Cinq points de discussion de la 15e étape du Tour de France 2019

Cinq points de discussion de la 15e étape du Tour de France 2019

Alaphilippe montre enfin sa faiblesse

Julian Alaphilippe sur la 15ème étape du Tour de France 2019 (Sunada)

Après deux semaines passées pratiquement invisibles sur tous les types de terrains et de disciplines, le maillot jaune de Julian Alaphilippe (Deceuninck-Quick-Step) a enfin montré des faiblesses.

>>> Simon Yates remporte l'étape du Tour de France 15 alors que Pinot reprend du terrain

Le moment est venu à mi-parcours de la montée finale du Prat d'Albi, lorsque, suite à une accélération de Thibaut Pinot (Groupama-FDJ), Alaphilippe était incapable de suivre et devait définir son propre tempo en tant que Pinot, Egan Bernal (Ineos). et Emanuel Buchmann (Bora-Hansgrohe) s’échappa devant lui.

Les choses se sont encore aggravées lorsqu'il a été rattrapé par un autre groupe de rivaux du GC, composé de Geraint Thomas (Ineos) et de Steven Kruijswijk (Jumbo-Visma). À l'arrivée, Alaphilippe montrait des signes d'épuisement pour la première fois de la course – il était à peine capable de subvenir à ses besoins après l'arrivée et a été filmé penché au-dessus d'une barrière, la tête entre les mains.

L’étape n’était guère fatale, le Français conservant toujours une avance de 1-35 devant Thomas, deuxième, sur GC, mais cela pourrait certainement être le début de la fin pour son rêve de maillot jaune. Il apparut enfin comme si ses efforts en début de course commençaient à le rattraper, et avec trois importantes étapes alpines à venir, il

De plus, ses Deceuinck-Quick-Step étaient extrêmement faibles, même Enric Mas, un homme important dans les montagnes, avait chuté de bonne heure, laissant Alaphilippe isolé dès l’ultime montée du jour, le Mur de Peguere.

Encore une fois, c’était peut-être une mauvaise journée pour Alaphilippe et nous le verrons rebondir après la journée de repos de demain. Au plus imprévisible des Tours de France, qui sait?

Simon Yates double

Simon Yates sur la 15ème étape du Tour de France 2019 (ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP / Getty Images)

Son frère jumeau traverse peut-être une période difficile, mais Simon Yates réalise un merveilleux Tour de France, remportant aujourd'hui une deuxième victoire d'étape dans les Pyrénées.

Relâché des négociations avec Adam Yates, Simon a tiré le meilleur parti de sa liberté en abordant la pause du jour.

>>> Regarder: Peter Sagan signe un autographe pour un fan du Tour de France lors de l'ascension du Tourmalet

Ayant pris un certain âge à se former, cette pause a finalement été marquée par des alpinistes très forts, dont Romain Bardet (Ag2r La Mondiale), Dan Martin (UAE Team Emirates) et Nairo Quintana (Movistar), tous désespérés de rebondir après avoir perdu du temps. hier.

Yates a toutefois triomphé grâce à une accélération meurtrière à 1 km du sommet de la falaise Mur de Péguère, suivie d’une descente vertigineuse et de la montée du Prat d’Albi.

Son principal défi provenait en fin de compte des attaques du peloton courtoisement organisées par Mikel Landa (Movistar) et Thibaut Pinot (Groupama-FDJ), mais Yates avait les jambes pour les retenir et s'accrocher pour gagner par 33 secondes.

À ce rythme, vous ne voudriez pas le dépasser pour décrocher une nouvelle victoire dans les Alpes.

Thibaut Pinot prouve qu'il est le meilleur alpiniste du Tour

Thibaut Pinot mène la 15ème étape du Tour de France 2019 (MARCO BERTORELLO / AFP / Getty Images)

Thibaut Pinot (Groupama-FDJ) a réalisé sa meilleure performance à ce jour pour démontrer qu’il était le meilleur alpiniste du Tour de France de cette année, passant ainsi à la quatrième place du classement général et aux prises avec le maillot jaune.

Le Français avait déjà montré une forme d’escalade sensationnelle pour terminer cinquième de la Planche des Belles Filles et premier du Tourmalet, mais alors que ces résultats ont été aidés par son rapide sprint en montée, il a surclassé tous ses rivaux avec une attaque à longue distance à 7 km de la sommet de Prat d'Albi.

>>> Julian Alaphilippe dit qu’il tire les leçons de ses erreurs alors que son avantage se réduit au Tour de France 2019

Un à un, tous les autres candidats du GC ont été abandonnés. Pinot a éliminé le dernier survivant Egan Bernal à 4 km du sommet. Il a ensuite rattrapé et travaillé avec le jeune échappé Mikel Landa pour faire valoir son avantage.

La question est maintenant: le Pinot peut-il gagner le Tour de France? Nous sommes habitués à le voir vaciller lors des enchères du Grand Tour GC avec une journée fatale, mais nous ne l’avons encore jamais vu sur une telle forme. Il convient de rappeler que, sans les 1-40 perdus dans les vents latéraux de la dixième étape, il ne resterait qu’à 10 secondes d’Alaphilippe.

Même si le rêve français de voir Alaphilippe remporter le maillot jaune s'estompe au cours de la dernière semaine, il y a toutes les chances que ce soit un autre Français qui l'usurpe.

Un GC extrêmement serré

Geraint Thomas aux côtés de Steven Kruijswijk sur la 15ème étape du Tour de France 2019 (MARCO BERTORELLO / AFP / Getty Images)

Avec Alaphippe, Thomas et Kruijswijk en difficulté, et Pinot, Bernal et Buchmann en gagnant du temps, la situation semble extrêmement tendue au sommet du classement général.

L’ordre pourrait rester plus ou moins le même, le seul changement parmi les six premiers étant Pinot, devançant Bernal et Buchmann au quatrième rang, mais tout a été comprimé – l’avance d’Alalphilippe sur Thomas a été réduite à 1-35, et un simple 39 secondes séparent Thomas en deuxième position et Buchmann en sixième position.

Ceci est sans précédent dans les récents Tours, où Team Ineos (anciennement Team Sky) avait tendance à se vanter d'avoir une grande avance à la fin de la deuxième semaine, avec très peu de coureurs (voire aucun) encore en lice.

Étant donné le manque d'expérience parmi les six coureurs en lice (qui ne comptent qu'un seul vainqueur du Grand Tour et un podium du Grand Tour entre eux), et à quel point leur forme semble fluctuer, tout est prévu pour et imprévisible dernière semaine.

Movistar rebondit, mais la confusion tactique demeure

Mikel Landa à l'étape 15 du Tour de France 2019 (Sunada)

Soucieux de réparer le désordre de l’étape d’hier, Movistar est passé à l’offensive aujourd’hui, mettant tout en œuvre pour remporter l’étape.

Le premier Nairo Quintana a réussi à se frayer un chemin jusqu’à la pause de la journée. Ensuite, Mikel Landa a lancé une attaque ambitieuse hors du peloton sur le Mur de Peguere, avec plus de 40 km à parcourir.

Ces deux manœuvres étaient des stratagèmes prometteurs mais, pris ensemble, elles n’avaient pas beaucoup de sens. L’accélération de Landa était impressionnante, mais n’a réussi qu’à rattraper le groupe de Quintana. La Colombienne a tout de suite été abandonnée après que Landa a établi un nouveau tempo plus rapide.

Tout aurait été pardonné si Landa avait réussi à s'imposer et à gagner la scène, mais il n'a pas réussi à rattraper Yates – qui avait déjà profité de la mise au pas par Andrey Amador et Marc Soler de Movistar – et a dû se contenter de la troisième place du classement. étape.

Le manque de communication entre Landa et Quintana (qui devraient quitter l’équipe à la fin de la saison) lorsqu’ils se sont rejoints était particulièrement inquiétant et laissait présager des conflits internes au sein de Movistar.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *