France envisage de modifier les allocations de chômage, les syndicats à protester | Actualité économique

France envisage de modifier les allocations de chômage, les syndicats à protester | Actualité économique

DOSSIER – Sur cette photo du 26 février 2013, un demandeur d’emploi entre dans un centre pour l’emploi (Pole Emploi), à Nice, dans le sud-est de la France. Le gouvernement du président français Emmanuel Macron a dévoilé son plan visant à resserrer les allocations de chômage dans le pays. Tous les grands syndicats ouvriers dénoncent la réforme comme étant injuste et préjudiciable au système social du pays. (AP Photo / Lionel Cironneau, Fichier) The Associated Press

PARIS (AP) – Le gouvernement du président français Emmanuel Macron a dévoilé ses plans visant à rendre plus difficile la demande de prestations pour les chômeurs, dans le cadre d'une refonte du marché du travail français visant à stimuler l'économie du pays.

La ministre du Travail, Muriel Penicaud, a déclaré mardi que les changements étaient "sévères, mais importants".

Les syndicats ont dénoncé ces plans comme injustes et préjudiciables au système de sécurité sociale du pays.

Les modifications prévues prolongent la période de travail pour avoir droit aux allocations de chômage et réduisent le montant que les travailleurs plus aisés peuvent recevoir après six mois de chômage.

Les chômeurs français touchent désormais en moyenne plus de 1 000 euros par mois, soit un maximum pouvant atteindre 6 200 euros pour deux années consécutives.

Une autre mesure envisage de pénaliser les entreprises qui utilisent beaucoup de contrats à court terme.

Le Premier ministre Edouard Philippe a déclaré que le premier objectif des changements sociaux était "d'encourager les entreprises à embaucher avec des contrats à long terme" et le deuxième objectif était "de changer les règles en matière d'avantages sociaux, de sorte que travailler paye toujours plus que ne pas travailler".

Le gouvernement français espère que les changements permettront d'économiser 3,4 milliards d'euros (3,8 milliards de dollars) sur trois ans et espère qu'ils permettront de réduire le chômage. Le taux de chômage en France est tombé à 8,7% au premier trimestre de l'année, son niveau le plus bas depuis une décennie, mais il reste l'un des taux les plus élevés d'Europe.

Le chef du syndicat de centre gauche CFDT, Laurent Berger, a qualifié le projet de "profondément injuste" et a déclaré qu'il "affectera 100% des personnes sans emploi".

Catherine Perret, dirigeante du parti d'extrême gauche de la CGT, a appelé à des manifestations contre les changements du travail.

Une manifestation est prévue la semaine prochaine devant l'agence de chômage à Paris.

Le gouvernement Macron prévoit d’adopter les modifications controversées de la législation du travail par décret cet été, une procédure qui évite de longs débats au parlement.

Les principaux changements intervenus sur le marché du travail en France – une réforme antérieure de 2017 facilitait le recrutement et le licenciement de travailleurs français – figurent parmi les politiques favorables aux entreprises défendues par Macron mais rejetées par les manifestants anti-gouvernementaux dans le mouvement du gilet jaune qui a commencé en novembre dernier.

Macron a promis de continuer à apporter de tels changements à l'économie pour améliorer sa compétitivité. Une autre réforme majeure du système de retraite français devrait être présentée en juillet.

Copyright 2019 La Presse Associée. Tous les droits sont réservés. Ce matériel ne peut être publié, diffusé, réécrit ou redistribué.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *