Valley News – Vous dites French Open; Je dis Roland Garros: Le tournoi porte des noms différents de chaque côté de l'Atlantique

Valley News - Vous dites French Open; Je dis Roland Garros: Le tournoi porte des noms différents de chaque côté de l'Atlantique

PARIS – Serena Williams et Roger Federer aimeraient bien sûr remporter l’Open de France à nouveau. Ils seraient également ravis de remporter Roland Garros. Et ils ne le savent peut-être pas, mais ils font de leur mieux pour triompher dans ce qui était officiellement les Championnats Internationaux de France.

Qu'est-ce qu'il y a dans un nom? Les choses se compliquent lorsqu'il s'agit de décider comment appeler le tournoi du Grand Chelem sur terre battue qui se dispute actuellement à la lisière sud-ouest de Paris.

Les anglophones ont tendance à dire «French Open», bien que cela ne soit pas utilisé par l'événement lui-même. La majeure partie du monde fait référence à «Roland Garros», le centre de tournoi baptisé du nom d'un pilote de chasse de la Première Guerre mondiale.

Williams, un Américain ayant un appartement à Paris, et Federer, qui est suisse, parlent couramment l’anglais et le français. Ils disent donc les deux versions. Mais ce qui est à peine prononcé, que ce soit par Williams, Federer ou qui que ce soit d'autre, est le nom original de l'événement, qui se traduit par «Championnats internationaux de France».

Cette phrase française est gravée sur les trophées d’argent qui seront remis aux champions du célibataire les 8 et 9 juin. Un tableau vert montrant le support avec les résultats de chaque jour à la craie blanche dit «Internationaux de France 2019.»

D'après des entretiens avec plusieurs joueurs et entraîneurs, personne ne semble connaître ce nom.

"Yo", a déclaré Denis Shapovalov, un Canadien classé dans le top 25, "je n'ai même jamais entendu parler de ça."

C’est peut-être pour cette raison que la Fédération française de tennis, qui organise le tournoi, veut que le monde utilise «Roland Garros» – ou plus précisément «Roland-Garros», en raison du style de ce pays de césures qui portent le nom de personnes. Il a demandé aux médias, y compris l'Associated Press, d'utiliser «Roland-Garros» plutôt que «French Open».

C’est «Roland Garros» qui est gravé sur les balles de tennis et les murs du terrain. Il est décoré de chapeaux, de chemises et d’autres articles vendus dans les boutiques de marchandises.

L’expression «Open de France» vient du moment où les tournois de tennis du Grand Chelem sont devenus «ouverts» aux professionnels en 1968 – comme dans «États-Unis». Open »ou« Australian Open »- mais on ne le trouve pas sur place à Paris. Curieusement, la version anglaise de la boutique en ligne du tournoi propose ce qu’elle appelle un «flacon d’argile French Open» au prix de 22 ou 20 euros (la version française l’appelle «terre battue Roland-Garros»).

"Les organisateurs veulent clairement que tout le monde se réfère au tournoi comme" Roland-Garros ", a déclaré le porte-parole de la fédération, Nicolas Beaudelin," car c'est à cet endroit que se joue le tournoi. "

Pensez-y comme si vous appeliez le tournoi de golf Masters «Augusta National».

La plupart des événements sportifs portent un seul nom. Le Super Bowl est le Super Bowl. La série mondiale est, bien, la série mondiale. Les finales de la NBA ne sont que cela. Même chose pour le Final Four. Il y a des exceptions, certes, mais pas beaucoup. Les gens qui dirigent Wimbledon («The Championships») et le British Open de golf («The Open Championship») ont du mal à faire en sorte que le monde entier adopte leur surnom préféré.

Le tennis est un sport international: 42 pays étaient représentés au tirage au sort masculin 2019 à Paris, 35 au classement féminin. L’anglais est généralement la lingua franca en tournée, mais le seul tournoi du Grand Chelem où la langue n’est pas la langue principale est fier de cette distinction.

Les arbitres de chaise annoncent les scores en français, par exemple. “Deuce” chez les autres majors devient “Egalité” à Paris. La partition «Quarante-trente» devient «Quarante-Trente». Et ainsi de suite.

Après tout, c’est un pays où l’intrusion de l’anglais dans la vie quotidienne en dérange certains et, au fil des années, le gouvernement a décidé d’interdire les mots étrangers dans les documents officiels, les publicités et ailleurs.

Les joueurs savent qu'il n'y a pas de moyen plus facile de se faire aimer des spectateurs que de saupoudrer les réponses de l'entrevue après le match d'un mot français occasionnel. En effet, il est devenu de rigueur pour les champions – de Jim Courier à Rafael Nadal, de Novak Djokovic à Federer et Williams – de prononcer des discours de victoire dans ce que les hôtes aiment appeler «la langue de Molière», en référence à l'écrivain du 17ème siècle.

Tommy Paul, un Américain qui a remporté le titre junior 2015, ne semble pourtant pas avoir dérogé à la règle: "Quand on regarde la télévision à la télévision américaine, on parle toujours de" French Open ".

Après la médaille d'or des Jeux olympiques de 2016, Monica Puig, qui représente Porto Rico, a atteint le deuxième tour cette semaine, elle a fait référence à «Roland Garros» lors d'une session avec des reporters hispanophones, puis est passée à «French Open» tout en étant interviewée en anglais.

Madison Keys, un Américain qui était demi-finaliste à Paris l’année dernière, estime que tout est discutable. Pour elle, ce tournoi, quel que soit son nom, aurait une odeur aussi douce.

"Nous savons tous de quoi nous parlons", a déclaré Keys. "Donc, tant que tout le monde sait où nous allons, ce que nous faisons et la surface sur laquelle nous sommes, je ne pense pas que cela compte vraiment."

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *