France: l'Iran ne gagnera rien en abandonnant l'accord nucléaire

French Foreign Minister Jean-Yves Le Drian
Le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian

Reuters

L’Iran n’aura aucun avantage à déroger aux termes de son accord nucléaire avec les puissances mondiales, a annoncé mercredi le ministère français des Affaires étrangères à Téhéran, après l’annonce par Téhéran de son objectif d’enrichir son uranium.

"L'Iran ne gagnera rien en quittant l'accord de Vienne", a déclaré à la presse Agnes von der Muhll, porte-parole du ministère des Affaires étrangères, lors d'un point de presse quotidien Reuters agence de presse.

"La remise en cause de l'accord ne fera qu'accroître les tensions déjà exacerbées dans la région", a-t-elle ajouté.

Plus tôt mercredi, le président iranien Hassan Rouhani avait déclaré que l'Iran ignorerait le niveau d'enrichissement maximal de 3,67% pour l'uranium, à compter de dimanche prochain.

Cette annonce intervient deux jours après que l'Iran a annoncé qu'il avait amassé plus d'uranium faiblement enrichi que prévu, ce qui constitue sa première violation majeure du pacte nucléaire.

"C’est la raison pour laquelle la France et ses partenaires européens ont demandé avec insistance à l’Iran de renverser immédiatement l’enrichissement excessif et de s’abstenir de prendre de nouvelles mesures qui minent ses engagements nucléaires", a déclaré Von der Muhll mercredi.

L’Iran a menacé d’abandonner ses engagements nucléaires si les partenaires restants de l’accord, la Grande-Bretagne, la Chine, la France, l’Allemagne et la Russie, ne l’avaient pas aidé à contourner les sanctions américaines, notamment pour vendre son pétrole.

Ses dernières annonces sur la rupture de l'accord nucléaire font suite à une réunion vendredi dernier avec des responsables européens, russes et chinois pour discuter des moyens de sauver le nucléaire de 2015 après le retrait des Etats-Unis.

L’envoyé iranien à la réunion à Vienne a déclaré que les pays européens n’avaient pas proposé suffisamment pour persuader Téhéran de renoncer à ses projets pour enfreindre les limites imposées par l’accord.

Au début de l'année, l'UE avait mis en place un mécanisme commercial qui contournerait les sanctions imposées par les États-Unis à l'Iran afin de sauver l'accord de 2015, mais l'Iran a rejeté ce mécanisme jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *