Une agence française découvre un risque potentiel pour la santé des mollusques contaminés

cooked mussels

Une agence française de sécurité alimentaire a mis en garde sur un risque possible pour la santé lié à la consommation de mollusques et crustacés contaminés par des pinnatoxines.

L'Agence française de sécurité et d'hygiène de l'alimentation, de l'environnement et du travail (ANSES) a examiné les pinnatoxines (PnTX), une famille de biotoxines marines détectées dans des moules de lagunes méditerranéennes.

L'agence a recommandé que les biotoxines émergentes soient incluses dans la surveillance des zones de production de coquillages et que des recherches soient effectuées pour estimer avec précision l'exposition des consommateurs de coquillages.

Des études expérimentales chez la souris ont montré des effets toxiques aigus qui peuvent être fatals si de fortes doses sont ingérées. Aucun cas d'intoxication à la pinnatoxine chez l'homme n'a été signalé à ce jour en France ou dans le monde.

L’Anses a identifié une valeur de référence provisoire pour la pinnatoxine G, l’une des huit toxines de la famille et la plus détectée dans les mollusques et crustacés en France.

Cette valeur de 0,13 µg PnTX G par kilogramme de poids corporel signifie qu'avec une portion par défaut de 400 grammes de mollusques et crustacés et un poids corporel de 70 kilogrammes, la concentration à ne pas dépasser pour les mollusques et crustacés serait de 23 µg PnTX G par kilogramme de viande totale. . En cas de consommation élevée et / ou de contamination élevée, la valeur de référence pourrait être dépassée.

Concentrations de pinnatoxines détectées
Les pinnatoxines sont produites par des microalgues marines appelées Vulcanodinium rugosum qui peuvent s'accumuler dans les crustacés. Ces biotoxines marines ont été identifiées en France en 2011 dans les moules de la lagune d'Ingril dans l'Hérault par l'Institut français de recherche pour l'exploitation de la mer (Ifremer). Depuis lors, des analyses ont montré des concentrations élevées de ceux-ci pendant plusieurs mois chaque année.

Les concentrations variaient considérablement d'une année à l'autre. En 2010, le maximum était de 1 244 μg de PnTX G par kilogramme de mollusques et crustacés (poids humide). En juillet 2015, une concentration de 1 143 μg de PnTX G par kilogramme de mollusques et crustacés a été signalée. Les concentrations de PnTX G mesurées dans les moules d'Ingril sont les plus élevées jamais enregistrées dans le monde. Des concentrations allant jusqu'à 95 µg par kilogramme de viande totale ont été signalées chez les palourdes.

Des pinnatoxines ont également été détectées dans d'autres régions de France et dans des moules d'autres lagons méditerranéens (Vic, Le Prévost, Thau, Leucate) et sur les côtes atlantiques et corses. Des données sur la contamination des coquillages ont également été rapportées au Canada, en Australie, en Nouvelle-Zélande et dans le nord et le sud de l'Europe.

Les PnTX ont un mode d'action rapide, la mort survient dans les 30 minutes suivant l'administration chez la souris. Les symptômes observés sont neurotoxiques, tels que la paralysie et la détresse respiratoire.

L'Anses a conclu à la possibilité d'un risque pour la santé associé à la consommation de mollusques contaminés par des pinnatoxines provenant des lagunes méditerranéennes, en particulier de la région d'Ingril. À l'heure actuelle, aucune production de mollusques et de crustacés n'est destinée à la vente dans la région, mais l'agence a alerté les autorités publiques sur la nécessité d'éviter toute consommation de mollusques et crustacés de cette région.

(Pour vous abonner gratuitement à Food Safety News, cliquez ici.)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *