksoo, professeur de droit international à l’Université de Tartu en Estonie, a récemment publié un livre sur la Russie et la Cour des droits de l’homme.

Le Professeur Mälksoo a déclaré que si ni le Conseil de l'Europe ni les Russes ne veulent être ceux qui échappent à ce processus, il existe un décalage graduel lorsque les principaux pays européens adoptent une législation convenue par le Conseil de l'Europe sur des questions comme la violence domestique et le sexisme, se retirer de l'adoption de ces types de lois.

«Au cours de la dernière décennie en Russie, les conservateurs traditionnels ont critiqué les droits de l'homme libéraux européens laïcs comme une vision alternative de ce qu'ils pensent ou devraient devenir. Les élites russes ne viendront probablement pas pour abandonner les droits de l’homme en tant que tels, mais ils veulent donner une direction différente. une version des droits de l'homme moins progressive et moins ouverte que celle préconisée par le Conseil de l'Europe », déclare le professeur Mälksoo Nouvelles maintenant Finlande.

Le débat sur la compatibilité de la Russie avec les valeurs européennes modernes et son comportement bafouant les normes internationales ne se produit pas uniquement chez des universitaires comme Mälksoo ou Arkady Moshes FIIA, de l'Institut finlandais des affaires internationales, qui a déclaré que «tout le système des institutions et de la diplomatie européennes repose sur l'idée de processus et de progrès, sur l'idée de plus ou de moins, de compromis»; cela se passe aussi à l'intérieur du CdE.

«C’est le dilemme éternel. Si vous avez un mauvais élève dans la classe, jetez-le dehors ou gardez-le à l'intérieur. Certaines personnes verront le bien chez cet élève et espèrent influencer cet élève pour que les choses s'améliorent, et d'autres diront que c'est désespéré ", propose l'eurodéputée Petra de Sutter.

«Dans ce cas, le [human rights] tribunal est important pour les citoyens russes, même si la Russie ne met pas en œuvre les décisions du tribunal […] cela met un peu de pression sur le système judiciaire sachant qu'il y a un tribunal et que les gens peuvent y aller », déclare de Sutter.

«Peux-tu leur faire confiance? Pouvez-vous vraiment dialoguer avec eux? Il faut être deux pour danser et je suis une personne qui croit au dialogue en tant que principe. "

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *