Un ancien combattant reçoit une médaille de la Légion d'Honneur française | Nouvelles, sports, emplois

Un ancien combattant reçoit une médaille de la Légion d'Honneur française | Nouvelles, sports, emplois

Tribune Chronicle / R. Michael Semple
Le vétéran de l'armée de la Seconde Guerre mondiale, Al Kosiba, de Howland, détient la médaille de la Légion d'honneur française qu'il a récemment reçue.

HOWLAND – Al Kosiba, qui a servi dans l'armée américaine pendant trois ans au cours de la Seconde Guerre mondiale, a récemment été honoré pour son service par une médaille de la Légion d'honneur française – un prix attribué à ceux qui se sont battus pour la libération de la France en Normandie, en Provence ou Nord de la France pendant la guerre.

Kosiba est l'un des cinq hommes à avoir récemment reçu ce prix. Il a obtenu sa médaille près de Saint-Lo, en France, à une trentaine de kilomètres des plages de Normandie, où son unité a contribué à la défense de la 9ème Force aérienne. Il y est arrivé à peine 30 jours après le débarquement du jour J, qui marque aujourd'hui son 75e anniversaire.

«La plage était sécurisée» Kosiba a dit.

Il a déclaré que son unité avait traversé la Manche en provenance de Leek, en Angleterre, pour se rendre à Omaha Beach sur un navire de débarquement de chars et avait gravi la colline en France.

Un mois auparavant, 5 000 navires, 11 000 avions et plus de 150 000 militaires avaient atterri sur les cinq plages de Normandie portant le nom de code. Les forces alliées ont subi près de 10 000 pertes ce jour-là, et plus de 4 000 soldats ont perdu la vie alors qu'ils combattaient sur plus de 200 mètres de plage non protégée en direction de la couverture des collines, selon le site Web national à la mémoire du jour J.

En dehors de Saint-Lô occupé par les Allemands, Kosiba utilisait un radar anti-aérien de 90 mm – un "Arme puissante" qu'il a dit était un "Bon match pour les allemands de 88".

Lorsque les forces américaines ont poussé vers l'ouest en juillet, elles se sont tournées vers Saint-Lô pour un passage plus profond en Normandie. L’armée de l’air a attaqué Saint-Lo, a déclaré Kosiba, et "Nivelé."

“Pouvez-vous imaginer voir 3 000 avions dans le ciel? Des tas d'entre eux. Ils ont envoyé vague après vague jusqu'à ce qu'ils se cassent (les Allemands), " Kosiba a dit.

Kosiba a déclaré que pendant le raid, les Allemands avaient utilisé un écran de fumée pour cacher leur position, mais que la fumée se dirigeait vers les troupes alliées et que, de ce fait, les tirs amis ont fait de nombreuses victimes.

Après la prise de la ville, l’unité semi-mobile de Kosiba s’est installée plus profondément en France avec la 9ème Air Force.

"Lorsque l'armée de l'air a déménagé, nous avons déménagé," il a dit.

L'unité s'est rendue à Paris puis à Anvers, en Belgique, avant la fin de la guerre en Europe. Originaire de Hubbard, il est retourné dans le nord-est de l'Ohio et a élevé une famille avec son épouse, Gloria, qui est décédée le 1er mai. Il a trois filles, sept petits-enfants – y compris un petit-fils de la Marine – et six arrière-petits-enfants.

À 98 ans, Kosiba s'est dit heureux de partager ses récits de la guerre.

«Je suis l’un des chanceux d’être encore ici pour en parler» Kosiba a dit. "Si nous n’apprenons pas de l’histoire, nous allons tout recommencer."

Un attaché français de Chicago remettra officiellement sa médaille à Kosiba le 17 août à Conneaut lors de la reconstitution annuelle du jour J. Kosiba a déclaré qu'il avait assisté à l'événement, qui réunissait plus de 1 700 reconstituteurs, cinq fois dans le passé.

"C’est un peu comme à Omaha Beach," dit Kosiba du terrain au bord du lac Érié à Conneaut.

La reconstitution, qui est gratuite pour le public, se déroulera du 15 au 17 août au parc du canton de Conneaut.

<! –

->

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *