Vincent Lambert: La bataille pour le soutien à la vie se termine sur tétraplégique

Vincent Lambert: La bataille pour le soutien à la vie se termine sur tétraplégique

Copyright de l'image
Getty Images

Légende

Viviane Lambert s'est battue pour que la vie de son fils se poursuive

Un homme dont l’affaire est au centre du débat sur le droit de mourir en France depuis plus de 10 ans va faire arrêter son traitement cette semaine.

Vincent Lambert, 42 ans, est en état végétatif depuis un accident de moto en 2008.

Sa famille a été divisée sur ses soins – sa femme veut que ses tubes d’alimentation soient retirés et ses parents insistent pour que sa vie continue.

L'affaire est allée jusqu'à la Cour européenne des droits de l'homme.

La plus haute juridiction européenne a confirmé la décision d'un tribunal français lui permettant d'être retiré du système de survie. Cependant, les médecins n'ont alors pas exécuté le plan, alors que le père de Vincent Lambert avait soulevé des problèmes de sécurité, craignant un plan pour l'enlever.

Maintenant, une nouvelle équipe médicale a décidé de retirer ses soins, de nouveaux recours ayant été rejetés.

Copyright de l'image
Document à distribuer via AFP

Légende

Vincent Lambert, vu ici en 2015, a subi une lésion cérébrale irréversible mais n'est pas sous respirateur

Cette affaire très médiatisée s'est révélée extrêmement source de discorde en France, où l'euthanasie est illégale mais les médecins sont autorisés à mettre les patients en phase terminale dans une sédation profonde.

Environ 150 sympathisants des parents se sont réunis à l'hôpital de Reims, dans l'est du pays, où M. Lambert est soigné, après avoir répondu à l'appel de sa mère sur le site Web "Je soutiens Vincent".

"Monsieur le Président, Vincent Lambert mourra sans hydratation dans la semaine du 20 mai si vous ne faites rien et que vous êtes le dernier et le seul à pouvoir intervenir", lit-on dans une lettre signée par des avocats pour les membres de la famille opposés à l'arrêt du traitement, Le Figaro rapporté.

"En France, en 2019, personne ne devrait mourir de faim et de soif", a-t-elle écrit.

Les avocats des parents ont également annoncé que le couple déposera trois nouveaux appels lundi.

Pourquoi l'affaire est-elle allée au tribunal?

M. Lambert est un ancien infirmier psychiatrique qui est dans un état de paralysie tétraplégique avec un minimum de conscience depuis son accident.

Il a été maintenu en vie après avoir utilisé de la nourriture et de l'eau par voie intraveineuse dans un hôpital de Reims, dans le nord-est de la France. Il peut respirer sans aide artificielle et ouvre occasionnellement les yeux.

Après plusieurs années de tentatives d'amélioration de son état, l'équipe médicale de M. Lambert a recommandé en 2013 de mettre fin aux soins de santé, en consultation avec son épouse Rachel.

Copyright de l'image
Getty Images

Légende

Rachel Lambert insiste sur le fait que son mari "n'aurait jamais voulu être maintenu dans cet état"

Comme le reste de sa famille n'a pas été consulté, la décision a été contestée et la longue bataille juridique autour de ses soins a commencé.

Son épouse, six de ses frères et sœurs et son neveu sont en faveur d'une fin de vie artificielle, mais ses parents catholiques, Pierre et Viviane, et deux autres frères et sœurs catholiques, sont restés catégoriques et soutiennent qu'il devrait continuer.

Au plus fort de la dispute, en 2015, les parents de M. Lambert ont publié une vidéo de lui qui, selon eux, le faisait réagir aux membres de la famille via un site Web catholique conservateur sur YouTube.

Les médecins impliqués dans ses soins se sont plaints de ce que la vidéo était trompeuse au sujet de son état et manipulatrice pour le grand public.

Que va-t-il se passer cette semaine?

La bataille juridique s'est poursuivie devant les tribunaux depuis que la cessation n'a pas été effectuée en 2015.

Après que toutes les autres voies aient été épuisées, ses parents ont de nouveau rejeté un appel de la CEDH plus tôt cette année.

Son médecin, Vincent Sanchez, a maintenant confirmé que le retrait était imminent.

Le 10 mai, il a informé la famille Lambert que son équipe de soins avait l'intention d'arrêter de nourrir, d'hydrater et de séder M. Lambert au cours de la semaine commençant le lundi 20 mai.

Copyright de l'image
Getty Images

Légende

L'affaire est devenue centrale dans le débat sur le "droit de mourir" en France

Le Comité des droits des personnes handicapées (CDPH) des Nations Unies a appelé la France à intervenir et à différer le déménagement dans l'attente de son enquête.

Cependant, le ministère français de la Santé a déclaré qu'il n'était pas lié par le comité.

"Tous les recours judiciaires ont été épuisés et toutes les instances judiciaires, nationales et européennes, confirment que l'équipe médicale en charge de son cas a le droit de suspendre les soins", a déclaré Agnès Buzyn.

Les parents de Vincent Lambert ont appelé le défenseur des droits de la France à intervenir, mais le commissaire a déclaré que ce n'était pas une question qu'il pourrait résoudre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *