Un ministre français ne regrette pas le traitement des manifestations contre le "gilet jaune" malgré des blessures

Un ministre français ne regrette pas le traitement des manifestations contre le "gilet jaune" malgré des blessures

Un ministre français a déclaré dimanche qu'il ne regrettait rien du traitement de la manifestation du "gilet jaune", même si des grenades assourdissantes et des balles en caoutchouc coûtent une main ou un œil à certains manifestants.

Les propos du ministre de l'Intérieur, Laurent Nunez, ont été commentés alors qu'un groupe de personnes déclarait avoir été mutilé lors de la manifestation anti-gouvernementale à Paris.

"Nous n'avons aucun regret sur la manière dont nous avons géré l'ordre public et la sécurité publique", a déclaré Nunez au radiodiffuseur RTL / LCI.

"Quand il y a une attaque contre la police et qu'il y a une réaction proportionnée, oui, il peut y avoir des blessés", a déclaré Nunez.

"Ce n'est pas parce qu'une main a été arrachée, parce qu'un œil a été aveuglé, que la violence est illégale. Je ne m'excuse pas, je laisse le soin à la justice de mon pays", a-t-il ajouté.

Les autorités françaises ont été vivement critiquées pour leur gestion des manifestations.

Six mois après le début d'une révolte spontanée contre le président Emmanuel Macron dans la France rurale et une petite ville française, les manifestations souvent violentes de personnes portant des gilets jaunes fluorescents se poursuivent toujours samedi.

Nunez a décrit les manifestations contre la veste jaune comme une "crise sans précédent", à laquelle la France n'avait pas été confrontée depuis 50 ou 60 ans.

Malgré cela, at-il ajouté, "dans l’ensemble, les choses se sont bien passées pour ce qui est de l’ordre public".

Entre 300 et 400 personnes ont pris part dimanche à Paris à une "marche des mutilés", dénonçant l'utilisation par la police de grenades paralysantes et de balles en caoutchouc.

Un certain nombre de manifestants – et des passants – ont perdu l'usage d'un œil quand ils ont été touchés par des balles en caoutchouc, et certaines personnes qui ont tenté de saisir les grenades assourdissantes ont perdu une main lors de l'explosion.

Dans l'ensemble, depuis le début des manifestations, le 17 novembre, 2 448 manifestants et 1 797 policiers et gendarmes ont été blessés lors des manifestations, selon les chiffres du ministère de l'Intérieur publiés le 13 mai.

– 'Toute confiance dans la police' –

Jeudi, le procureur de Paris, Remy Heitz, a déclaré au journal Le Parisien que toute police impliquée dans des actes de violence injustifiés contre des manifestants portant un gilet jaune serait traduite devant le tribunal d'ici la fin de l'année.

Heitz a déclaré que plus de 170 cas de violences policières avaient été examinés, dont 57 ont été réglés et attendent une décision quant à l'opportunité d'engager des poursuites.

Vendredi, la porte-parole du gouvernement, Sibeth Ndiaye, a déclaré à la chaîne de télévision française LCI que les policiers qui utilisaient une violence injustifiée devaient être punis.

Nunez a déclaré dimanche que très peu de policiers étaient sous enquête et que le procureur avait encore moins d'enquêtes de ce genre à comparaître devant un tribunal.

"Une poursuite ne signifie pas qu'il y aura une condamnation" et s'il y avait une condamnation, il y aurait un appel, a-t-il ajouté.

"J'ai toute confiance en la police et les gendarmes de ce pays (…). Nous savons qu'ils ont utilisé la force de manière proportionnée dans la plupart des cas. contre nos institutions ".

La position du ministère de l'Intérieur a toujours été que, si des erreurs avaient été commises dans le recours à la force, des sanctions seraient appliquées, a-t-il ajouté, mais dans "un nombre de cas infime".

En mars, la responsable des droits de l’ONU, Michelle Bachelet, a appelé à une "enquête approfondie" sur le possible recours excessif à la force par la police française lors des manifestations contre le gilet jaune.

Entre 300 et 400 personnes ont pris part à ce qu'ils ont appelé une "marche des mutilés" à Paris dimanche

Armes policières françaises controversées

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *