Federer-Nadal, les luttes de Serena parmi les plats à emporter de l'Open français

Federer-Nadal, les luttes de Serena parmi les plats à emporter de l'Open français

Le Roland Garros 2019 était un tournoi à double personnalité. Pendant les 10 premiers jours, des surprises surgissaient comme des bouchons de champagne dans le pavillon de la salle à manger sous un ciel généralement calme et lumineux. Puis, le deuxième mercredi, les pluies et le vent sont arrivés, bouleversant le calendrier, modifiant les conditions de jeu et faisant basculer le terrain de jeu.

C’est comme cela que les choses se passent parfois lors d’un tournoi du Grand Chelem de deux semaines, le meilleur des cinq, et c’est pourquoi en remporter un est un exploit si épique. Voici nos plats à emporter de la quinzaine parisienne.

La rivalité Fedal reste l'étalon-or

Novak Djokovic et Rafael Nadal sont peut-être occupés à créer la plus grande rivalité de l'histoire du tennis, une alliance qui contient tous les éléments requis: c'est un affrontement de styles et de personnalités, et elle a déjà une histoire riche.

Les deux hommes se sont déjà rencontrés plus de fois que n’importe quel autre couple masculin à l’époque Open, Djokovic détenant une mince avance de 28-26. Ils étaient classés tête de série n ° 1 (Djokovic) et 2 dans le tournoi, ils n'auraient donc pu se rencontrer qu'en finale. Mais la perspective d’une demi-finale Roger Federer contre Nadal (Nadal menait dans cette rivalité, 23-16) avait amené tout le monde à s’améliorer au point que personne ne parlait de Djokovic contre Nadal.

Oui, c'est en partie à cause du retour de Federer sur terre battue (il n'avait plus joué à Roland Garros depuis 2015). Mais vu la maîtrise de Nadal sur l’argile rouge, la demi-finale valait-elle le battage médiatique? Le résultat (une autre explosion de Nadal) vient de souligner à quel point la rivalité de Fedal, insensible aux faits et aux détails, régit l’imagination de la plupart des fans et des experts.

Rafael Nadal et Novak Djokovic ont joué plus de matches l'un contre l'autre, mais la rivalité Nadal-Roger Federer reste celle qui suscite le plus d'enthousiasme au tennis. Julian Finney / Getty Images

Serena a besoin d'un shakeup

La chose la plus inhabituelle à propos de French Open de Serena Williams est qu'elle n'a pas été un facteur dans aucun sens du mot. Pour la première fois depuis toujours, elle n'était qu'un autre perdant au troisième tour – victime d'une légère surprise, alors que Williams, tête de série numéro 10, était vaincue par sa compatriote Sofia Kenin, 6-2, 7-5. Williams a quitté le tournoi tranquillement, mais avec une évaluation sobre de sa situation.

Reconnaissant qu'elle n'avait pas joué assez de matches à Roland-Garros – elle n'a complété que trois matches complets entre l'Open d'Australie et le French Open, avec un abandon et deux retraits – Williams a lancé l'idée de prendre un ou deux wild card événements à préparer pour Wimbledon. "Je me sens vraiment à court de matches", a-t-elle déclaré. "Il me reste un peu de temps, alors peut-être que je vais me lancer et obtenir un wild card à l'un de ces événements sur terrain en herbe et voir ce qui se passe."

Wimbledon est presque exactement dans trois semaines, mais on ne sait pas encore que Williams demande une carte de contrôle lors des événements de mise au point sur le terrain en herbe de la WTA.

Tsitsipas pousse la prochaine génération au prochain niveau

Alexander Zverev, l'Allemand âgé de 22 ans et tête de série numéro 5, continue de faire tourner ses roues chez les majeurs. Il a encore beaucoup de temps pour se qualifier lors d'un Slam, mais il éprouve un sentiment de complaisance dans l'attitude du triple champion Masters 1000 et a fait preuve de retenue à son égard tout en embrassant Stefanos Tsitsipas, un jeune homme de 20 ans.

Le "Greek Freak" est classé juste derrière Zverev au 6e rang. Tsitsipas n'a pas caché ses ambitions, et il a remporté de gros succès dans ses dernières majeures, éliminant Federer à l'Australian Open, où il a finalement été battu par Nadal en demi-finale. Son match cauchemardesque à Paris s'est soldé par une défaite extrêmement serrée contre Stan Wawrinka au cinquième round, au cinquième tour.

Tsitsipas était en larmes – et probablement de nombreux fans de Zverev souhaitaient pouvoir subir des pertes aussi difficiles. Tsitsipas a déclaré aux journalistes après sa défaite contre Wawrinka: "C’est le pire sentiment de tous les temps. … [It’s been a] Cela faisait longtemps que je pleurais après un match. "La réaction était très différente de celle de Zverev après sa défaite face à Djokovic en quart de finale." Il est n ° 1 mondial pour une bonne raison. … Les choses se passent et ça va ", a déclaré Zverev.

Surveille tes arrières, Sascha. Tsitsipas n'est pas loin derrière.

jouer

0:46

Ashliegh Barty partage son sentiment d'avoir remporté sa première finale du Grand Chelem et se souvient d'avoir été navrée d'avoir vu sa compatriote australienne Samantha Stosur perdre en 2010.

La WTA a changé de paradigme

Ne perdez rien de la magnifique victoire de Ash Barty. Elle a disputé un match de championnat fantastique et a la flush de la polyvalence Federer. Mais la WTA est en train de transformer un jeu dominé par le thème de la domination en un jeu dominé par le thème de la parité. Aucun expert n’a été assez prévenant pour prédire une finale mettant en vedette Barty et Marketa Vondrousova, mais les deux hommes ont amplement démontré qu’ils appartenaient à cette finale.

Une femme différente a maintenant remporté neuf des 10 derniers tournois du Grand Chelem (la première, Naomi Osaka, est l'unique gagnant récurrent de l'US Open et de l'Australian Open de l'année dernière). Entre-temps, l'âge moyen des champions de tournois WTA cette année (23 ans) est le plus jeune depuis plus d'une décennie (c'est une mauvaise nouvelle pour les Petra Kvitovas et Simona Haleps de ce monde), et les 18 premiers tournois ont chacun produit un vainqueur différent. Bien sûr, un joueur dominant pourrait bientôt émerger de tout cela. Mais il est plus probable que nous sommes en plein changement de paradigme – un changement qui pourrait également se produire chez les hommes lorsque les trois grands ont disparu.

Les Bryans ont de bonnes nouvelles pour Andy Murray

Flash info: Les frères Bryan n'ont pas remporté le double masculin français. Septièmes têtes de série, ils ont perdu au troisième tour face à l'équipe de qualité composée de Jean-Julien Rojer et de Horia Tecau, tête de série numéro 10. Bob Bryan et Mike Bryan (qui est actuellement le spécialiste numéro un du double au monde) ont 41 ans vieux. Le plus impressionnant: Bob joue avec une hanche artificielle depuis son remplacement complet en août dernier.

Le fait que les jumeaux soient toujours classés et en lice lors de grands événements est tout à fait remarquable – et bonne nouvelle pour Andy Murray, qui tentera un retour de son opération de la hanche à partir du Queens Club la semaine prochaine. Les Bryans ont atteint les quarts de finale de l'Open d'Australie et ont remporté deux titres de niveau tour (dont celui de Miami) depuis le retour de Bob au début de l'année.

Le titre de double masculin à Paris a finalement été remporté par l’équipe allemande non classée, composée de Kevin Krawietz et Andreas Mies. Le championnat de double féminin a été remporté par Timea Babos et Kristina Mladenovic, deuxièmes têtes de série.

Oh non, le Canada

À la fin de la saison difficile à Miami, une flotte de jeunes Canadiens dynamiques et attrayants semblait prête à envahir les hautes régions du classement. Bianca Andreescu, 18 ans, a été stupéfaite en remportant Indian Wells en tant que wild card. Les autres adolescents Felix Auger-Aliassime et Denis Shapovalov se sont rendus en demi-finale du prestigieux Miami Open. Milos Raonic, modèle et homme d'État âgé à 28 ans, retrouvait sa forme après sa blessure.

2 connexes

Puis vint l'argile. Raonic, classé n ° 18, s'est retiré de Roland-Garros avec une blessure au genou. Andreescu, numéro 23 mondiale, a remporté son match du premier tour, puis s'est retirée pour continuer à soigner une épaule droite blessée. Shapovalov, tête de série numéro 20, a perdu son match du premier tour. Auger-Aliassime, n ° 22, s'est retirée en raison d'une blessure à l'aine contractée la semaine précédant l'ouverture de Roland Garros.

Cumulativement, ces quatre Canadiens n’ont disputé que 10 à 10 matches pour l’ensemble de la saison sur terre battue, principalement en raison d’une défaite tardive lorsqu’Auger-Aliassime a remporté trois matches à Lyon, en France. Il n'y a aucune raison de paniquer, et ils devraient quand même faire mieux sur l'herbe. De plus, la Canadienne Leylah Annie Fernandez a remporté le titre féminin (moins de 18 ans) en battant Emma Navarro, des États-Unis (le titre masculin a été remporté par la Danoise Holger Vitus Rune, qui a battu l’Américain Toby Alex Kodat.)

Oh non, partie II

La brillante course d'Anna Anisimova aux demi-finales de l'Open français a été une bonne nouvelle pour le tennis américain. Mais c’était la seule bonne nouvelle, masquant le pauvre tournoi que connaissaient la plupart des joueurs de la grande flotte américaine. La seule autre chose qui brillait était Kenin, qui utilisait beaucoup sa joker pour contrarier Williams et se qualifier pour le quatrième round (elle a bénéficié d’un deuxième tour organisé par Andreescu, la tête de série numéro 22).

Taylor Fritz était le seul Américain sur neuf dans le tirage au sort à atteindre même le deuxième tour, où il a perdu. Au quatrième tour, il ne restait plus que quatre prétendantes: Sloane Stephens (n ​​° 7), Madison Keys, Kenin et Anisimova (n ° 14). Stephens a été battu dans les quartiers par Johanna Konta. Keys, demi-finaliste l'an dernier, s'est incliné dans la même ronde face à l'éventuel champion Barty.

Planification de la roulette

La volonté de Djokovic de terminer son deuxième Grand Chelem hors calendrier est ruiné en demi-finale par une combinaison de conditions pluvieuses et venteuses et de Dominic Thiem. L’autrichien de 25 ans a quant à lui été vaincu par Nadal lors d’un match de championnat qui aurait pu mieux se dérouler car Thiem n’avait pas été contraint par le mauvais temps à jouer lors des quatre derniers jours.

Le temps est une chose. Tous les tournois sauf les tournois en salle doivent y faire face. Mais l’Open de France – et tout le monde à l’exception de Wimbledon – s’est écarté de ce qui était jadis un programme irréprochable appelant les joueurs du même tour à jouer le même jour, avec un jour de repos entre chaque match. Les choses ont bien fonctionné: les quarts de finale Roger Federer et Rafael Nadal n’ont subi aucune interruption de leur emploi du temps. Ils ont même eu une pause de deux jours avant de se retrouver en demi-finale du vendredi. Mais Thiem a dû jouer chaque jour de jeudi à dimanche, en raison de la pluie retardée mercredi de son mercredi en quart de finale et de l'arrêt de sa demi-finale contre Djokovic vendredi à cause du mauvais temps. Tu parles d'un long week-end difficile.

Le toit escamotable de Court Philippe Chatrier sera complété par le tournoi de l'année prochaine. Cela résoudra l’un des deux problèmes (du moins pour les derniers jours), qui peut se combiner pour donner à certains joueurs un avantage injuste sur d’autres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *