Un ministre français démissionne après le scandale d'un dîner au homard

Un ministre français démissionne après le scandale d'un dîner au homard

PARIS: Un haut ministre français et proche allié du président Emmanuel Macron a démissionné mardi 16 juillet après que des informations le accusaient de repas extravagants au homard financés par l'État et d'abus de logements sociaux, au détriment du gouvernement centriste.

François de Rugy, nommé ministre de l'Environnement en septembre 2018, a annoncé son départ après une semaine de révélations sur le site de gauche Mediapart.

"Les attaques et les lynchages médiatiques dirigés contre ma famille m'obligent à prendre le recul nécessaire", a déclaré de Rugy, qui était le numéro deux du gouvernement après le Premier ministre Edouard Philippe.

La ministre des Transports, Elisabeth Borne, a été nommée nouvelle ministre française de l'Environnement mardi dans la nuit, a annoncé l'Elysée, mais elle n'occupera pas le poste de ministre d'État.

De Rugy a subi des pressions publiques après que Mediapart eut publié des photos de lui et de son épouse journaliste en train de savourer de somptueux dîners au champagne et au homard et un repas pour la Saint-Valentin alors qu'il était président du Parlement en 2017 et en 2018.

Le site Web a prétendu que les événements – aux dépens des contribuables – étaient en grande partie sociaux, tandis que de Rugy affirme qu'ils faisaient partie de son travail représentant l'Assemblée nationale.

Mediapart a également révélé que de Rugy avait bénéficié d'un appartement loué à un tarif préférentiel destiné aux travailleurs à faibles revenus, près de Nantes, sa ville natale.

D'autres rapports font état d'un sèche-cheveux de 500 € acheté par l'épouse de Rugy aux frais de l'État et d'une rénovation de leur appartement gouvernemental au prix de 63 000 € (70 000 USD).

Mais l'image d'une rangée de homards dodus sur un plateau lors d'une réception animée par de Rugy a provoqué le plus de dégâts politiques – et de nombreux mèmes de médias sociaux – dans un pays encore sous le choc des manifestations de "veste jaune".

Les violentes manifestations antigouvernementales ont été alimentées par la colère suscitée par l'inégalité économique et prétendent que les dirigeants français sont déconnectés des citoyens.

De Rugy a nié tout acte répréhensible et a même affirmé lors d'une interview la semaine dernière qu'il était allergique au homard et n'aimait pas le champagne car il lui donnait mal à la tête.

'PLEIN CLARITY'

De Rugy a rejoint Macron au début de sa candidature à la présidence en 2017 et a été récompensé par une série de postes vacants, notamment ceux de président du Parlement et de ministre de l'Environnement.

Mais la capacité de l'ancien militant des Verts à conserver son emploi a été sérieusement touchée lundi soir lorsque Macron n'a pas donné son plein appui lors d'un voyage en Serbie.

Dans sa première réaction aux révélations, Macron a déclaré qu'il avait demandé au Premier ministre Philippe "plus de clarté".

Borne a été nommé alors que Macron cherche à renforcer ses atouts écologiques alors que les électeurs français exigent des mesures plus énergiques pour lutter contre le changement climatique.

La porte-parole du gouvernement, Sibeth Ndiaye, a déclaré que le choix de Borne, dont le portefeuille appartenait déjà au ministère de l'Écologie et de la Transition de la solidarité, était "évident".

Borne, qui restera au poste de ministre des Transports, a tweeté que la confiance que lui avaient conférée le président et le Premier ministre était un "immense honneur".

"Déterminée à poursuivre le combat essentiel qu'est la transition écologique et solidaire", a-t-elle écrit.

Borne est le troisième ministre de l’Environnement de Macron en deux ans. Son premier rendez-vous, le célèbre écologiste Nicolas Hulot, a démissionné lors d’une interview à la radio en août dernier, affirmant que ses collègues du cabinet faisaient trop peu pour faire face à la crise climatique.

DE RUGY MENACE LEGALE

Mediapart, qui critique farouchement le gouvernement Macron, est spécialisé dans les enquêtes et a provoqué de multiples embarras chez les politiciens et les personnalités publiques de haut rang depuis sa création en 2008.

De Rugy a déclaré avoir déposé une plainte en diffamation contre la publication, l'accusant de vouloir "faire du mal, la diffamer et la détruire".

Il est loin d’être le premier homme politique français à être accusé d’avoir mal utilisé l’argent public.

Le candidat à la présidence et ancien Premier ministre François Fillon est poursuivi pour avoir été accusé d'avoir frauduleusement placé son épouse sur la liste de paie du Parlement pendant deux décennies.

En 2005, le ministre de l'Economie, Hervé Gaymard, a démissionné après avoir été trouvé coupable de louer un appartement pour sa famille à Paris au prix de 14 000 € par mois. Le Premier ministre Christian Blanc a facturé aux contribuables des cigares pour 12 000 € en 2010.

Sous le dernier président de la France, François Hollande, un conseiller principal a dû démissionner après avoir dépensé une petite fortune pour garder ses chaussures brillantes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *