Ian Bailey dans un "cauchemar vivant" et n'assistera pas à un "procès-spectacle" en France, déclare son avocat

Ian Bailey dans un "cauchemar vivant" et n'assistera pas à un "procès-spectacle" en France, déclare son avocat

L'avocat de Ian Bailey, Frank Buttimer, a déclaré que M. Bailey n'assisterait pas au procès en France pour le meurtre de Sophie Du Plantier.

Interviewé à la radio RTÉ ce matin, M. Buttimer a déclaré que M. Bailey était dans un «cauchemar vivant» depuis l'assassinat de Mme Du Plantier à Schull, West Cork, en 1996.

M. Buttimer a déclaré: "Il s'agit d'un procès en vue d'une manifestation visant à satisfaire certaines personnes en ce qui concerne leurs propres convictions."

Il a ajouté que M. Bailey était soumis à «ce genre de situation» depuis près de 23 ans.

«Il ne peut pas y échapper. Il a été entièrement exonéré dans ce pays. Le procureur général a depuis longtemps décidé qu'il n'y avait aucune preuve sur laquelle il puisse être jugé.

«Les Français ont décidé qu'une seule et même preuve suffit pour le juger.

"La situation est franchement ridicule et, bien sûr, extrêmement injuste."

M. Buttimer a déclaré que M. Bailey ne monterait pas de défense lorsque le procès commencera à Paris le lundi 27 mai.

Il a déclaré: «Il ne reconnaît pas que la procédure est, en fait, valable ou juste. Il ne sera pas présent. Il ne sera pas représenté.

«En supposant qu'il y ait une condamnation, ce qui va probablement être le cas, je suppose que les Français reviendront probablement dans cette juridiction pour une troisième fois demander sa sortie du pays pour faire face à une peine qui sera probablement infligée.

«Nous allons résister à ça. Les tribunaux irlandais ont déterminé à deux reprises qu'il n'était pas susceptible d'être retiré de cette juridiction et que l'application des Français n'était pas conforme à la loi.

"Ce serait assez ridicule de revenir chercher son retrait de cette juridiction pour faire face à sa peine pour un crime pour lequel il est ensuite reconnu coupable, mais pour lequel la Cour suprême irlandaise a décidé qu'il ne pouvait être renvoyé la première instance à être jugée, nous aurions donc une situation assez farfelue à ce moment-là. "

Frank Buttimer.

M. Buttimer a déclaré que l'affaire était plus lourde que celle d'Ian Bailey dans la mesure où il s'agissait d'un "manque de respect flagrant" de la part de la juridiction française à l'égard du système de justice pénale irlandais.

Il a déclaré: «Si les tribunaux maintiennent la décision qu'ils ont prise – qu'il ne peut pas être révoqué, je soupçonne que la France sera poursuivie devant la Cour européenne par l'Irlande afin de déterminer si cette décision de la cour irlandaise tient le coup. Examen européen.

«C’est tellement difficile en bout de ligne que c’est très, très difficile à prévoir. Et, bien sûr, vous devez vous rappeler que M. Bailey continuera à vivre exactement le même cauchemar qu’il vit depuis près de 23 ans.

«Il est dévasté. Il trouve extrêmement difficile de faire face à cette situation jour après jour, semaine après semaine, ne sachant simplement pas ce qui va lui arriver, il a protesté tout au long de tout cela pour nier son innocence. "

"Aucune preuve ne le lie à l'infraction en ce qui concerne cette juridiction et il continue de vivre exactement le même cauchemar.

Il a convenu qu'il y avait beaucoup en jeu.

"Oui. C'est une affaire sans précédent ", a-t-il déclaré." C'est une juridiction qui dit à une autre juridiction que son système de justice pénale n'est pas à la hauteur de ses normes et que c'est la norme qui est mesurée par l'autre juridiction où je pense personnellement que leur système Nous ne respectons pas les normes actuelles, mais nous respectons leur système.

"Ils n'ont clairement aucun respect pour le nôtre."

Lorsqu'on lui a demandé s'il avait la moindre idée de l'endroit où cela allait se terminer, il a répondu: "Ce sera avec M. Bailey jusqu'à sa tombe."

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *