Dernières nouvelles: la France affirme l'arrestation d'un double franco-iranien

L'Espagne demande à la France d'extrader un chef séparatiste basque

BRUXELLES (AP) – Les dernières nouvelles sur les tensions dans le golfe Persique dans le contexte d'une crise entre les États-Unis et l'Iran (toutes heures locales):

15h15

Le ministère français des Affaires étrangères a annoncé l’arrestation en Iran d’un chercheur possédant la double nationalité franco-iranienne.

Un communiqué du ministère publié lundi indique que la France cherche des informations sur Fariba Adelkhah et un accès consulaire à elle "sans délai".

Il a déclaré qu'il n'y avait eu "aucune réponse satisfaisante à ses demandes à ce jour".

Selon le communiqué, le ministère a récemment été informé de la disparition d’Adelkhah et souhaite des informations sur la "situation et les conditions" de son arrestation.

La nouvelle de son arrestation survient à un moment difficile, alors que la tension monte entre l’Iran et les États-Unis et d’autres pays occidentaux.

Sciences Po, l'école d'élite où travaille Abdelkhah, a confirmé son arrestation, mais a refusé de commenter.

Les sites de l'opposition iranienne à l'étranger disent qu'Abdelkhah a disparu en juin.

Le porte-parole du gouvernement iranien, Ali Rabiei, cité par l'agence de presse iranienne IRNA, a reconnu dimanche qu'un ressortissant double avait été arrêté, sans plus de précision.

Adelkhah est surtout connue pour son livre «Being Modern in Iran» sur les changements survenus en Iran après la révolution islamique de 1979.

___

13h10

La Chine a appelé toutes les parties à rester attachées à l'accord de 2015 sur le nucléaire conclu entre l'Iran et les puissances mondiales, affirmant que les États-Unis devraient respecter les intérêts des autres et abandonner son approche de pression maximale.

Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Geng Shuang, a déclaré lundi que "toutes les parties doivent garder leur calme, faire preuve de retenue et rester résolues à résoudre les problèmes par la voie d'un dialogue dans le cadre d'un accord global".

Il a décrit la pression américaine comme étant la cause fondamentale des récents développements et a déclaré que "c'est mieux pour celui qui a pris la peine de la résoudre".

L'Iran a récemment commencé à dépasser les limites d'enrichissement d'uranium fixées dans l'accord de 2015.

M. Geng a déclaré que la Chine espérait que "les États-Unis abandonneraient leurs mauvaises pratiques, respecteraient les droits et intérêts légitimes des autres parties et ne feraient pas obstacle à la mise en œuvre de l'accord".

___

10h40

Le secrétaire britannique aux Affaires étrangères, Jeremy Hunt, a déclaré que même si la fenêtre pour trouver une solution diplomatique à l'impasse concernant l'accord sur le nucléaire iranien se fermait rapidement, il laissait néanmoins espérer que cet accord pourrait être sauvé.

Avant de se réunir lundi à Bruxelles aux ministres des Affaires étrangères de l'UE, M. Hunt a déclaré que l'Iran serait encore "dans une bonne année" avant de développer une arme nucléaire, ce qui lui donnerait plus de temps pour préserver l'accord nucléaire.

Selon Hunt, l’accord "n’est pas encore mort et nous sommes totalement déterminés" à maintenir la région dénucléarisée.

___

10h30

Un haut responsable allemand insiste sur le fait que l'Iran doit respecter les termes de l'accord sur le nucléaire pour concrétiser ses espoirs de meilleures relations économiques avec le monde extérieur.

L’Iran, qui souffre des sanctions imposées par les États-Unis, a été réimposé après le retrait de Washington de l’accord de l’année dernière. Il a récemment commencé à dépasser les limites de l’enrichissement d’uranium fixées par l’accord de 2015.

Il dit que ces mouvements peuvent être inversés si on leur donne suffisamment d'incitations économiques. Les puissances européennes toujours sur le marché mettent en place un système de troc appelé INSTEX pour commercer avec Téhéran.

Michael Roth, vice-ministre allemand des Affaires étrangères, a déclaré lundi, lors de son arrivée à Bruxelles, à une réunion: "Nous voulons respecter notre part de l'accord."

Il a ajouté qu'INSTEX "rend possible la coopération économique, mais il est nécessaire que l'Iran tienne ses engagements." Cela doit rester fidèle à l'accord, sinon tout cela n'a aucun sens. "

___

9h20

Les pays de l'Union européenne cherchent à réduire la tension dans la région du golfe Persique et appellent l'Iran à s'en tenir à l'accord sur le nucléaire de 2015 en dépit du retrait des États-Unis et de la réimposition des sanctions.

Le ministre néerlandais des Affaires étrangères, Stef Blok, a déclaré lundi qu'il "n'était pas encore trop tard, mais que l'Iran doit vraiment respecter ses obligations".

Lors de sa réunion mensuelle régulière, le ministre des Affaires étrangères de l'UE cherchera également à renforcer son soutien à son système de troc pour commercer avec Téhéran et contourner les sanctions éventuelles imposées par les États-Unis. Dix nations sont déjà présentes.

L’Iran a déclaré qu’il avait besoin de resserrer ses liens économiques avec l’Europe depuis que les États-Unis ont ré-imposé de sévères sanctions sur les exportations de pétrole de Téhéran, aggravant ainsi la crise économique qui a plongé sa monnaie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *