Un organisme de réglementation boursier français met en garde contre une entreprise liée à la crypto

element.alt_text ? element.alt_text : element.banner_id

L'Autorité des marchés financiers (AMF) a mis en garde le public contre une entreprise proposant des cours de formation et des logiciels pour la négociation de la crypto-monnaie et l'investissement sur les marchés des changes, selon une annonce publiée le 9 avril.

L'Autorité des marchés financiers (l'Autorité des marchés financiers en France) a émis un avertissement concernant le fonctionnement de Kuvera LLC (1) / Kuvera France, qui aurait pour objectif de promouvoir le négoce de «produits hautement spéculatifs» et de cibler les jeunes. Plus précisément, la société propose des cours de formation et des solutions logicielles qui aideraient manifestement les clients à investir sur les marchés du forex et de la crypto.

De plus, Kuvera offre aux abonnés une rémunération qui augmente automatiquement avec le nombre d’abonnés recrutés. L’AMF constate que la société n’est pas autorisée à opérer en France.

L'Autorité a déjà prévenu le public de projets suspects dans l'espace des crypto-devises. En décembre dernier, l’agence a mis en liste noire quatre sites Web liés à la cryptographie pour des offres d’investissement non autorisées. Dans cette annonce, l'Autorité a mis en garde les investisseurs contre le nombre croissant de projets d'investissement non enregistrés, affirmant que "de nouveaux acteurs non autorisés apparaissent régulièrement".

En septembre de l’année dernière, l’Autorité a annoncé qu’elle inscrivait 21 nouveaux sites Web d’investissement, y compris plusieurs sites liés à la cryptographie, sur liste noire. L'Autorité a qualifié les ajouts de «sites Web non autorisés» offrant des «investissements atypiques» et a dirigé les utilisateurs vers sa liste noire existante, ce qui, selon elle, n'est «pas exhaustif».

Le mois dernier, le président de la Commission des finances de l’Assemblée nationale française, Eric Woerth, a proposé d’interdire les crypto-monnaies anonymes, dites «pièces de la vie privée». En outre, Woerth a abordé les problèmes possibles liés aux crypto-monnaies, notamment la fraude, l'évasion fiscale, le blanchiment d'argent et la consommation d'énergie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *