Des centaines d’œuvres d’art ont été volées au palais présidentiel français au cours des dernières décennies. Les employés sont à blâmer?

Des centaines d’œuvres d’art ont été volées au palais présidentiel français au cours des dernières décennies. Les employés sont à blâmer?

Des détectives en France enquêtent sur la disparition de plus de 50 000 objets, dont des centaines d'œuvres d'art, de meubles anciens et de vaisselle, du palais de l'Élysée et d'autres bâtiments et résidences appartenant à l'État. Les autorités imputent la tenue de registres imprudents au manque de certitude quant à savoir si nombre de ces objets disparus ont été perdus, volés ou sont simplement assis dans un magasin quelque part, mais des employés gouvernementaux aux doigts de main sont probablement à blâmer pour au moins certains d'entre eux. le butin manquant.

En juin, le Centre national des arts visuels avait officiellement déposé une plainte auprès d’une unité de la police spéciale du ministère de l’Intérieur français à Paris pour le vol de sept œuvres d'art du palais présidentiel. La valeur totale des œuvres manquantes, qui comprennent des statuettes en bois et en terre cuite, ainsi qu'un buste en bronze, est estimée à quelques milliers d'euros. Un inventaire officiel montre que les objets acquis entre 1879 et 1984 ont disparu entre novembre 2012 et janvier 2013. L'organisation a été contrainte de déposer plainte après une enquête approfondie sur la localisation des objets.

Mais la pourriture est beaucoup plus profonde que cela. Des milliers de biens de l’État ont disparu du palais présidentiel (Elysée), de la résidence du premier ministre (Matignon), de l’Assemblée nationale et d’autres musées, mairies et ambassades au fil des décennies. Selon un rapport du comité français pour l’inventaire des œuvres d’art, qui fait partie du ministère de la Culture, plus de 50 000 objets sont actuellement portés disparus.

Un grand nombre de ces articles sont considérés comme perdus à cause de la mauvaise tenue des dossiers. Récemment, par exemple, un lustre disparu depuis 25 ans a été retrouvé en train de ramasser de la poussière dans une salle de stockage de l'Elysée. On pense qu'un nombre considérable d'entre eux aurait Été volé.

«Fin 2018, 2 300 plaintes pour vol ont été déposées par les institutions en charge de ces travaux», a déclaré Jean-Philippe Vachia, président du comité français, au journal Le parisien. Quatre-vingt-sept de ces plaintes ont été déposées par la présidence française et 60 autres par les bureaux du Premier ministre.

«Les objets volés ne sont pas des chefs-d’œuvre, mais ils pourraient tout de même valoir des dizaines de milliers d’euros, et surtout avoir une valeur patrimoniale importante», déclare Vachia, ajoutant que c’était une habitude pour de nombreux employés de l’État de «prendre un souvenir». avec eux lorsqu'ils ont quitté leurs fonctions, jusqu'aux années 2000, lorsque le gouvernement a mis en place un système d'inventaire qui obligeait les représentants à faire le point à l'entrée et à la sortie de leur poste.

En 2010, Françoise Debaisieux, ancienne préfète chargée de la Lozère, a été condamnée pour avoir volé près de 15 000 dollars de tableaux et de meubles de sa résidence officielle. Plus récemment, un ancien sous-préfet de la Haute-Loire, Hugues Malecki, a été emprisonné pendant deux ans et condamné à une amende de 180 000 dollars environ après avoir découvert qu'il avait échangé un tableau de NAthalie Gontcharoff avec une copie brute.

Suivez artnet News sur Facebook:


Vous voulez rester en avance sur le monde de l'art? Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les dernières nouvelles, des interviews qui ouvrent les yeux et des critiques décisives qui font avancer la conversation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *