Une princesse saoudienne jugée en France pour avoir battu un garde du corps | France Nouvelles

La princesse saoudienne Hassa bint Salman va être jugée mardi par contumace pour complicité de violence à main armée et complicité d'enlèvement d'un artisan égyptien qui effectuait des réparations chez son père dans l'avenue Foch à Paris en septembre 2016 .

Selon l'acte d'accusation, vu par l'agence de presse Reuters, l'ouvrier Ashraf Eid a déclaré à la police que le garde du corps lui avait attaché les mains, lui avait donné des coups de poing et de pied et l'avait contraint à embrasser les pieds de la princesse après l'avoir accusée de l'avoir filmée sur son téléphone portable.

Le garde du corps a fait l'objet d'une enquête officielle sur des soupçons de violence armée, de vol et de détention d'une personne contre son gré et s'est vu refuser la mise en liberté sous caution le 1er octobre 2016.

Eid a déclaré à la police que, alors qu'il était battu, la princesse Hassa l'a traité comme un chien et lui a dit: "Vous verrez comment vous parlez à une princesse; comment vous parlez à la famille royale."

La princesse, 43 ans, la soeur du prince héritier Mohammed bin Salman (MBS), nie tout acte répréhensible.

Son avocat français, Emmanuel Moyne, a déclaré que l'enquête était basée sur des mensonges et qu'il n'avait jamais tenu de telles remarques.

"La princesse est une femme bienveillante, humble, accessible et cultivée", a déclaré Moyne. "La loi saoudienne, et assurant la sécurité de la princesse, interdit de prendre une image de la princesse."

Le bureau des communications du gouvernement saoudien n'a pas immédiatement répondu à une demande de commentaire.

Un mandat d'arrêt international contre la princesse a été lancé en novembre 2017.

La France a entretenu des relations étroites avec l'Arabie saoudite, mais les relations ont été mises à l'épreuve par la détermination du président Emmanuel Macron à sauver l'accord nucléaire de l'Iran, auquel l'Arabie saoudite, aux côtés des États-Unis, s'oppose catégoriquement.

L'avocat de la princesse a déclaré que l'existence du mandat d'arrêt avait exclu sa présence à l'audience de mardi, ajoutant que leurs efforts pour permettre aux enquêteurs de l'interroger par vidéoconférence avaient été repoussés.

"Et pourtant, c'est le droit le plus fondamental de la défense", a déclaré Moyne.

Un avocat du garde du corps a déclaré que son client avait nié les accusations portées contre lui et que la princesse ne lui avait jamais ordonné d'être violent envers une autre personne.

La royauté saoudienne a déjà fait face à des problèmes juridiques en France.

En 2013, un tribunal français a ordonné que les avoirs français de la princesse saoudienne Maha al-Sudairi, épouse de l'ancien ministre de l'Intérieur, le prince Nayef bin Abdul Aziz, soient saisis sur des factures impayées dans un hôtel de luxe totalisant près de 6,7 millions de dollars.

LA SOURCE:
Agence de presse Reuters

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *