Des journalistes français en prison pour avoir révélé des mensonges sur la guerre au Yémen – RT World News

Des journalistes français sont sous le coup d’une peine de prison pour avoir couvert des documents révélant la complicité du pays dans la guerre menée par l’Arabie saoudite au Yémen après avoir refusé de répondre aux questions de la police antiterroriste.

Ils veulent faire de nous un exemple car c’est la première fois en France qu’il ya des fuites comme celle-ci.Geoffrey Livolsi, cofondateur du journal d'investigation Disclose, a déclaré à l'Intercept, évoquant le briefing confidentiel de la Direction du renseignement militaire, destiné au président Emmanuel Macron que le gouvernement avait menti au public sur la manière dont les armes était la vente serait utilisé.

Ils veulent dissuader les journalistes et leurs sources de révéler des secrets d’État.

Livolsi, son cofondateur de Disclose, Mathias Destal, et le reporter de Radio France, Benoît Collombat, pourraient être passibles d’une peine de cinq ans de prison et de 75 000 euros d’amende pour simple peine. manipulation documents classifiés sans autorisation en vertu d'une loi de 2009 interdisant «attaques sur les secrets de la défense nationale"Après que la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), les services de renseignement nationaux français, les aient accusés de"compromettant le secret de la défense nationale.




Aussi sur rt.com
Macron poursuit les journalistes qui ont dénoncé la complicité française dans de possibles crimes de guerre saoudiens au Yémen



La DGSI les a interpellés cette semaine pour leur interrogatoire après avoir publié un article le mois dernier sur le document divulgué montrant que les hauts responsables gouvernementaux étaient parfaitement au courant du matériel militaire vendu à l'Arabie saoudite et aux Émirats arabes unis, notamment des systèmes de missiles à guidage laser et des tanks – était utilisé “offensivement”Au Yémen en violation d'un traité sur les armements de 2014.

Les journalistes ont refusé de répondre aux questions concernant leurs sources et leur travail, invoquant leur droit de garder le silence et faisant plutôt une déclaration soutenant le journalisme d'intérêt public. Bien que la France ait une loi protégeant la liberté de la presse, elle ne s'applique pas aux "secrets de la défense nationale, ”Et il n'y a pas d'exception – pas même pour l'intérêt public.




Aussi sur rt.com
"Comment dorment-ils?" Roger Waters interpelle les Etats-Unis, le Royaume-Uni et la France au sujet de la "fausse" attaque chimique de Douma



Le gouvernement français semble vouloir du sang, selon Virginie Marquet, avocate de Disclose, qui a souligné les déclarations de la ministre des Forces armées, Florence Parly, accusant le débouché de violer "toutes les règles et lois de notre pays. ”Et même si le gouvernement choisit finalement de ne pas engager de poursuites, le mal est déjà fait.

Il y a un effet de refroidissement», A déclaré Marquet à l'interception. “C’est un avertissement pour tous les journalistes – n’entrez pas dans ce genre de sujet, n’enquêtez pas sur cette information. "

Au moins 36 médias français ont signé une déclaration condamnant la persécution des journalistes le mois dernier. Le gouvernement Macron a réprimé le journalisme dissident en 2018 avec une loi lui permettant de fermer toute agence de presse réputée être sous «influence étrangère”Quatre mois avant une élection.

Vous aimez cette histoire? Partagez le avec un ami!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *