Une nouvelle loi suscite des discussions sur l'orientation future du financement de la recherche française | Nouvelles

Une nouvelle loi suscite des discussions sur l'orientation future du financement de la recherche française | Nouvelles

"La qualité de la recherche française est menacée", a déclaré le Comité national de la recherche scientifique (CoNRS) lors d'une réunion d'urgence tenue le 4 juillet. En février, le Premier ministre français Édouard Philippe a annoncé qu'une loi de recherche pluriannuelle était en préparation et devait entrer en vigueur le 1er janvier 2021. On ignore encore ce que cette loi entraînera. En conséquence, le CoNRS et les unions scientifiques ont fait part de leur nervosité face à la loi à venir et ont présenté leurs propres suggestions quant à ce qui devrait être inclus. Dans quelle mesure les ministres français écouteront-ils lors de la rédaction de leur proposition? Cela reste à voir.

"Nous espérons que nos propositions seront entendues et prises en compte dans la loi", a déclaré l'un des présidents de la session spéciale du CoNRS, Olivier Coutard. «Je ne peux absolument pas estimer une probabilité de [the government] l’écoute, sans parler de la mise en œuvre. "

Le CoNRS est chargé de l’évaluation des chercheurs du CNRS, dont 1534 sont affiliés à l’Institut de chimie de l’organisation. Il existe également 1100 ingénieurs chimistes au CNRS qui font partie du personnel technique.

Pour les chimistes français réunis à la réunion, le financement a été trop axé sur les subventions de recherche individuelles et il est maintenant nécessaire d'investir dans les laboratoires et la recherche fondamentale, en plus de fournir des engagements de financement pluriannuels. «La chimie entretient des relations étroites avec les industries et donc les applications, mais il est important de reconnaître l’importance de la recherche fondamentale, en particulier pour les fonds publics», a déclaré Philippe Hapiot de l’Institut des sciences chimiques de Rennes et directeur de la recherche au CNRS. La nouvelle loi ne devrait pas se concentrer sur de nouvelles applications ou créer de nouveaux composés, a-t-il déclaré. Monde de la chimie lors de la réunion.

«La recherche fondamentale n’est pas assez soutenue», a souligné Véronique Schmitt, chercheuse au CNRS et physico-chimiste au Centre de recherche Paul Pascal. La majeure partie du budget du CNRS provient de fonds publics et le CoNRS a suggéré de tripler le financement de base des activités de recherche à 1,5 milliard d'euros (1,3 milliard de livres sterling) par an et d'augmenter le financement global de 6 milliards d'euros. "La session extraordinaire a souhaité que la recherche française soit financée au même niveau que les financements existants dans des pays équivalents: plus de 1% du PIB pour la recherche publique, plus de 3% du PIB consacré à la recherche [overall]», Explique Boris Gralak, secrétaire général adjoint de l’Union nationale des chercheurs scientifiques, principal syndicat français des chercheurs.

"Les efforts de recherche et développement stagnent à 2,2% du PIB en France depuis 2000", a déclaré Gralak. En comparaison, «cet effort a atteint 2,74% aux États-Unis, 2,94% en Allemagne, 3,14% au Japon et plus de 4% en Corée». Gralak a expliqué que le CNRS avait également perdu plus de 1500 postes en place depuis 2005. "Cette accélération des pertes d'emplois est très grave", a-t-il déclaré. "Non seulement parce que cela menace le CNRS, mais aussi plus généralement, cela prouve que les efforts de recherche continuent de diminuer en France, alors que la France accuse un retard important dans la recherche par rapport à ses principaux partenaires." Les syndicats et le CNRS demandent à ce que La nouvelle loi garantit le financement d'au moins 7500 nouveaux emplois dans la recherche. Avec cela, «on peut espérer de réels progrès au plus fort des problèmes sociaux, culturels, technologiques, environnementaux et scientifiques», a ajouté Gralak.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *