Un mandat français pour Ian Bailey susceptible d'être traité rapidement

Un mandat français pour Ian Bailey susceptible d'être traité rapidement

Le mandat d'arrêt européen que la France émettra à Ian Bailey à la suite de sa condamnation à Paris vendredi pour le meurtre de Sophie Toscan du Plantier devrait être traité plus rapidement par les autorités françaises que par des mandats antérieurs, selon un avocat de Mme Toscan du Plantier famille.

Alain Spilliaert, qui agit pour les parents, le fils et les frères de M. Toscan du Plantier, a déclaré qu'il ne pouvait prédire quand exactement le mandat d'arrêt serait émis et l'extradition de M. Bailey vers la France, mais a précisé que le nouveau mandat serait différent de celui précédemment émis en 2010. et 2016.

«Les mandats d'arrêt européens délivrés en février 2010 par le juge Patrick Gachon et en juillet 2016 par la juge Nathalie Turquey étaient différents en ce qu'ils avaient été émis par des magistrats instructeurs. Ce mandat sera émis par le parquet à Paris à la suite de la condamnation de M. Bailey. .

"En conséquence, je m'attendrais à ce qu'il soit traité plus rapidement par les autorités françaises et par leurs homologues du ministère irlandais de la Justice, mais je ne prédisrais pas à quelle vitesse – je sais que Ian Bailey a déclaré qu'il s'attend à être arrêté mardi mais je ne sais pas », a déclaré M. Spilliaert.

M. Spilliaert a également prédit que, quelle que soit l'issue de cette dernière tentative d'extradition, il s'attendait à ce qu'un appel soit interjeté devant la Cour suprême.

Mandat de 25 ans

La France souhaite que M. Bailey y soit envoyé pour purger la peine de 25 ans imposée par la juge Frédérique Aline devant la Cour d’assises de Paris vendredi.

«En 2011, le juge Michael Peart de la Haute Cour de Dublin a statué que Ian Bailey devait être extradé vers la France, mais les avocats de Ian Bailey ont interjeté appel de ce jugement devant la Cour suprême, qui a décidé en 2012 de ne pas autoriser une telle remise. M. Bailey a donc été sauvé accusé.

«Puis, en 2016, le juge Tony Hunt de la Haute Cour de Dublin a décidé de ne pas l'extrader en France à cause de la décision de la Cour suprême de 2012, et le ministère irlandais de la Justice a décidé de ne pas faire appel de cette décision devant la Cour suprême. cette affaire a été présentée assez rapidement et sans appel.

"Cependant, cette fois, je pense que, parce que M. Bailey a maintenant été condamné ou condamné en France pour le meurtre de Sophie Toscan du Plantier, quoi qu'il arrive par la Haute Cour, je pense qu'il est probable que la décision sera contestée côté de la Cour suprême. "

En 2016, l'avocat de la famille de Mme Toscan du Plantier, James MacGuill, a averti que le mandat de 2016 échouerait à moins que le Dáil ne modifie ce qu'il a été annoncé: une transposition défectueuse d'une directive de l'UE sur l'extradition en droit irlandais pour résoudre les problèmes soulevés par la Cour suprême.

M. Spilliaert a déclaré qu'il n'était pas au courant de l'existence d'une telle mesure mais qu'il espérait que les juridictions irlandaises reconnaîtront la légitimité du système judiciaire français et sa décision de condamner M. Bailey, même par contumace, à l'issue d'un procès entièrement en conformité avec le droit français.

M. Bailey, qui vendait sa pizza faite maison sur son stand au marché de Schull ce week-end, a prédit qu'il pourrait être arrêté dès mardi par le gardien sur le nouveau mandat et amené devant la Haute Cour pour une audience préliminaire sur la mise en liberté sous caution à Dublin. , comme ce fut le cas en 2010 et 2016.

«Je m'attends probablement à être arrêté pour la troisième fois en vertu d'un mandat d'arrêt européen la semaine prochaine», car quelqu'un m'a dit: «Oh, les Français vont me poursuivre pour un million d'euros – avez-vous des actifs? "Eh bien, j'ai répondu d'une manière Wildean, en disant" Le seul atout que j'ai, c'est mon génie ".

"Je ne me sens pas comme un criminel"

«Ils ont fait ce qu’ils ont fait en France [but] Je ne me sens pas comme un criminel et qui sait, je pourrais me retrouver dans une prison française et je n’utilise pas l’humour noir [when I say that]», A déclaré M. Bailey, qui a admis avoir eu l'impression d'être« dans l'œil d'un ouragan »au cours de la semaine écoulée.

M. Spilliaert a confirmé qu’il espérait obtenir une indemnisation pour la famille de Mme Toscan du Plantier mardi, lorsque la Cour d’Assises rendrait une décision qui accorderait aux membres de la famille des indemnités pour la perte de leur être cher, comme le permet le droit français.

Dans son intervention devant le tribunal, M. Spilliaert a déclaré que les parents âgés de Mme Toscan du Plantier, Georges et Marguerite Bouniol, devraient recevoir chacun 75 000 €, tandis que son fils Pierre Louis Baudey-Vignaud devait recevoir 70 000 € et que ses frères, Bertrand et Stéphane Bouniol 60 000 € chacun.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *