Jacinda Ardern, de la Nouvelle-Zélande, et Emmanuel Macron, de la France, unissent leurs efforts pour lutter contre l'extrémisme en ligne

facebook
Wellington: Une enquête sur les massacres perpétrés dans les mosquées de Christchurch a commencé lundi, alors que la première ministre néo-zélandaise, Jacinda Ardern, se préparait à organiser une réunion en France visant à obtenir un soutien mondial pour lutter contre la violence en ligne.

Un seul homme armé a tué 51 personnes dans deux mosquées à Christchurch le 15 mars alors qu'il diffusait en direct le massacre sur Facebook. C'était le pire tir en temps de paix en Nouvelle-Zélande.

L'enquête de la Commission royale de Nouvelle-Zélande examinera les activités du suspect, l'homme, l'utilisation des médias sociaux et les relations internationales, ainsi que la question de savoir s'il y avait des priorités inappropriées dans les ressources de lutte contre le terrorisme.
 <! –

->
 
 "Les conclusions de la commission aideront à faire en sorte qu'une telle attaque ne se reproduise plus", a déclaré Ardern dans un communiqué annonçant la nomination d'un deuxième commissaire à l'enquête.
Le site Web de la Commission royale a annoncé la collecte d'informations jusqu'en août. Il présentera ses conclusions au gouvernement le 10 décembre.

Certains membres de la communauté musulmane ont appelé à une meilleure communication à propos de l'enquête.

"Beaucoup d'entre nous, membres de la communauté musulmane, n'avons reçu aucune information sur le processus d'audience (…). Beaucoup d'entre nous, dans la communauté, se sentent vraiment à l'écart du processus", a déclaré Guled Mire, avocat de la communauté de Wellington.

"En fin de compte, nous voulons que nos voix soient entendues et ne soient plus ignorées. Nous espérons donc que des mesures seront prises pour que les informations soient directement communiquées aux membres de la communauté musulmane."

La Commission royale n'a pas immédiatement répondu à la demande de commentaires.

Ardern est à Paris cette semaine pour coprésider mercredi une réunion avec le président français Emmanuel Macron dans le but de faire signer par les dirigeants et les chefs d'entreprises du secteur de la technologie le "Christchurch Call", un engagement à éliminer les contenus extrémistes terroristes et violents en ligne.

Dans un article publié samedi dans le New York Times, M. Ardern a déclaré que "l'appel de Christchurch" constituerait un cadre volontaire qui engagerait les signataires à mettre en place des mesures spécifiques pour empêcher le téléchargement de contenu terroriste.

"Il ne s'agit pas de saper ou de limiter la liberté d'expression. Il s'agit de ces sociétés et de leur fonctionnement", a déclaré Ardern.

Des représentants de Facebook, Google, Twitter et d’autres sociétés de haute technologie devraient participer à la réunion, bien que le président de Facebook, Mark Zuckerberg, ne soit pas présent.

Facebook a déclaré que Nick Clegg, ancien vice-Premier ministre du Royaume-Uni, et actuellement vice-président de Facebook chargé des affaires mondiales et des communications, assisterait à la réunion.

"Ce sont des problèmes complexes et nous nous sommes engagés à travailler avec les dirigeants mondiaux, les experts de l'industrie et de la sécurité à la réunion de cette semaine et au-delà sur un cadre de règles clair pour aider à protéger les personnes des dangers", a déclaré Clegg dans un communiqué envoyé à Reuters .

La réunion se tiendra parallèlement à la réunion «Tech for Humanity» des ministres du numérique du G7, présidée par la France, et au sommet séparé «Tech for Good» organisé par la France.

L'Australien Brenton Tarrant, présumé suprématiste blanc, a été inculpé de meurtre pour meurtre en masse et doit comparaître devant le tribunal le 14 juin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *