Un tribunal libère un ancien chef de l'ETA après l'arrestation de la France

Un tribunal libère un ancien chef de l'ETA après l'arrestation de la France

Un tribunal parisien a ordonné mercredi la libération conditionnelle d'un ancien dirigeant séparatiste basque arrêté en France le mois dernier après 16 ans de fuite.

Jose Antonio Urrutikoetxea Bengoetxea, alias Josu Ternera, était l'une des figures les plus en vue du groupe séparatiste de l'ETA, qui a mené pendant des décennies une campagne d'indépendance violente qui a tué des centaines de personnes.

Ternera a été reconnu coupable par contumace en 2010, par contumace, pour association avec des terroristes, après que ses empreintes digitales aient été retrouvées dans un appartement utilisé par les agents de l'ETA à Lourdes, dans le sud de la France.

Il a été condamné à sept ans de prison et à une nouvelle peine de huit ans en 2017 après avoir été à nouveau condamné par contumace pour sa participation à une organisation terroriste.

Mais après avoir échappé à la police pendant des années, il a été arrêté le 16 mai dans un hôpital de Sallanches, dans les Alpes françaises, où il devait subir une opération ce jour-là. Aujourd'hui âgé de 68 ans, il serait gravement malade.

Il a depuis lors demandé à ce que ses affaires précédentes soient réexaminées, une première audience ayant été engagée contre le jugement de 2010, qui a été entendue mercredi par la Cour d'appel de Paris.

Ses avocats avaient également déposé une requête en évitement de la détention provisoire, que le tribunal avait approuvée sous contrôle judiciaire, l'obligeant ainsi à remettre son passeport et à se présenter chaque semaine à la police parisienne.

Une deuxième audience concernant la condamnation de 2017 aura lieu le 28 juin.

"C'est une très bonne nouvelle", a déclaré son fils Egoitz Urrutikoetxea à l'AFP au sortir de la salle d'audience. Les deux avocats de Ternera ont qualifié sa libération conditionnelle de "victoire pour la justice".

Vendredi, son fils a déclaré à l'AFP que sa famille n'avait toujours pas obtenu l'autorisation de se rendre en prison, malgré ses problèmes de santé.

– Extradition vers l'Espagne? –

Les autorités espagnoles étaient à la recherche de Ternera depuis 2002 après une attaque en 1987 contre une caserne de la police dans la ville de Saragosse, dans le nord du pays, faisant 11 morts, dont cinq enfants.

Ternera a dirigé l'ETA de 1977 à 1992 et était censé être à l'origine d'une stratégie combinant des attaques à la voiture piégée et des tirs dans les années 1980.

Au cours de plus de quatre décennies de violences à la recherche d'un État basque indépendant, le groupe est responsable de la mort de plus de 800 personnes.

En Espagne, l'association de victimes Covite a demandé l'extradition de Ternera.

"Nous réclamons cela depuis 17 ans!" a déclaré le président du groupe, Consuelo Ordonez.

"Si la France n'a rien (ce qui est sur lui), ce qui est très possible, ou est incapable de le poursuivre en justice, ils devraient résoudre la situation rapidement et le livrer à l'Espagne le plus rapidement possible."

Ternera a été arrêté en France en 1989 avec une grenade et de faux papiers. Il a été emprisonné pendant 10 ans. Il a été libéré en 1996 et renvoyé en Espagne, où il a été immédiatement emprisonné jusqu'en 2000.

Mais en 2002, il a disparu lors d'une enquête sur son rôle présumé dans l'attaque de 1987.

Affaiblie par l'arrestation de ses dirigeants, l'ETA a annoncé un cessez-le-feu permanent en 2011 et a commencé à remettre officiellement les armes en 2017.

Une affiche demandant la libération de Josu Ternera, l'un des dirigeants les plus influents de l'ancien groupe séparatiste basque ETA, dans le village espagnol de Miraballes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *