Une fusillade à la mosquée française blesse un célèbre imam de Brest | Nouvelles | DW

Une fusillade à la mosquée française blesse un célèbre imam de Brest | Nouvelles | DW

Plusieurs coups de feu ont été entendus jeudi après-midi devant la mosquée Sunna à Brest et deux personnes, dont l'imam Rachid Eljay, ont été blessées.

Le procureur Jean-Philippe Recappe a déclaré que le tireur avait ouvert le feu alors que des personnes quittaient la mosquée du quartier de Pontanezen.

Selon la police, les deux hommes blessés ont été emmenés à l'hôpital et auraient ensuite "tout va bien".

Après avoir tiré sur les deux hommes, le tireur a pris la fuite dans une voiture de Renault Clio, que la police avait retrouvée peu après dans la rue. Le corps de l'assaillant a été retrouvé blessé par balle à la tête, près du véhicule.

La fouille de la police a ensuite été annulée, les enquêteurs pensant que l'agresseur avait agi seul.

Selon le journal local Le télégramme, le suspect a revendiqué la responsabilité de l'attaque sur Facebook. L'imam ciblé a de nombreux adeptes sur le site.

Changement de nom d'un imam

Eljay était auparavant connu sous le nom de Rachid Abou Houdeyfa et a fait une série de déclarations controversées et de vidéos en ligne.

Il s'est fait connaître pour la première fois en 2015, alors que la France était confrontée à une série d'attaques terroristes. Les déclarations fortes de l'imam inspirées par les salafistes datent de 2012 et dans une vidéo, il était vu qui disait aux enfants qui aiment écouter de la musique qu'Allah les changerait en cochons ou en singes. Sa chaîne YouTube à l'époque comptait 68 000 abonnés.

En avril 2016, le président de l'époque, François Hollande, a déclaré à la télévision que la mosquée de Brest avait été fermée et que l'imam Rachid Abu Houdeyfa était poursuivi en justice. Cependant, cela s'est avéré par la suite inexact. Sur Facebook, l’imam a répondu aux accusations de Hollande en déclarant: "L’imam de Brest n’a jamais commis d’infraction pénale, il n’a jamais violé la loi, ni été inculpé à cause de ses discours – contrairement à beaucoup d’autres." Il aurait reçu des menaces de mort de la part du groupe "Etat islamique".

Alors que la mosquée et le domicile de l'imam avaient été perquisitionnés, aucune procédure judiciaire ne s'est ensuivie. L'imam a poursuivi ses activités et comptait jeudi plus d'un million de likes sur sa page Facebook.

jm / sms (Reuters, AFP)

Chaque soir, DW envoie une sélection des actualités et des reportages de la journée. Inscrivez-vous ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *